• Accueil
  • > Recherche : obstacle aux handicapés

Résultats de votre recherche

3 décembre : Journée Mondiale des Handicapés

Posté par Rabah Naceri le 3 décembre 2012

 

3 décembre : Journée Mondiale des Handicapés dans 1. AU JOUR LE JOUR handicap-obstacle

regard.jpg

oeilcrayon.jpgTrès souvent entourée par des regards de pitié et de charité, la personne handicapée, souffrant en silence, se trouve, de façon durable, limitée dans ses activités ou restreinte dans sa participation à la vie en société en raison de l’altération d’une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique résultant de divers accidents, de complications liées à un traitement médical ou à des violences sociales et familiales.

Les personnes handicapées, indépendamment de la nature et de la gravité des troubles et déficiences qui les affectent, ont droit à une vie décente et épanouie au même titre que les autres, loin de toute discrimination ou marginalisation, afin d’aider cette frange de la société à surmonter les obstacles qui se dressent devant elle.

Le 3 décembre et le 14 mars doivent constituer des rappels à la société en général pour porter un regard nouveau sur les personnes handicapées et de consacrer leurs droits à l’éducation, au travail, à la participation à la vie politique, sociale et économique et à l’affirmation de leur utilité pour la société, donc à leur insertion rapide au sein de la société.

Si, en 1992, l’Onu a proclamé le 3 décembre Journée internationale des personnes handicapées, c’est surtout pour sensibiliser davantage les gouvernants de chaque pays à  améliorer la situation des handicapés tout en leur permettant de bénéficier des mêmes chances que les personnes valides.

A cet égard, la convention relative aux droits des handicapés de 2006 appelle les Etats signataires à s’engager pour l’élaboration et l’application de politiques, d’une législation et des mesures administratives visant à concrétiser les droits reconnus par celle-ci et à abolir les lois, règlements, coutumes et pratiques qui constituaient jusque là une discrimination.

J’oserais quelques suggestions pour alléger le quotidien des handicapés

Adapter l’accès à la ville

Il est impératif que les assemblées élues intègrent, dans leur programme de gestion de l’espace urbain, la prise en charge de cette frange fragile de la société en prenant en compte l’aménagement de chaque nouvelle aire de jeux, chaque nouvelle structure publique administrative ou éducative. 

Nos assemblées doivent dans l’urgence faciliter l’accès aux trottoirs, à certains édifices publics existants et ce, jusqu’aux différents services le constituant (cas de l’hôtel des finances de Bgayet qui ne permet l’accès qu’au rez-de-chaussée), à la maison de la culture, à la daïra, la wilaya, etc…

Les services de la commune doivent, par ailleurs, engager une sérieuse réflexion pour la création d’une régie de transport (gratuit ou payant) des personnes handicapées comme cela se fait dans tous les pays qui respectent les droits des citoyens et qui ont signé et ratifié les chartes et conventions relatives aux droits des personnes handicapées.

Respect de la dignité des handicapés

Que les autorités cessent de porter atteinte à la dignité des handicapés par la diffusion de reportages audiovisuels lors des cérémonies de remise de chaises roulantes, de béquilles ou tout autre matériel durant les journées du 03 décembre ou du 14 mars.

Il est vivement souhaité que la pension versée aux handicapés soit revue à la hausse pour mettre à l’abri ces jeunes des besoins élémentaires et que cette pension soit consacrée par notre législation.

Il est attendu que les services communaux et de wilaya accordent des subventions conséquentes aux associations actives et dynamiques pour leur permettre d’évoluer et d’organiser des rencontres, conférences, etc. Donc d’exister.

Tout comme les services de la règlementation de la wilaya doivent assumer leurs responsabilités en organisant des opérations de contrôle des associations humanitaires pour débusquer les affairistes et les véreux qui se couvrent derrière l’handicap de l’enfant ou de la personne âgée pour détourner les dons destinés à ces personnes. Une moralisation des associations est urgente et necéssaire pour redonner confiance aux citoyens bienfaiteurs qui ont de tout temps été les accompagnateurs des nécessiteux.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

Journée des Handicapés. Cessons de les ignorer

Posté par Rabah Naceri le 3 décembre 2009

14marscopie.jpg

regard.jpg

oeilcrayon.jpgTrès souvent entourée par des regards de pitié et de charité, la personne handicapée, souffrant en silence, se trouve, de façon durable, limitée dans ses activités ou restreinte dans sa participation à la vie en société en raison de l’altération d’une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique résultant de divers accidents, de complications liées à un traitement médical ou à des violences sociales et familiales.

Lire la suite… »

Publié dans 1.1. SANTE PUBLIQUE | 3 Commentaires »

Les sourds-muets de Bgayet face à la surdité de l’Etat

Posté par Rabah Naceri le 9 août 2009

langagesourds.jpg

Formation des sourds-muets à Bgayet :

Une école en quête de moyens

L’encadrement de l’école de formation au langage des signes, membres de l’Union des sourds-muets de la wilaya de Béjaïa, ne sait plus à quel saint se vouer. Malgré l’énergie et la volonté du personnel, cet établissement manque terriblement de moyens matériels et financiers.

C’est avec un strict minimum que cette équipe, composée de 16 encadreurs, 5 enseignants, dont deux jeunes femmes, et d’autres enseignants remplaçants, tente tant bien que mal d’enseigner ce mode d’expression. Créée en 2006, soit trois ans après la naissance de l’Union des sourds-muets de la wilaya, cette école a débuté dans le hall de la maison de la culture de la ville de Béjaïa. Mais les différentes activités qui s’y déroulent perturbent le bon enchaînement des cours, ce qui a incité les membres de l’Union des sourds-muets à louer un local. L’on compte cette année prés de 300 stagiaires dont une centaine ont l’ouïe saine. « Nous étions obligés de refuser un tas d’autres inscriptions à défaut de places » raconte Nadir Belabbas, président de l’Union des sourds-muets de Béjaïa. Selon notre interlocuteur, le premier objectif de l’école est « d’intégrer les sourds-muets dans la société ». Pour ce faire, des adultes et adolescents sourds de naissance y sont admis. Beaucoup d’interprètes sont aussi formés parmi les entendeurs.

Lire la suite… »

Publié dans 1.1. SANTE PUBLIQUE | 2 Commentaires »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...