• Accueil
  • > Recherche : deliquescence systeme politique algerienne

Résultats de votre recherche

COMITE DE REHABILITATION DU 5 OCTOBRE 88

Posté par Rabah Naceri le 14 septembre 2013

COMITE DE REHABILITATION DU 5 OCTOBRE 88

05 Octobre 88 – 5 Octobre 2013

Vingt-cinq ans après le séisme d’Octobre 88 qui a fissuré l’édifice du pouvoir et mis à nu les pratiques dictatoriales du système en place depuis l’indépendance, la mémoire des victimes de la répression sauvage qui s’en est suivie, greffée à celle de nos valeureux Chouhadas de la guerre de libération, nous interpelle, aujourd’hui, de faire le bilan objectif et sans complaisance de ce noble combat.

En 1989, le pouvoir a élaboré unilatéralement une constitution qui consacre le pluralisme politique, associatif et syndical, la garantie des droits de l’homme, la séparation des pouvoirs, bases indispensables à toute transition vers la démocratie.

Les tenants du système, qui ont de tout temps rusé avec le peuple, se sont par la suite attelé à déconstruire systématiquement et minutieusement, par des violations récurrentes des droits et libertés et un système de fraude électorale généralisée, tous les acquis concédés pour mettre en place une démocratie de façade destinée à dissimuler l’absence d’alternance au pouvoir et éviter la remise en cause du système.

Le passage du parti unique au multipartisme n’a pas changé la nature du système dès lors que les réponses apportées aux revendications des jeunes d’Octobre 88 n’ont, en réalité, visé qu’à éviter et pervertir une véritable transition démocratique.

Par ailleurs, face à l’absence manifeste de volonté politique du pouvoir de consacrer dans les faits l’Etat de droit, les réformes économiques engagées ont abouti à la déstructuration des bases économiques et du tissu industriel de notre pays et à la spoliation des richesses de la collectivité nationale.

Les jeunes révoltés d’Octobre 88, soutenus par tout le peuple algérien, que les tenants du pouvoir de l’époque avaient qualifié de « chahuts de gamins », ont revendiqué, avec toute la force de leurs convictions, leurs droits à la Démocratie, aux respects des Libertés et à un Etat de Droit.

Pour nous, la république, c’est aussi l’égalité en droits et devant la loi, ce sont les droits sociaux garantis par l’Etat à travers des services publics nationaux efficients et des infrastructures de base et enfin l’utilisation des fonds publics pour le renforcement du secteur public et enfin la prise en charge des besoins sociaux.

Fidèle à sa nature et en s’appropriant la symbolique d’Octobre 88, le système qui a assimilé les victimes d’Octobre à des accidentés de travail et faisant fi de sa responsabilité dans les massacres du soulèvement populaire, ne fait que persister dans la ruse et la volonté de maintenir le statuquo et pérenniser ainsi le système.

Nous n’avons pas le droit d’oublier cet évènement historique qui a endeuillé des centaines de familles dans leur chair et dans leur existence.

Face à la déliquescence du système et au chaos qui menace le pays et toute notre jeunesse à très court terme,

LE COMITE DE REHABILITATION DU 5 OCTOBRE 88 LANCE UN VIBRANT APPEL à toutes les forces politiques démocratiques sans exception, à toutes les associations de femmes, de jeunes, d’étudiants, de travailleurs, et à toutes les personnalités et patriotes qui ont la république et la démocratie chevillées au corps à une grande mobilisation afin de réhabiliter le 5 Octobre et toute la charge d’espoir qu’il a toujours véhiculé et d’en faire le point de départ d’une véritable convergence démocratique pour une réelle prise de conscience quant à l’exigence du rassemblement de tous pour une véritable transition démocratique.

 

Nous appelons les citoyennes et les citoyens à se joindre à

  • la marche samedi 5 octobre 3013 à 10 h00, du TRB à l’esplanade de la Maison de la culture
  • dépôt de gerbe de fleurs
  • Meeting

 

Les premiers signataires :

  • AVO 88 (Association des Victimes d’Octobre 88)
  • LADDH (Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme)
  • MJIC (Mouvement de la Jeunesse Indépendante pour le Changement)
  • CST (Comité de Solidarité avec les Travailleurs)
  • Hadj Rabah NACERI (Ancien Président d’Apw de Bejaia. 1997-2002)

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaires »

Le cri de l’Algérie pour le changement (par Haider Bendrihem)

Posté par Rabah Naceri le 16 février 2009

Le cri de l’Algérie

pour

le changement.

L’alternance au pouvoir vient d’être enterrée par le coup d’Etat fomenté contre la Constitution par une Assemblée populaire mal élue et ne représentant que les 20% du corps électoral national. Un troisième mandat, fatidique pour le pays, est quasi assuré par un conglomérat de partis politiques qui a pris en otage l’ensemble des Assemblées et qui participe à la dilapidation du patrimoine national, à savoir sa culture, sa religion, sa glorieuse histoire et ses ressources naturelles. Le pouvoir en place, qui s’est attelé tout au long d’une décennie à museler le champ médiatique, à miner toute tentative de création d’un mouvement politique ou citoyen, à niveler par le bas en limitant le droit au rassemblement, à déstabiliser et à opérer des changements au sein des partis existants dans le but de maintenir un uranisme hérité de la période stalinienne et à dissuader le citoyen de s’intéresser aux questions politiques de son pays, en lui suggérant « qu’il est inutile de penser au changement, à partir du moment où ce pouvoir est une fatalité pour le pays ».

Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaires »

Il faut sauver l’université du naufrage et des influences politiciennes (par M’hand Amarouche)

Posté par Rabah Naceri le 5 novembre 2008

Il faut sauver l’université du naufrage et des influences politiciennes.

La dégénérescence des universités algériennes empire d’année en année. Cette situation dans laquelle se complaisent les pouvoirs publics allégrement doit interpeller et mobiliser toutes les forces vives qu’elles recèlent encore en leur sein. Le marasme est général. Nous n’avons pas le droit d’assister en spectateurs impuissants à la décrépitude de nos institutions qui, il y a à peine quelques années, étaient pour nous et pour tout le pays un motif de fierté légitime.

Le sursaut est attendu aussi bien de la part des enseignants, de l’administration, des employés que des étudiants eux-mêmes. Lors d’interminables discussions informelles avec des amis et collègues de travail sur le sujet, bien des dysfonctionnements ont été identifiés, quelquefois aussi des échanges avec des étudiants ont permis de mettre en exergue les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Par ailleurs, au cours de séminaires organisés par d’autres universités où j’étais invité, je n’ai pas manqué de m’enquérir de la situation générale de leur institution. J’ai pu constater alors que partout la même situation de déliquescence gangrène les établissements universitaires.

Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaires »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...