Les droits de l’homme en débat

Posté par Rabah Naceri le 31 juillet 2008

elwatanlogo.gif

Jeudi 31 juillet 2008

ani2.gif

De l’Habeas Corpus à Habiba de tiaret 

Les droits de l’homme en débat

L’Habeas Corpus (Que tu aies ton corps) est une disposition de la justice anglaise, exigeant les preuves d’accusation (par exemple le corps du délit). Ceci pour protéger l’individu incriminé, en évitant les arrestations ou les détentions arbitraires.

La loi adoptée en 1671 oblige à justifier toute inculpation, à la demande de l’inculpé ou de son mandataire. Le juge, réclamant la présence de l’inculpé, décidera alors souverainement de la poursuite ou non de l’accusation. Dans le second cas, l’inculpé sera remis en liberté. Dans son discours à l’Académie des sciences morales et politiques (8/12/48), René Cassin, rédacteur principal de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH adoptée par l’AGNU deux jours après – le 10/10/1948 – conformément à la résolution n° 217 votée presque à l’unanimité, avec quelques Etats, dont l’Arabie Saoudite, qui se sont exprimés négativement, présente les piliers de celle-ci en les ordonnant comme suit :

Lire la suite… »

Publié dans Droits de l'Homme en debat | Pas de Commentaire »

Sauvons notre jeunesse !

Posté par Rabah Naceri le 30 juillet 2008

courrier1.gif 

Mercredi 30 juillet 2008

exclamations.gif

ÉDITORIAL

La honte !

Ils ne sont pas fous, ni ne manquent d’amour pour la patrie comme il leur a été reproché par certains hauts responsables de l’Etat qui, toute honte bue, tentent de couvrir l’échec lamentable de toutes les politiques menées en direction de la jeunesse. Ils ne sont pas aussi suicidaires qu’on tient absolument à le démontrer par des raccourcis qui donnent froid dans le dos. Ils sont irrémédiablement désespérés, mais résolument tournés vers l’avenir avec la rage de vivre…ailleurs, sous d’autres cieux, plus cléments à leurs yeux, tout en sachant que la traversée de la Méditerranée sur un radeau ou dans des embarcations de fortune ne mène pas souvent à bon port. Quelle est cette autre raison, diable, qui fait tenter à un jeune Algérien la périlleuse aventure d’affronter les dangereuses houles de la Méditerranée, que le désespoir ? Le désespoir de trouver un travail, le désespoir d’avoir accès à un toit décent, l’humiliant quotidien d’un chômeur, le regard inquisiteur de la société, car les harraga ne cherchent apparemment pas uniquement le bien-être matériel, ils veulent aussi respirer la liberté…ils veulent tout simplement vivre ! Et ce qu’ils ne trouvent malheureusement pas ici. Des milliers de jeunes, et de moins jeunes ont tenté «El Hada» ces dernières années. Le phénomène a pris une ampleur inquiétante sans que cela puisse, pour autant, déclencher le niveau d’alerte qu’il faut chez les pouvoirs publics. Et ce n’est surtout pas les éternels conclaves officiels, sans lendemain, sur le thème de la jeunesse qui sont à même de répondre aux aspirations de la frange la plus large de la société, et la plus fragile aussi. Les jeunes ont surtout besoin d’actions concrètes qui leur redonneraient espoir. Et c’est aux responsables de ce pays de les imaginer au lieu de leur réserver des places en prison si jamais ils sont repêchés vivants dans la mer. La jeunesse mérite aussi qu’on lui parle, au lieu de lui tourner la tête et conforter chez elle le sentiment de se sentir à l’étroit dans un espace aussi vaste et beau que l’Algérie. Pardi, il y a de quoi avoir honte du phénomène des harraga ! Avoir une jeunesse qui a pour seul projet l’exil à n’importe quel prix doit donner à réfléchir, ou doit tout simplement inspirer certains responsables…

PAR: Said Rabia 

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

Les Droits de l’Enfant

Posté par Rabah Naceri le 21 juillet 2008

enfant.jpg 

Le plan national pour l’enfance

en vigueur à partir de septembre 2008

La ministre déléguée chargée de la Famille et de la Condition Féminine, Mme  Nouara Saâdia Djaâffar,  qui a présidé l’inauguration des  travaux  de l’atelier de consultation avec les médias, dans le cadre du processus d’élaboration  du plan de communication et de promotion des droits de l’enfant, l’un des axes autour desquels s’articule le Plan national pour la protection et la promotion des droits de l’enfant, a mis en exergue le rôle des professionnels du secteur de l’information dans  la propagation de la culture de l’enfant  en Algérie, d’autant plus que  ces derniers contribuent au façonnement de l’opinion publique et son orientation  vers les questions d’intérêt crucial

…………………………………………………………………………………………………….

S’exprimant pour sa part, le représentant de l’UNICEF, M. Emanuel Fontaine,  a tenu à souligner l’appui de l’agence qu’il représente   aux médias  pour promouvoir les droits de  l’enfant et  l’application de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant, ratifiée par l’Algérie en 1992, qui consacre dans ses articles 13 et 17, respectivement le droit de l’enfant à l’accès aux médias  et exhorte les pouvoirs publics à encourager l’élaboration de directives susceptibles d’empêcher les enfants d’avoir  accès à des matériaux nuisibles. Il dira, en effet que l’enfant doit recevoir des informations qui lui permettent de se développer en citoyen responsable et digne.  M. Fontaine  interpellera, également lors de cette rencontre, les professionnels des médias à respecter l’éthique et la déontologie et surtout la dignité de l’enfant, à travers  des informations de qualité à mettre à sa disposition et  partant, toute la société.

……………………………………………………………………………………………………

Le plan national pour l’enfance en vigueur  à partir de septembre 2008

Mme Nouara Saâdia Djaâfar a annoncé hier, à Alger que le plan national pour l’enfance entrera en vigueur à partir de septembre  2008.          
« Le plan national pour l’enfance (2008-2015) intitulé « l’Algérie, digne  des enfants » porte sur les principaux axes des objectifs du millénaire relatifs  à la promotion et à la protection de l’enfance, a affirmé Mme  Djaâfar,  en marge d’un atelier de réflexion pour l’élaboration d’un plan de communication  sur la promotion des Droits de l’enfant
La mise en oeuvre de ce plan se fera par étapes, a-t-elle souligné  ajoutant que des campagnes de sensibilisation seront organisées à l’effet de  vulgariser ses principaux axes.
Le ministère a mis en place une commission spécialisée pour accompagner ce plan et assurer son suivi et son évaluation. Elle sera également chargée de   l’élaboration d’un rapport annuel sur l’état de mise en oeuvre du plan. Le document sera mis à la disposition de tous les partenaires et autres parties concernées par les questions de l’enfance ainsi que les médias, a souligné Mme Djaâfar.
Ce plan  porte sur plusieurs axes concernant la santé, les droits,  l’éducation et la protection de l’enfant, a indiqué Mme Djaâfar. Il s’agit selon Mme Djaâfar de mettre en place des mécanismes de coordination des politiques  adoptées en la matière en vue de les intégrer dans un programme national unifié.  S’agissant de certaines données, Mme Djaâfar a souligné, que le plan  national pour l’enfance ambitionne de réduire le taux de mortalité maternelle  et infantile et de garantir l’enseignement à tout les enfants en particulier dans les régions du Sud.
Evoquant le rôle des médias dans la promotion des droits de l’enfant, Mme Djaâfar a souligné la nécessité de créer une chaîne audiovisuelle spécialisée dans les questions de la famille et de l’enfance.

enfantculture.jpg 

Commentaire : en matière de textes, je crois que l’Algérie figure parmi les meilleurs de cette planète. Mais en matière d’application, là ! je préfère me taire. Or, toute la crise que vit notre pays avec tous les signes de mécontentement manifestés par les citoyens et les colères des jeunes résident dans l’espace incommensurable qui sépare la promulgation d’une loi ou la ratification d’une convention, etc… et son application.

L’enfant, comme nous le savons, n’a pas de devoirs. Il n’a que des droits ! Mais qui doit lui assurer ces droits si ce n’est la société adulte qui est aujourd’hui coupable de dépassements, d’abus et d’exploitation envers ces innocentes créatures. « Nous ne sommes pas tous coupables ! » me crieront certains. Oui, mais lorsqu’un adulte assiste à une scène où enfant est malmené ou bien voit un enfant commettre une erreur par ignorance et que cet adulte ne réagit pas et ne joue pas son rôle d’adulte, alors je voudrai savoir qui est le coupable. Les exemples sont très nombreux et notre société commence dangereusement à verser dans l’hypocrisie et l’irresponsabilité à telle enseigne que notre société d’aujourd’hui se limite juste à sa maison, sa voiture, son travail, sa famille, etc… et le reste cela ne les regarde pas. A cela, il faudrait rajouter le laxisme de l’Etat à tous les niveaux qui encourage directement ou indirectement l’individualisme et l’égoisme de l’Algérien qui n’était pas comme cela aux premières années de l’indépendance.

Personnellement, et au risque de faire dresser contre moi beaucoup de monde, je pointe mon doigt accusateur sur les parents, pas tous bien-sûr, qui ont failli à leur mission de parents car la famille reste le premier espace où évolue l’enfant avant de découvrir celui de l’école et celui du monde extérieur dans toute sa pollution.

Ne perdons pas de vue que les enfants d’aujourd’hui seront les adultes de demain et qu’ils prendront notre relève. Donc, la société à venir sera le reflet fidèle de ce que nous lui aurons enseigné aujourd’hui.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

Urgence de revoir le code communal et de wilaya

Posté par Rabah Naceri le 17 juillet 2008

Nous ne dirons jamais assez qu’il est urgent que le gouvernement inscrive dans ses priorités la refonte des 2 codes communal et wilayal. Il faut cesser avec le replâtrage en augmentant les indemnités des élus, en leur organisant des séminaires de formation qui ne leur profitent nullement, ou bien en organisant une rencontre avec le premier magistrat du pays, etc …

Toutes ces iniatives sont louables, en effet, si au préalable le statut de l’élu est défini de même que ses prérogatives et ses attributions. Le plus logique serait que ces 2 codes soient revus avec la participation  des élus (anciens et nouveaux) et mettre fin ainsi à toutes ces situations folkloriques qui entament la crédibilité des institutions de l’Etat et celle des élus qui sont censés être les représentants du peuple. De plus, il n’y a pas très longtemps, l’ancien chef du gouvernement a promis publiquement de revoir ces 2 codes sitôt que la nouvelle Apn soit installée. Voilà des promesses non tenues qui favorisent l’élargissement du fossé séparant les citoyens de l’Etat.

J’ai repris 2 articles du même quotidien que je vous invite à lire et à commenter. Le cauchemar va continuer !

Dépêche de Kabylie

Jeudi 17 juillet 2008

________ 

APC bloquées à Béjaïa
Le wali se substituera aux organes délibérants

Huit mois après les élections locales, le blocage persiste encore au sein de certaines Assemblées populaires communales de la wilaya de Béjaïa.

Celles-ci au nombre de 8 sur les 52 ne parviennent toujours pas à dégager les ententes politiques nécessaires pour la formation des bureaux exécutifs et, pire, pour adopter des résolutions vitales comme les budgets primitifs et les situations salariales. Cette situation concerne surtout des municipalités de taille moyenne comme Kendira ou encore Tinebdar. Les plus importantes villes de la wilaya, à l’image du chef-lieu d’Akbou ou d’Amizour ont tôt fait de dégager les consensus nécessaires à un fonctionnement normal. A contrario, des localités balnéaires à l’image d’Aokas, Souk El-Tenine ou encore Melbou vivent d’expédients en cette période estivale, pour faire face à de d’urgentes actes de gestion. “J’ai réussi à faire payer mes employés grâce surtout à la qualité des relations qui me lient au receveur,” indique un P/APC.  La loi, souligne notre interlocuteur permet aux assemblées de dépenser à hauteur du budget de l’exercice écoulé quand celles-ci ne parviennent pas à adopter une nouvelle résolution. “On peut ainsi tenir la route jusqu’au 31 décembre prochain,” estime-t-il. Mais ce n’est pas tout le monde qu’il fait montre d’autant d’esprit large. Il est arrivé que des régisseurs refusent d’effectuer la moindre dépense tant que l’APC n’a pas pris de résolution idoine. Face à une situation des plus malsaines, le wali a déjà adressé deux mises en demeure aux APC concernées. Ces mises en demeure, nous apprend un des destinataires, se rapportent au déblocage de ces situations et pour se conformer aux lois de la République. Et comme il fallait s’y attendre, ces mises en demeure n’ont, pour l’heure, produit aucun effet notable. Les tensions entre élus sont telles que certaines assemblées n’ont pas tenu la moindre réunion depuis longtemps. Les relations mutuelles sont exécrables. “Immédiatement après la réception de la première mise en demeure du wali, j’ai convoqué les élus pour débloquer mais personne n’a daigné se présenter,” indique un maire. Celui-ci ajoute qu’il n’avait pas eu plus de succès à la suite de la deuxième mise en demeure. Incapable de dépasser leurs désaccords, les élus s’acheminent ainsi vers l’abdication de la volonté des urnes au profit de l’administration.

Des arrêtés de substitution seront, selon une source digne de foi, pris conformément à la loi.

Et ce seront, fort probablement, les chefs de daïras qui, au nom du wali, hériteront des prérogatives des organes délibérants des municipalités bloquées. Une manière comme une autre de rompre le blocage afin d’éviter la dissolution pure et simple. Une solution politique coûteuse qui reste du ressort du gouvernement.

M.B

________

Rencontre Bouteflika-P/APC

La réunion reportée à une date ultérieure

Prévue les 19, 20 et 21 juillet, la réunion devant regrouper le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika et les 1 541 P/APC du pays, serait reportée sine die, selon une source informée. Bien que les raisons de ce report ne nous ont pas été communiquées, notre source assure, à tout le moins, que les P/APC sont tenus de se tenir prêts à « tout moment » à être invités par l’autorité présidentielle et/ou l’autorité de tutelle. A rappeler que le chef de l’Etat prévoit, selon des sources médiatiques, de faire deux importantes annonces lors de la rencontre qu’il aura avec les maires, à savoir celles relatifs au statut de l’élu et au nouveau découpage territorial. En fait Bouteflika était censé les 19, 20 et 21 du mois en cours, clôturer le cycle de formation au profit des maires de l’ensemble des communes du pays, initié par le département de Yazid Zerhouni, le ministre de l’Intérieur. Une formation qui s’inscrit, pour rappel, dans la démarche de « modernisation de l’Administration territoriale et le développement de la performance du président d’APC « . La présence du président de la République à la clôture de ce cycle de formation à ce moment précis se veut une preuve de l’intérêt qu’il manifeste à la question du développement des collectivités locales dont la cellule de base : la commune. Un intérêt qui a fait, d’ailleurs l’objet de son discours la veille du 5 Juillet.

R. N

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

On a demandé au Dalaï Lama…

Posté par Rabah Naceri le 10 juillet 2008

lama.jpg 

On a demandé au Dalaï Lama…

« Qu’est-ce qui vous surprend le plus dans l’humanité ? »

Il a répondu :

« Les hommes… parce qu’ils perdent la santé pour accumuler de l’argent,

ensuite ils perdent de l’argent pour retrouver la santé.

Et à penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte

qu’ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur.

Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir…

… Et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu. « 

Source: http://susie.unblog.fr/

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 2 Commentaires »

Phénomène de l’exode rural. Constat et perspectives.

Posté par Rabah Naceri le 23 juin 2008

Point de vue sur un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur 

Les premières analyses qui ressortent de ce dernier recensement de la population, qui est le 5ème depuis 1962, ne font que confirmer nos alertes passées qui étaient mal comprises à l’époque ou parfois carrément rejetées pour ne pas avoir à répondre de cette lourde responsabilité qui incombe presque entièrement à l’Etat et en partie aux instances élues (Apc*, Apw* et Apn*).

La première conclusion confirme en effet que plus de 80 % de la population nationale se concentre dans les centres urbains et plus particulièrement sur le littoral. Autrement dit, les populations urbaines ont démesurément augmenté sans pour autant que les conditions d’accueil aient, un tant soit peu, évolué. Cet état de fait a engendré des désordres difficiles à gérer dans ces villes que cela soit au niveau habitat, circulation, santé publique, sécurité, environnement, etc… sans oublier les conflits entre les citoyens où les uns marginalisent les autres en les qualifiant d’envahisseurs ou de ruraux avec toute la connotation péjorative que cela laisse sous-entendre.

Voilà donc un thème sur lequel les assemblées communales, l’assemblée de wilaya et toute l’administration doivent se rencontrer pour un débat responsable et sans complaisance afin d’élaborer une ébauche de projet qui visera la fixation des populations dans leur lieu d’origine, dans un premier temps, et envisager leur retour dans un deuxième temps en créant les conditions nécessaires.

Sans trop m’étaler sur les causes et les graves conséquences de ces flux migratoires, il est donc souhaitable que les assemblées élues s’attelent à cette reflexion qui est le dénominateur commun aux 52 communes plus l’assemblée de wilaya au lieu de faire du « sur-place » et de verser dans le saupoudrage politicien qui ne fait qu’aggraver le retard de notre wilaya et de se consoler en se fabriquant des coupables pour avoir bonne conscience devant les électeurs à l’approche de la fin du mandat.

Que nos élus ne perdent pas de vue qu’un mandat, aussi long soit-il, se termine vite !

___________

* Apc : Assemblée Populaire Communale

*Apw : Assemblée Populaire de Wilaya

*Apn : Assemblée Populaire Nationale

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | 2 Commentaires »

“L’Etat de droit n’est pas pour demain”

Posté par Rabah Naceri le 20 juin 2008

 

Mohand Issad au colloque de Tizi Ouzou:

“L’Etat de droit n’est pas pour demain”

mohandissad.jpg 

Au cours d’une conférence-débat organisée, hier, à la Maison de la culture de Tizi Ouzou, dans le cadre d’un colloque initié par le mouvement citoyen sur “La justice et l’impunité en Algérie”, le professeur Mohand Issad, spécialiste en droit international, aura réussi une remarquable plaidoirie pour l’indépendance de la justice en Algérie et la défense des libertés démocratiques.

“Pour moi, le fait d’exiger un État de droit en Algérie est un non-sens, car un État est censé garantir le droit dans tous les domaines, que ce soit la justice, l’école, le culte, la santé, le travail et toutes les libertés démocratiques”, devait marteler le professeur Issad devant une assistance nombreuse où l’on notait la présence des délégués du mouvement citoyen, de Abdelhak Bererhi, ex-ministre et représentant du CCDR (Comité des citoyens pour la défense de la République), le moudjahid Si l’Hafidh, ex-officier de l’ALN, et Saïd Doumane, l’un des pionniers du Printemps berbère du 20 avril 1980. “Dans un pays, il ne faut pas qu’il y ait d’amalgame. Ou il y a un État ou rien.

Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

Le voyageur L’Hocine al-Wartilani

Posté par Rabah Naceri le 28 mai 2008

                                          الرحالة الحسين الورثيلانى

 

                                colloque02.jpg

Comité de programme :

  • Cheikh Bouamrane (Haut Conseil Islamique. Alger)

  • Djamil Aïssani (Association Gehimab. Bejaia . Coordonnateur)

  • Tahar Aldjet (Zaouia de Tamokra)

  • Saîd Chibane (Université d’Alger)

  • Tilman Hannemann (Université de Brême)

  • Dahbia Abrous (Université de Bgayet)

  • Fanny Colonna (C.N.R.S Paris)

  • Abdelmalek Danoune (Université de Annaba)

  • Jonathan Katz (Oregon University)

  • Allaoua Amara (Université de Constantine)

  • Judith Scheele (Université d’Oxford)

  • Tassadit Yacine (E.H.E.S.S  Paris)

  • Salah Baïzig (Université de Tunis)

  • Kamal Chachoua (CNRS. Aix en Provence)

  • Amar talbi (Université d’Alger)

  • Fodil Cheriguene (Université de Bgayet)

  • Maria Angels Roque (Iemed Barcelone )

  • Slimane Hachi (C.N.R.P.A.H . Alger)

  • Zinedine Kacimi ( Institut des Qira ‘at . Alger)

  • Salem Chaker (Inalco. Paris)  Younès Adli (Tizi Ouzou)

  • Anna Maria Di Tolla (Université de Naples)

  • Adda Bentounès (Université de Mostaganem)

  • Abdelkacem El Khatir (IRCAM . Rabat)

  • Nouria Remaoune (C.R.A.S.C. Oran)

  • Djamal Eddine Mechehed (Association Gehimab. Bgayet)

  • Mustapha Haddab (Université d’Alger)

___________

colloque02.jpg  colloque03.jpg  colloque04.jpg  colloque20.jpg

colloque08.jpg  colloque06.jpg  colloque12.jpg

colloque13.jpg  colloque14.jpg  colloque15.jpg  colloque16.jpg

colloque17.jpg  colloque18.jpg  colloque19.jpg  colloque21.jpg

Lire la suite… »

Publié dans Les Ulemas n'Bgayet | 3 Commentaires »

La corruption:le mal de l’Algerie

Posté par Rabah Naceri le 18 mai 2008

Article publié par El Watan

Dim 18 mai 2008

_______________

Un rapport de l’AACC tire la sonnette d’alarme sur l’ampleur du phénomène

La corruption ronge les wilayas et les communes

                                                                             

La corruption ronge les wilayas et les communes du pays. Un mal national ! Deux ans après l’adoption par le Parlement de la loi anticorruption (20 février 2006), le phénomène continue de ronger « démesurément le pays ». Selon l’association algérienne de lutte contre la corruption AACC, une section algérienne de Transparency International, rien n’a été fait pour juguler la corruption « qui gangrène toutes les wilayas ».De la base au sommet de la pyramide de l’Etat, la pratique des pots-de-vin « devient la règle et non l’exception ». « La corruption est banalisée. Aucune wilaya, aucune commune n’y échappe. La petite corruption constitue

Lire la suite… »

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | Pas de Commentaire »

Colloque:le Voyageur l’Hocine al-Wartilani

Posté par Rabah Naceri le 11 mai 2008

GEHIMAB

Dimanche 11 mai 2008

__________

Une seconde séance de travail s’est tenue aujourd’hui, dimanche 11 mai 2008 à l’Université de Bgayet, sous la présidence du Professeur Djamil Aïssani. En plus des membres permanents du Bureau de l’association Gehimab, étaient présents :

Le vice-président d’Apw de Bgayet

Le vice-président d’Apc d’Aït-Wartilane

Le président d’Apc de Aïn El-Garj

Le Directeur de la Culture de la wilaya de Bejaia

_________

La présente séance a porté essentiellement sur la finalisation du programme du colloque qui se déroulera du 28 au 30 mai 2008.

___________

gehimab01.jpg  gehimab03.jpg  gehimab02.jpg  gehimab04.jpg  gehimab05.jpg  gehimab061.jpg 

__________

Présentation « Lorsque je suis arrivé à Bejaia, j’ai rendu visite à la retraite de Cheikh Abdelkader auprès duquel se trouvait celle de Abi l’Abbas as-Sabti, près de Bordj Louloua »

L’Hocine al-wartilani 

Tout au long de sa vie, le célèbre voyageur L’Hocine al-wartilani (1713-1779) n’a cessé de visiter la Kabylie, ses villages et ses Ulémas. Un beau jour, il entreprend son fameux périple. Arrivé aux alentours de Bejaia, il accompli le « petit pèlerinage » aux saints de la ville, station obligée et prélude au grand pèlerinage, vers lequel il conduit une caravane. Ce voyage a duré plus de deux années. Il affirme qu’il l’a entrepris « pour la purification de l’esprit », en compagnie d’un millier de ses compatriotes. Carole Wittwer souligne que « 1000 personnes partant ainsi ensemble à pied, c’est pour moi comme un village entier de Kabylie qui se déplace jusqu’à la péninsule arabique ! ». Au Caire, il a rencontré le célèbre voyageur hindou Essa’bidi . Ce dernier lui consacre une notice élogieuse dans son fameux lexique du XVIIIè siècle. Originaire du Sud-Est de la Kabylie ( Ait Ourtilane, wilaya de Sétif), L’Hocine al-Wartilani avait poursuivi ses études dans différentes zawiyya de la Kabylie. Mais c’est Bejaia qui le fascine. Il ne tarit pas d’éloges sur la Cité. Al Wartilani la considère comme une ville sainte et constate que « la science jaillit des cœurs de ses hommes comme jaillit l’eau de ses sources ». Il y passe « le Ramadhan de chaque année, visant le Ribat et l’enseignement aux étudiants ». Il y loue essentiellement la science des Ulémas de Bejaia, et s’émerveille en a  particulier de ce que « cinq cents jeunes filles à Bejaia ont appris le Mudawwana » et que «  celles sui connaissent Ibn al-Hadjib [….] sont innombrables ».

C’est en 1768 qu’al-Wartilani a achevé la rédaction de son ouvrage Nuzhat al-andhar fi fadhl ‘Ilm at-Tarikh wal akhbar, plus connu sous le nom de Rihla. 240 ans plus tard (et un siècle après l’édition de Mohamed Ben Cheneb), les villes de Bejaia et de Ait Wartilane s’apprêtent à le célébrer.

Comité d’organisation :

Différentes institutions de la wilaya de Bejaia ( sous la coordination de l’association Gehimab) La wilaya de Sétif (daïra d’Ait Wartilane)

A.P.C de’Aït Wartilane A.P.C de Aïn El-Graj

Mouvement associatif

Programme du colloque

Mercredi 28 mai 2008 (Bejaia)

Matinée : conférences

Bejaia et les voyageurs Al-Wartilani, vie et œuvres Al-Wartilani et la ville de Bejaia

La Rihla (Nuzhat al-andhar fi fadhel Il mat-Tarikh wal akhbar)

M. Ben Cheneb et l’édition de la Rihla

Après-midi :

-Rihla (excursion). Identification de l’itinéraire de l’Hocine al-Wartilani à travers les lieux saints de Bejaia 

Jeudi 29 mai 2008 (Aît-Wartilane) Exposition à Aït-Wartilane : les Ulémas des Ath Urtilan 

-Rihla (excursion) : maison et tombe de L’Hocine al-Wartilani – Afniq n’Ccix Lmuhub -Workshop sur les manuscrits à Tala Uzrar – Aïn El-Garj : organisé dans le cadre du projet Euro-Méditerranéen Aristhot (Sciences en Méditerranée – http://www.aristhot.eu/) et du projet de recherche : Modes de production et de transmission de la culture dans les sociétés Berbères – http://www.fsp.maghreb-france.msh-paris.fr La problématique concernera en premier lieu les Manuscrits de langue Berbère et les Manuscrits de la Kabylie.

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | Pas de Commentaire »

1...505152535455
 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...