Santé publique. Un sérieux danger guette les populations

Posté par Rabah Naceri le 18 juillet 2014

Nos invisibles

Suite à un commentaire écrit par le docteur Kamal Bouraoui sur sa page facebook, son alerte m’a, un peu, forcé la main à publier cet article dans mon blog alors que cela fait des semaines que j’ai commencé à prendre des clichés de ces personnes pour les rendre publiques.

En effet, nous remarquons de plus en plus de mendiants, de malades mentaux, de sdf, de réfugiés syriens, maliens ou nigériens, etc…dans les rues de la ville de Bgayet. Ils sont là sous les arcades du stade scolaire, à l’ombre d’un arbre le long de la rue de la Liberté, parfois au coin d’un mur sous à un soleil de plomb. Certains passants, beaucoup plus les jeunes filles et les femmes, leur donnent une pièce mais d’autres les regardent sans les voir.
Aujourd’hui, l’inquiétude ne se situe pas dans le nombre, de plus en plus élevé, de ces personnes dans les rues du chef-lieu de wilaya mais beaucoup plus sur le plan sanitaire car ces personnes venues d’horizons divers peuvent être de dangereux vecteurs de maladies graves comme le paludisme (épidémies constatées au Mali et Niger), la polio et la bilharziose en Syrie.
Il est donc urgent que les services sanitaires de la wilaya, aidés par le Croissant Rouge Algérien et les associations humanitaires, lancent une sérieuse campagne de dépistage des maladies parasitaires et infectieuses et de les traiter avant qu’une épidémie ne se déclenche.

Cette question relevant de la santé publique doit susciter l’inquiétude des autorités sanitaires de toutes les wilayates qui connaissent la même situation.

Publié dans 1.1. SANTE PUBLIQUE | Pas de Commentaire »

Les Bougiotes dénoncent l’absence de l’Etat

Posté par Rabah Naceri le 7 juillet 2014

Habituellement, je n’insère que les articles portant sur des sujets qui intéressent toute la wilaya de Bgayet ou tout au moins qui concernent plusieurs communes mais aujourd’hui, je m’accorde la liberté de déroger à cette discipline que je me suis imposé pour parler d’une situation assez particulière car elle empoissonne la vie à plusieurs familles, au personnel enseignant, aux 450 élèves fréquentant l’école Azzoug et à de nombreux commerçants.

Cette situation est celle qui prévaut au niveau de l’arrêt de bus « El-Qods », situé sur l’avenue Ben-Boulaïd, où l’on relève une absence totale de l’Etat remplacée par celle d’une mafia des transporteurs urbains. Cet arrêt de bus a pris l’allure d’une véritable gare routière où l’on compte parfois 39 bus qui se suivent à moins de 60cm les uns des autres formant ainsi un long chapelet qui s’étire sur une distance de plus de 250mètres (ces 39 bus, c’est moi-même qui les ai comptés).
Pourquoi ?
Parce que les premiers bus qui arrivent à la station El-Qods gardent cette place jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de voyageurs sur les quais. Les convoyeurs de bus descendent sur le quai et crient à tue-tête les stations desservies, ce qui donnent une allure de marché aux puces. A ces cacophonies s’ajoutent les coups de klaxon des bus qui se  trouvent derrière pour manifester leur colère contre ceux qui les précèdent car ils leur prennent toute la clientèle.

Le premier grand poison est le tapage provoqué par ces chauffeurs de bus avec leurs stridents klaxons à des heures parfois impossibles où les familles viennent à peine de se réveiller ou bien les élèves sont en classe et le second est le blocage de la route aux véhicules qui veulent prendre la rue des Frères Chikirou qui débouchent sur l’école Azzoug et les quartiers environnants.
Le blocage de cette route provoque un autre bouchon qui se terminent souvent par des bagarres violentes entre les résidents de ce quartier et les chauffeurs ou bien entre les conducteurs de véhicules légers qui viennent livrer la marchandise ou bien qui ramènent leur progéniture à l’école et les chauffeurs de bus devenus avec le temps de vrais dangereux.

Plusieurs appels à la police qui restent sans suite alors que nous apercevons plusieurs policiers s’ennuyer par manque d’activités  du côté des Babors. Tout récemment, des résidents de la rue des frères Chikirou ont carrément fermé l’avenue Ben-Boulaïd avec leurs véhicules et des plaques métalliques jusqu’à l’arrivée des policiers qui ont promis de régler définitivement le problème. Moins d’une dizaine de minutes plus tard, aucun policier n’est resté à cet endroit pour discipliner les bus qui n’ont pas hésité une seconde pour reprendre les klaxons et obstruer la rue des Frères Chikirou.

Nous nous interrogeons aujourd’hui sur ce laxisme des services de l’ordre qui autorise le désordre et la « loi » imposée par ces chauffeurs de bus qui ne respectent rien et personne. Jusqu’où l’anarchie ?

Bus_Anarchie

Cette photo a été prise aujourd’hui, lundi 7 juillet 2014, et elle dure 12 mois sur 12 sauf les vendredi

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Tin-Hinan, Reine ou Roi ?

Posté par Rabah Naceri le 26 juin 2014

hinan.jpg

Son squelette a été découvert en 1925

Tin-Hinan, une reine ou un roi ?

Reine mythique des Touareg Ahaggar, devenue figure légendaire et incontournable de l’identité berbère, Tin-Hinan n’a pas fini -encore aujourd’hui – de livrer tous ses secrets.

Tin-Hinan, Reine ou Roi ? dans 3. CULTURE & EDUCATION Tin-Hinan  (Par M.Aziri). Plus de 15 siècles après sa disparition, elle remplit son univers de fantasmes et aiguise bien des curiosités scientifiques. 82 ans après la découverte du tombeau dit de Tin-Hinan à Abalessa (73 km à l’ouest de Tamanrasset), les «doutes» sur l’identité réelle du personnage inhumé ne cessent de hanter la communauté scientifique. Des incertitudes que des chercheurs du Centre national des recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH) appellent à dissiper.trans dans 3. CULTURE & EDUCATION

  De nouvelles fouilles et des tests ADN s’imposent, selon eux, pour identifier le squelette découvert en 1925. Il va sans dire qu’un tel «projet» paraît hautement risqué pour les «gardiens du temple». La légende et le mythe fondateur des Touareg survivront-ils cette fois-ci à l’implacable vérité scientifique ? Abalessa. Vendredi, 9 novembre. La caravane de préhistoriens, invités de marque du colloque international sur la préhistoire maghrébine (organisé à Tamanrasset du 4 au 9 novembre), marque sa dernière halte. Le voyage au bout de l’Askrem, entamé la veille, prend fin, non sans émotion, sur ces terres d’Abalessa, l’ancienne capitale du Hoggar, au pied d’un des plus grands monuments berbères, le tombeau «présumé» de Tin-Hinan. Le monument funéraire se dresse devant ses scrutateurs, gorgé de mystères. Quelques-uns des grands noms de la recherche préhistorique algérienne, Malika Hachid, Abdelkader Haddouche et Slimane Hachi, pour ne citer que ceux-là, font les précieux guides pour leurs collègues du Maroc, de Tunisie, de France, d’Espagne, de Belgique, d’Italie… émerveillés et insatiables. L’histoire et la mémoire des lieux, chacun y est allé de ses certitudes et de ses doutes pour la conter. Au sommet du mausolée, et devant l’assistance disposée en cercle dans une chambre mitoyenne avec celle abritant la «sépulture» de Tin-Hinan, Malika Hachid et M. Haddouche plaidaient avec force arguments la reprise des fouilles pour déterminer avec précision le sexe et l’identité du personnage inhumé dans la fameuse chambre n°1. M. Hachi, directeur du CNRPAH, objecte fermement. «Mais en quoi serait-il important de le savoir ?», fait-il mine de s’interroger. «Nous sommes ici, dit-il, dans un site archéologique qui abrite un mythe fondateur qui structure toute la société». «Il faut laisser de côté le mythe», déclare-t-il, lui «donner sa chance de survie» et ne pas se substituer à la société qui est la seule, d’après lui, à savoir s’il faut laisser vivre ou mourir la légende.

Abalessa et la polémique des scientifiques

  Le débat, plutôt l’échange entre les deux chercheurs, s’enflamme. Malika Hachid répliquera du tac au tac : « C’est un travail purement scientifique. Il s’agit de reprendre des fouilles et des études anciennes, car si on suit la légende et la tradition orale, on a affaire à un mausolée abritant une femme, mais si on suit l’archéologie et l’anthropologie, on a une version qui n’est pas aussi précise. C’est pour cela qu’il faut reprendre toutes les fouilles, étudier de nouveau le squelette, envisager une reconstitution faciale, et des analyses ADN pour savoir si c’est un XX ou XY, un homme ou une femme». Face à un tel assaut, M. Hachi ironise : «Tin-Hinan, femme ou homme, mon Dieu, en quoi serait-ce important ?!» «Ah si, répond Malika Hachid. C’est important, surtout pour une femme archéologue comme moi !» Le mythe, rappelle-t-elle, était déjà à la base des recherches menées jusque-là. « On range de côté le mythe» Tin Hinane, on a un squelette et on ne sait pas à quoi il correspond. Il y a un doute. Un doute que Marie-Claude Chamla, qui a étudié le squelette, a clairement exprimé. Sur le plan purement archéologique, anthropologique, physique, il y a nécessité de reprendre les fouilles, surtout à la lumière de nouvelles études comme celle de l’architecte de l’Office du parc national de l’Ahaggar (OPNA), Karim Arib, des gravures découvertes à la base du monument et aussi en exploitant le fonds documentaire inédit qui nous a été légué par Félix Dubois. Grand reporter et explorateur, Félix Dubois (1862-1945) était présent sur les lieux en 1903 bien avant les premières fouilles entamées en 1925 par la « mission » franco-américaine conduite par Maurice Reygasse (directeur du musée de préhistoire et d’ethnographie du Bardo) et l’Américain, le comte de Prorok. Une mission qui fera longuement sensation vu la valeur et l’importance de la découverte. Tin-Hinan, la «reine mère» des Touareg Ahaggar, venait de renaître de ses cendres. Les deux archéologues découvriront dans la chambre d’inhumation le squelette attribué par la suite à Tin Hinan. Les ossements reposaient, d’après les premières descriptions faites par Reygasse, sur les restes d’un lit en bois sculpté. Le squelette en bon état de conservation était couché sur le dos, orienté vers l’Est, les jambes et les bras légèrement fléchis et la tête coiffée de plumes d’autruche. 15 bracelets en or et en argent, des perles d’antimoine, des perles de métal, un anneau et une feuille d’or, des perles rouges, blanches et colorées, des graines de collier, deux poinçons en fer… et autres objets précieux et moins précieux ont été découverts sur et autour du squelette. Des bijoux d’inspiration sahélienne, selon Malika Hachid, et un trésor funéraire d’une valeur inestimable, pesant 7 kilos d’or. Une telle découverte ne laissa personne indifférent. Le comte de Prorok s’est arrangé, d’après Reygasse, pour obtenir discrètement de Paris les autorisations nécessaires pour transférer le squelette et les objets funéraires aux Etats-Unis. Officiellement pour les présenter dans les universités US. Des chercheurs pour Camps crieront au «vol». Sa chevauchée à l’Ouest, Tin-Hinan l’effectuera sous l’appellation «d’Eve du Sahara» que de Prorok lui choisira.

Une reine berbère à New York !

La reine berbère sillonnera en post-mortem plusieurs Etats dont celui de New York. Et ce n’est que suite aux «vives protestations» des autorités coloniales que le trésor d’Abalessa a été restitué au musée du Bardo. Le docteur Leblanc, doyen de la faculté de médecine d’Alger, était le premier, sur demande de Maurice Reygasse, à réaliser la première étude anthropométrique sur le squelette d’Abalessa. Le squelette qui mesure entre 1,70 et 1,75 m est, d’après Leblanc, celui d’une «femme de race blanche». Il se basera dans ses conclusions sur les caractères du crâne, la dimension réduite du sternum et des côtes, la forme et la dimension du bassin et l’aspect des os longs des membres. Leblanc signale aussi que les vertèbres lombaires et le sacrum présentent des lésions manifestes avec déformation sur la cinquième lombaire. Autrement dit, Tin-Hinan «boitait». En recoupant avec les «sources historiques», notamment Ibn Khaldoun, on conclura rapidement que le squelette était vraisemblablement celui de Tin Hina. D’après Ibn Khaldoun, les ancêtres des Touareg, les Berbères Houara, appelaient Tin Hinan, Tiski «la boiteuse». Le patronyme «Tin-Hinan» signifie, selon l’analyse linguistique réalisée par Dida Badi, chercheur au CNRPAH, «celle des campements». Mais tout n’est pas aussi parfait. Le «fabuleux destin» de Tin-Hinan est vite assiégé par les doutes. Après Gabriel Camps, les travaux de Marie-Claude Chamla et Danilo Grébénard ont installé définitivement la «légende» Tin-Hinan dans une intenable posture. Pour cause, le squelette est, selon eux, celui d’un homme. Mais comment expliquer dès lors la présence de la parure féminine ? Dans ses mémoires éditées en 1968 sur les Populations anciennes du Sahara et des régions limitrophes, Marie-Claude Chamla conclut que les «restes étaient ceux d’une femme à caractéristiques masculines» et ajoute que «si les objets découverts dans la tombe n’étaient pas spécifiquement féminins, nous aurions opté pour le sexe masculin» et ce d’après les «caractères du crâne et du squelette, âgés entre 40 à 50 ans, moyennement robuste», écrit-elle.

Squelette d’homme, parure de femme

Presque à la même période, un autre chercheur, Grébénard en l’occurrence, avance une thèse moins « indulgente » pour le mythe. Dans son article consacré à l’étude du mobilier funéraire, il écrit ceci : «(…) Le mausolée renferme un personnage certainement de sexe masculin, dont l’inhumation est à la fois datée par le Carbone 14 et par une empreinte de monnaie à l’effigie de l’empereur romain Constantin le Grand, émise entre 308 et 324 après J.-C». Il va plus loin dans son interprétation du «mythe fondateur» des Touareg. Pour lui, la «légende de Tin Hinan est une création récente, 200 à 300 ans, conjoncturelle, créée par les Touareg Kel Rela pour des raisons d’ordre politique, afin de conserver le pouvoir et leur suprématie sur tous les Kel Ahaggar. Elle est donc totalement étrangère au tombeau et au personnage qu’il contenait». Cependant, il n’y a pas que le sexe du personnage qui donne encore des migraines aux scientifiques. Le monument d’Abalessa renferme d’autres troublants mystères. Le site, «mal fouillé», selon les archéologues algériens, peut encore révéler — si les recherches reprennent — de précieuses indications pour comprendre aussi bien l’histoire et la servitude initiale du monument. A ce sujet, note Malika Hachid, les archéologues ont avancé deux hypothèses.

Part de légende, part de vérité

Il s’agit pour la première d’une « sépulture qui a reçu le squelette du personnage dit de Tin-Hinan puisqu’on ne sait pas qui sait».

La deuxième, le «monument a d’abord été un fortin», une sorte de petite «tighremet» qui abritait l’Aghlid local (roi) (qui) à sa mort y a été inhumé, transformant l’endroit en un mausolée. L’étude de Aribi, explique-t-elle, rend les choses plus claires. Les plans développés par l’architecte font ressortir qu’il y a d’abord eu une petite forteresse liée à un habitat de plaine où on venait se réfugier dès qu’il y avait une menace. Pour savoir par qui le site a été sacralisé, «une question d’anthropologie culturelle», il faudrait, selon Malika Hachid, reprendre les fouilles. Les reprendre à la base… du monument, propose-t-elle, où «rien n’a été déplacé». «C’est là, fait-elle rappeler, que je suis tombé sur la gravure du cavalier, du chameau et des deux inscriptions libyques. Une gravure datant du IIIe siècle». Une découverte «importante» car elle vieillit d’un coup le site d’un siècle, alors que la datation radiométrique de la lampe romaine et de la tunique en cuire rouge qui recouvrait le squelette le situait entre le IVe et Ve siècles de l’ère chrétienne. A peine cet exposé des motifs terminé, le préhistorien M. Haddouche (ex-DG du Bardo et de l’OPNA) vole au secours de sa collègue au CNRPAH, en mettant en avant le «problème d’ordre chronologique» que posent les 14 chouchets — monuments funéraires — découvertes autour du tombeau d’Abalessa. Leur datation doit être revue, selon lui. «Si les chouchets, explique-t-il, étaient implantées sur le versant du fortin, cela cause un problème d’ordre chronologique, car le fortin a été construit avant. De nouvelles fouilles nous permettront de savoir si celles-ci avaient été islamisées». Ce qui renvoie à une toute autre époque le règne de Tin Hinan. Les enjeux historiques prennent tout leur sens. Les enjeux politiques aussi. La réaction épidermique de Slimane Hachi, directeur du CNRPAH, aux propositions des deux chercheurs en dit long sur le « souci » qu’a l’establishment à préserver le mythe, même au détriment de la dérangeante vérité scientifique, reléguée au second plan. «On ne joue pas avec la mémoire», commentait Slimane Hachi. La «mémoire», c’est d’abord celle des tribus touareg de l’Ahaggar, descendants de Tin-Hinan et de Takama, qu’il incombe de protéger contre les « pourfendeurs » de mythes. La légende n’en est pas moins belle pour autant. Le père de Foucault — qui recueillera au début du siècle les récits des Touareg de l’Ahaggar — rapportait la légende sublimée de Tin-Hinan. C’est celle d’une femme venue avec sa servante Takama de sa lointaine contrée du Tafilalt, sud du Maroc, soumettre les Isabaten, la population autochtone qui vivait dans l’Atakor, et fonder son royaume sur la voie des caravanes. Autrement, on n’en sait que peu de choses sur elle, sur son vécu ou son règne. Peut-être faudrait-il juste se satisfaire du souvenir exalté d’une femme qui du désert en a fait une légende.

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

La wilaya de Bgayet victime de la démagogie du pouvoir. Barakat !

Posté par Rabah Naceri le 13 juin 2014

Bgayet_Pleure

On a souvent dénoncé les lenteurs administratives, souvent entretenues par ceux qui sont censés les combattre, et les blocages conscients de nombreux projets inscrits dans les programmes de développement de notre wilaya. Mais, il s’en trouve toujours des zélés pour nous traiter d’agitateurs et de semeurs de troubles comme si, eux, étaient les dépositaires de la conscience du pays et surtout de notre région qui, pourtant, ne cesse d’être marginalisée par les pouvoirs publics et ce, depuis des lustres.

Pour montrer le bien fondé de toutes les critiques objectives et vous prendre à témoin, nous allons remettre sur l’autel de la critique certains projets récemment inscrits et largement médiatisés.

1. Plan de circulation et feux tricolores

L’Assemblée Populaire Communale de Bgayet a rendu publique l’affectation d’une enveloppe conséquente pour la mise en place d’un véritable plan de circulation et la mise en place de feux tricolores aux nombreux carrefours de la ville et plus particulièrement ceux qui se présentent quotidiennement comme de véritables points noirs. La somme de 6 milliards de centimes est accordée à cet effet pour ce projet. Mais, hélas ! Rien n’est fait pour le moment à part quelques modifications tout à fait secondaires apportées au plan de circulation. A ce jour, point de plan de circulation digne de notre ville et point de feux tricolores alors que la saison estivale est officiellement lancée avec toutes les contraintes qu’elle provoquera.

A ce bricolage du plan de circulation s’ajoute l’absence de signalisation verticale et horizontale à telle enseigne qu’il est très difficile à un visiteur de rouler sans se tromper de voie ou de direction ou à un piéton de traverser la route en toute sécurité faute de passages protégés.

2. Téléphérique de Gouraya

Au mois de février de cette année 2014, la presse et la radio Soummam ont rapporté que le projet de réalisation du téléphérique de Gouraya a été confié à un groupement Algéro-français pour un montant de 360 milliards de centimes. Cette nouvelle annoncée par le wali a été bien accueillie par la population Bougiote même si celle-ci affiche un grand scepticisme à l’égard des responsables de cette wilaya car tout le monde a compris que la campagne électorale pour les présidentielles avait commencé prématurément pour le pouvoir. Nous sommes en juin 2014, point de téléphérique !

3. Le tramway de Bgayet

A croire ce qui a été rapporté par la presse, l’étude de faisabilité du tramway de Bgayet aurait dû être lancée au plus tard le 20 février 2014. L’étude aurait été confiée à un bureau d’étude espagnol « Sener » pour un montant de 39,28 millions de Dinars. Cette étude, selon les termes du contrat, devrait être finalisée dans un délai de 5 mois avec possibilité d’extension de la ligne jusqu’à Oued-Ghir (commune distante de 10 kms du chef-lieu de wilaya).

A ce jour, point de tracé et point de tramway.

4. Le complexe pétrochimique

Le projet complexe pétrochimique d’El-Kseur a failli être délocalisé, d’abord, vers une commune proche des limites de notre wilaya avec le risque d’une délocalisation vers une autre wilaya comme ce fut le cas de la raffinerie en 2003. Cette dérive a été mise à jour par le premier ministre qui a révélé, selon une correspondance du wali de Bgayet, l’absence d’assiette de terrain susceptible de recevoir l’implantation de ce projet.
Cette annonce a fait l’effet d’une bombe, et les citoyens, relayé par un député FFS, ont vite réagi en investissant les médias et les réseaux sociaux. Ce qui a suscité une réaction des pouvoirs publics en envoyant le PDG de Sonatrach qui a confirmé devant les membres de l’Apw que le projet est officiellement retenu. Il s’en est suivi la visite du ministre des travaux publics qui a, à son tour,rassuré la population locale de l’implantation officielle du projet.

Il faut quand même avouer que, si la population n’a pas réagi et menacé d’investir la rue, ce complexe pétrochimique aurait suivi celui de la raffinerie inscrite dans l’exercice de 2003.

5. L’usine de textile Algéro-turque

L’usine de textile algéro-turque peine à être relancée à cause des lenteurs administratives et des entraves bancaires. Les 2 usines de textile algéro-turques, dont l’une est programmée à Bgayet et la seconde à Ighil Izane, qui devaient entrer en production en septembre 2013 ne sont toujours pas opérationnelles. Les 2 parties s’étaient même engagées à ce que les 1ers produits soient disponibles sur le marché algérien dès le mois de decembre 2013.

A ce jour, point d’usine algéro-turque !

Nous limiterons nos rappels à ces 5 projets alors qu’il en reste beaucoup d’autres que nous citerons pêle-mêle :

- La pénétrante qui s’éternise
- La restauration de l’ancien tribunal qui s’effrite de jour en jour

- L’échangeur des « Quatre-Chemins » qui ressemble à un gigantesque « dos d’âne » dont les quatre autres ponts sont suspendus.
- Le dédoublement de la voie ferrée Bgayet – Tazmalt pour la mise en place d’une navette qui réduira la pression sur les cités universitaires, et réduira, un tant soit peu, le trafic routier sur ce tronçon de route.
- Un palais de la culture digne de la grandeur de cette capitale Hammadite
- Un palais des expositions qui devait voir le jour en 2001
- Un vrai siège de wilaya pour soustraire la wilaya de son état de SDF
- Etc…

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Lettre de Zohra DRIF au directeur de cabinet de la présidence de la République

Posté par Rabah Naceri le 11 juin 2014

Zohra Drif

Monsieur le directeur de cabinet de la présidence de la République

1- Je vous remercie de m’avoir comptée parmi les personnalités nationales que vous avez invitées aux consultations initiées à l’occasion de la prochaine (encore une !) révision constitutionnelle.

2- Cela m’honore et m’oblige bien évidemment mais dans le même temps accable mes frêles épaules de vieille combattante de la glorieuse Zone autonome d’Alger dont, je dois l’avouer, je ne suis toujours pas revenue.

3- Étant parfaitement consciente et lucide sur le fait que je ne suis l’élue ni de Dieu ni des hommes, je sais que seuls I’immense Révolution du 1er Novembre 1954 et la chance inouie que j’ai eue d’y prendre part, mais surtout le redoutable privilège d’y avoir côtoyé les meilleurs d’entre nous d’alors et d’aujourd’hui, font de moi une “personnalité nationale” que l’on consulte en 2014.

4- Vous comprendrez dès lors que je ne me sens tenue que par la fidélité et la loyauté à mon pays, aux idéaux de notre combat libérateur et à la République algérienne démocratique et populaire telle qu’il en a enfanté, ainsi qu’à ses concepteurs, ses initiateurs et ses martyrs que je porte en moi comme une dette que nulle génération n’arrivera jamais à honorer vis-à-vis de cette terre sacrée. Votre génération peut, cependant, tout faire pour, à défaut d’honorer la dette, ne jamais trahir ce pourquoi elle a été contractée.

5- En lisant et relisant les documents que vous avez eu l’amabilité de m’envoyer, je n’ai cessé de me demander ce qu’en aurait pensé le grand Ben M’hidi que j’ai eu la chance de côtoyer et sous la direction duquel j’ai eu I’immense privilège de travailler jusqu’à son lâche assassinat par l’ennemi français. C’est donc avec la sincérité de mon coeur et la fidélité à la rigueur morale hors du commun de Ben M’hidi ainsi qu’à son sacrifice, que je me dois de vous dire la vérité : en dehors de quelques dispositions qui n’ont aucunement lieu d’être dans une Constitution (elles relèvent d’une simple loi), le document que vous m’avez fait parvenir n’apporte absolument rien ou presque.

6- Absolument rien, car outre le fait que les amendements ne constituent que la énième trituration d’un texte qui devrait accéder à l’intouchabilité du sacré — ce qui confère à cette révision constitutionnelle le statut de énième sacrilège — les changements proposés ne font que rendre criardes des concentrations de pouvoirs présidentiels qui étaient déjà largement exorbitants. Quant à I’essentiel, rien ne change.

7- Ou presque, car il faut bien reconnaître que l’article 81 bis est plus qu’une nouveauté, c’est une monstruosité au sens anatomique du terme. Cet article représente non seulement une violation de toute une part de la Constitution dont il fera partie (comme une maladie auto-immune), mais il est surtout une négation de la volonté populaire en permettant le détournement illégal d’un mandat électif intuitu personae au suffrage universel. Il est vrai que jusqu’ici on nous avait habitués à faire adopter une Constitution pour très vite la violer ou la triturer au besoin. C’est bien la première fois qu’il est proposé au peuple algérien un article (l’article 81 bis) par lequel il abdiquerait sa volonté ou pire, par lequel le mandat qu’il donne à un Président élu et responsable devant lui, est détourné vers une personne non élue et non responsable devant lui. Mais alors, pourquoi élire un Président au suffrage universel ? Et pourquoi se doter d’une Constitution ?

8- C’est ainsi que j’en arrive à la question cruciale de savoir quelles sont les garanties pour qu’après 52 ans d’accession à l’Indépendance, notre pays se dote enfin d’une Constitution qui ne sera pas violée par ceux-là mêmes qui seront chargés de la respecter, j’ai eu beau chercher dans vos documents ces fameuses garanties, mais force est de constater qu’il n’y en a nulle trace. Cela m’amène à penser hélas que cette révision constitutionnelle, pas plus que la précédente, ne répondra aux problèmes politiques et institutionnels qui se posent à notre pays. C’est dommage et j’en suis la première meurtrie.
C’est pourquoi je me permets d’adjoindre à cette modeste contribution cette autre, tout aussi modeste, que j’ai eu à remettre à l’occasion des consultations menées en juin 2011. En 2014 comme en 2011, je vous parle avec sincérité et honnêteté, mue par ce que je crois bon pour mon pays et seulement par cette conviction.

ALGER, LE 5 JUIN 2014
Mme Zohra DRIF-BITAT
Combattante de la guerre de libération nationale. Zone autonome d’Alger

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR, 7. IDEES & DEBATS | 1 Commentaire »

Déclaration des Droits de l’Enfant (texte intégral)

Posté par Rabah Naceri le 8 juin 2014

Déclaration des Droits de l’Enfant

20 Novembre 1959 (texte intégral)

Préambule

Considérant que, dans la Charte, les peuples des Nations unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme et dans la dignité et la valeur de la personne humaine, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande,

Considérant que, dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, les Nations unies ont proclamé que chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés qui y sont énoncés, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation,

Considérant que l’enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d’une protection spéciale et de soins spéciaux, notamment d’une protection juridique appropriée, avant comme après la naissance,

Considérant que la nécessité de cette protection spéciale a été énoncée dans la Déclaration de Genève de 1924 sur les droits de l’enfant et reconnue dans la Déclaration universelle des droits de l’homme ainsi que dans les statuts des institutions spécialisées et des organisations internationales qui se consacrent au bien-être de l’enfance,

Considérant que l’humanité se doit de donner à l’enfant le meilleur d’elle-même,

L’Assemblée générale

Proclame la présente Déclaration des droits de l’enfant afin qu’il ait une enfance heureuse et bénéficie, dans son intérêt comme dans l’intérêt de la société, des droits et libertés qui y sont énoncés; elle invite les parents, les hommes et les femmes à titre individuel, ainsi que les organisations bénévoles, les autorités locales et les gouvernements nationaux a reconnaître ces droits et à s’efforcer d’en assurer le respect au moyen de mesures législatives et autres adoptées progressivement en application des principes suivants :

Principe premier :

L’enfant doit jouir de tous les droits énoncés dans la présente Déclaration. Ces droits doivent être reconnus à tous les enfants sans exception aucune, et sans distinction ou discrimination fondées sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l es opinions politiques ou autres, l’origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance, ou sur toute autre situation, que celle-ci s’applique à l’enfant lui-même ou à sa famille.

Principe 2 :

L’enfant doit bénéficier d’une protection spéciale et se voir accorder des possibilités et des facilités par l’effet de la loi et par d’autres moyens, afin d’être en mesure de se développer d’une façon saine et normale sur le plan physique, intellectuel, moral, spirituel et social, dans des conditions de liberté et de dignité. Dans l’adoption de lois à cette fin, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être la considération déterminante.

Principe 3 :

L’enfant a droit, dès sa naissance, à un nom et à une nationalité.

Principe 4 :

L’enfant doit bénéficier de la sécurité sociale, il doit pouvoir grandir et se développer d’une façon saine; à cette fin, une aide et une protection spéciales doivent lui être assurées ainsi qu’à sa mère, notamment des soins prénatals et postnatals adéquats. L’enfant a droit à une alimentation, à un logement, à des loisirs et à des soins médicaux adéquats.

Principe 5 :

L’enfant physiquement, mentalement ou socialement désavantagé doit recevoir le traitement, l’éducation et les soins spéciaux que nécessite son état ou sa situation.

Principe 6 :

L’enfant, pour l’épanouissement harmonieux de sa personnalité, a besoin d’amour et de compréhension. Il doit, autant que possible, grandir sous la sauvegarde et sous la responsabilité de ses parents et, en tout état de cause, dans une atmosphère d’affection et de sécurité morale et matérielle; l’enfant en bas âge ne doit pas, sauf circonstances exceptionnelles, être séparé de sa mère. La société et les pouvoirs publics ont le devoir de prendre un soin particulier des enfants sans famille ou de ceux qui n’ont pas de moyens d’existence suffisants. Il est souhaitable que soient accordées aux familles nombreuses des allocations de l’État ou autres pour l’entretien des enfants.

Principe 7 :

L’enfant a droit à une éducation qui doit être gratuite et obligatoire au moins aux niveaux élémentaires. Il doit bénéficier d’une éducation qui contribue à sa culture générale et lui permette, dans des conditions d’égalité de chances, de développer ses facultés, son jugement personnel et son sens des responsabilités morales et sociales, et de devenir un membre utile de la société.

L’intérêt supérieur de l’enfant doit être le guide de ceux qui ont la responsabilité de son éducation et de son orientation; cette responsabilité incombe en priorité à ses parents.

L’enfant doit avoir toutes possibilités de se livrer à des jeux et à des activités récréatives, qui doivent être orientés vers les fins visées par l’éducation; la société et les pouvoirs publics doivent s’efforcer de favoriser la jouissance de ce droit.

Principe 8 :

L’enfant doit, en toutes circonstances, être parmi les premiers à recevoir protection et secours.

Principe 9 :

L’enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d’exploitation, il ne doit pas être soumis à la traite, sous quelque forme que ce soit.

L’enfant ne doit pas être admis à l’emploi avant d’avoir atteint un âge minimum approprié; il ne doit en aucun cas être astreint ou autorisé à prendre une occupation ou un emploi qui nuise à sa santé ou à son éducation, ou qui entrave son développement physique, mental ou moral.

Principe 10 :

L’enfant doit être protégé contre les pratiques qui peuvent pousser à la discrimination raciale, à la discrimination religieuse ou à toute autre forme de discrimination. Il doit être élevé dans un esprit de compréhension, de tolérance, d’amitié entre les peuples, de paix et de fraternité universelle, et dans le sentiment qu’il lui appartient de consacrer son énergie et ses talents au service de ses semblables.

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

Comment est-ce possible ?

Posté par Rabah Naceri le 7 juin 2014

J’aurais imaginé que n’importe quelle absurdité pourrait arriver dans cette Cité, jadis Capitale Hammadite,  sauf celle-ci : une pétition contre l’érection d’une bibliothèque communale.

Pour éclairer les lecteurs ou les visiteurs du blog, je vous relate cette histoire insolite que le commun des mortels n’aurait jamais imaginé que cela arriverait dans cette ville qui a été élevée au rang de capitale des Hammadites. Cette ville des sciences, de la culture qui a abrité des rencontres de savants de la méditerranée et de bien d’autres contrées éloignées, cette ville qui, dans ses moments de gloire, a mis à la disposition de ses citoyens une bibliothèque contenant plus de 10 000 ouvrages, des manuscrits authentiques sur les recherches en mathématiques, sur l’astronomie, sur les sciences médicales, sur les sciences en théologie, etc…

Un terrain, situé sur la rue Ahcène DEHAS, relevant du patrimoine foncier communal, abandonné et transformé en décharge publique, a été affecté à la construction d’une bibliothèque communale par délibération de l’Assemblée Populaire Communale de Bgayet. Le wali, accompagné du premier magistrat de la commune et d’une délégation d’élus communaux ont procédé à la pose de la première pierre pour la réalisation de cette infrastructure culturelle il y a de cela une vingtaine de jours, c’est à dire vers le début mai 2014.

Il faut rajouter aussi que ce terrain est à une dizaine de mètres d’une sûreté urbaine (1er arrondissement), à une centaine de mètres du siège de la mairie, à une cinquantaine de mètres de la Direction des Travaux Publics, qui est également à cheval entre la rue du Vieillard et la rue Ahcène Dehas.

Le côté insolite de cette histoire est qu’un groupe de jeunes, se disant résidents de ce quartier et « défenseurs d’espace vert », ont osé lancé une pétition pour faire annuler ce projet de construction d’une bibliothèque. Ces défenseurs de l’environnement d’un autre autre âge obéissent sûrement à d’autres objectifs et aux orientations de quelques manipulateurs agissant dans l’ombre pour réduire la réputation légendaire de cette ville pour la Culture et le Savoir, et, du coup, détourner ce terrain pour la construction d’une promotion immobilière sachant que le prix du mètre carré dans cette zone est excessivement élevé.

Pour éclairer nos amis, j’ai pris soin de prendre quelques clichés de « cet espace vert » en présence de Mr Boubeker Amrani, correspondant du quotidien « La Cité », qui a rédigé de sa plume un article paru ce matin, samedi 07 juin 2014. Jugez par vous-mêmes la beauté de cet espace.

Espace_1   Espace_2  Première pierre

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Les manuscrits de Cheikh El-Mouhoub Oulahbib. Un trésor sauvé de l’oubli

Posté par Rabah Naceri le 22 mai 2014

manuscrits Les manuscrits du Cheikh El Mouhoub Oulahbib, un éminent savant du XIXème siècle et grand collectionneur d’ouvrages traitant de plusieurs disciplines littéraire et scientifiques, sont désormais sauvés de l’oubli, a indiqué, mardi dernier, lors d’une conférence à Tizi-Ouzou, le documentaliste Mechehed Djamel-Eddine. Cet érudit, né, en 1822, à Béni Ouartilane (Sétif), a constitué une bibliothèque de plus de 1 000 manuscrits, dont 66 copiés de sa main, qui ont failli disparaître durant la période coloniale, a affirmé ce documentaliste et chargé de la codicologie à l’association de recherche en histoire et mathématiques « Gehimab » de Béjaïa, lors d’une conférence animée dans le cadre de la célébration du mois du patrimoine. Cette bibliothèque, qui se trouvait dans la maison d’El Mouhoub Oulahbib, a été incendiée en 1957, a-t-il ajouté, avant de préciser que des manuscrits ont pu être sauvés, grâce à une femme, Zhira, la bru du Cheikh, aujourd’hui âgée de 80 ans, qui a transporté sur son dos tout ce qu’elle a pu arracher aux flammes. Elle a pu ainsi récupérer un total de 642 ouvrages qu’elle a ensuite enterrés dans une autre maison, où ils sont restés jusqu’à l’indépendance. En 1962, ces manuscrits ont été déterrés et gardés par des proches du Cheikh Oulahbib. En 1985, M. Mechehed Djamel Eddine, arrière petit fils du Cheikh, entame la collecte de ces documents pour les restaurer, les préserver et les faire connaître. Le documentaliste a relevé que « la particularité de cette collection, rédigée avec le caractère maghrébin, est d’être la plus importante, au Maghreb, en terme de diversité de disciplines ». On y trouve des ouvrages traitant de l’astronomie, de la logique, de la littérature et de la poésie, des mathématiques, de l’agriculture, de la linguistique, mais aussi des actes notariés, des documents imprimés dont des bulletins de vote de l’époque et des manuscrits écrits en Tamazight, a-t-il fait observer. « Ces documents ont permis àManuscrits_botanique des chercheurs en mathématiques, en Histoire médiévale et Histoire des sciences, de l’université de Béjaïa, d’avoir un aperçu sur le niveau intellectuel de la région et de reconstituer le milieu intellectuel de la Kabylie orientale du VIIIème et IXème siècle », a indiqué le conférencier. Après la collecte M. Mechehed, aidé par des spécialistes, a entamé un travail de restauration des manuscrits et procédé à leur classement et mise en forme, sachant qu’il s’agit de pages volantes non numérotées, et à l’identification des manuscrits. Il a ensuite fait appel à un artisan relieur pour la reconstitution des ouvrages. La restauration achevée, les manuscrits ont été numérisés et publiés sur le site de la bibliothèque virtuelle de la méditerranée « E-corpus » et sont accessibles au public et aux chercheurs qui veulent les consulter ou les étudier. Cheikh El Mouhoub a fait ses études à la Zaouia de Chikh Aheddad de Sedouk dans la wilaya de Béjaïa, puis à celle de Sidi Sahnoune à Djemaa Saharidj (Tizi-Ouzou). Après 14 ans d’étude, il a commencé à constituer sa bibliothèque, durant l’époque coloniale. Il a été emprisonné deux fois par l’armée française en 1864 et en 1871, durant le soulèvement du Cheikh Aheddad qu’il avait rejoint. À sa sortie de prison, il a été assigné à résidence. L’année de la mort de cet érudit n’est pas connue, selon le conférencier.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Les détenus du 19 mai 1981 ont parlé…

Posté par Rabah Naceri le 14 mai 2014

L’association des étudiants de la cité « Aâmriou » (résidence ex ITE) a organisé une conférence débat animée par trois détenus du 19 mai 1981 à savoir Aziz Tari, Nacer Boutrid et Mokrane Aggoune. Il y avait également deux autres détenus qui ont tenu à assister à ce premier évènement, il s’agit de Zoubir et de Brahiti.

Il se trouve que Mokrane Aggoune et Brahiti étaient les plus jeunes détenus de l’Algérie indépendante. Ils avaient à peine seize ans lorsque le pouvoir algérien leur a fait connaitre les tortures et l’enfermement dans les geôles de la prison d’El Khemis (Bgayet) accusés d’atteinte à la sécurité de l’Etat alors qu’ils étaient lycéens et n’avaient pour unique tort d’avoir revendiqué la reconnaissance de Tamaziɣt, le respect des libertés démocratiques et plus de justice.

J’ai failli oublier que Nacer Boutrid et onze de ses camarades détenus ont passé les épreuves du Bac en prison, et six candidats détenus…l’ont obtenu avec une excellente moyenne. Mieux encore, Boutrid s’est présenté l’année suivante aux épreuves du Bac option « lettres arabes » et il l’a…encore obtenu.

Tour à tour, le conférencier et ses autres compagnons ont apporté leurs témoignages qui ont fortement ému l’assistance dont certains n’ont pu retenir leurs larmes. L’assistance suivait religieusement les récits de chacun des intervenants qui ont, pour la première fois, accepté de parler par devoir de mémoire envers les jeunes qui ignorent presque tout du 19 mai 1981.

Comme la majorité des étudiants étaient en période d’examens, les conférenciers ont manifesté leur disponibilité à tenir de nouveau la même conférence selon le programme des étudiants pour que tous les jeunes étudiants apprennent la portée politique et culturelle du 19 mai 1981.

Camera  

Camera 

Camera

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

Politique de l’espace ou espace politique ?

Posté par Rabah Naceri le 14 mai 2014

Massacre_Espace_Vert
Mauvaise gestion, vide juridique et instrumentalisation du foncier

Espaces verts et jardins exclus des villes

La déception est grande de constater au quotidien que de nombreux responsables politiques, au niveau national et local, continuent de cautionner, voire en être même à l’origine, des projets d’urbanisation rapide et sauvage des villes, ignorant en permanence les appels des citoyens pour la préservation des espaces verts, plutôt de l’espace tout court.

Ces mêmes responsables qui affirment œuvrer pour le développement de la ville et du cadre de vie de tous, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, enfants et personnes âgées. Rares sont ceux qui joignent l’acte à la parole. En témoignent, les nombreux «massacres» infligés à la nature, à l’espace, à la cité, au patrimoine architectural historique et culturel, au moral et à la santé publique. Tout cela, sous prétexte de «l’urgence» de construire des logements, avec tous les espaces d’accompagnement nécessaires,à l’exemple des établissements scolaires, les structures de santé et autres. Alger étouffe. Elle et toutes les autres grandes villes du pays.

Cheikh Ferhat, spécialiste en météorologie et en environnement, bien connu des fidèles de la Radio algérienne, dénonce cette disparition continue de l’espace vert par la faute d’une mauvaise gestion de la collectivité locale. «Il est clair que la raison première de cette grande anarchie est dans le mauvais choix des responsables. Nous n’avons pas les hommes qu’il faut aux places qu’il faut. Nous n’avons pas de conseillers de l’environnement dans nos administrations, surtout pas dans nos APC. Pourtant les compétences existent. Des ingénieurs d’État, spécialisés dans le domaine (environnement), chôment. À leurs places, on met des bureaucrates». Cheikh Ferhat rappelle que les normes concernant la superficie de l’espace vert par habitant est loin d’être respectée à Alger ou ailleurs dans les autres grandes villes du pays: «La norme est de 10 m2 par habitant. Chez nous, elle est de moins d’1 m2 par habitant. Et l’on se demande pourquoi les gens souffrent de maladies respiratoires, oculaires et aussi de stress et de dépression! Pollution aidant, en raison notamment de la forte présence des véhicules, les conséquences de cette urbanisation sauvage des villes ne pourraient être autrement». À ce sujet, l’animateur de radio rappelle l’urgence de trouver une solution au problème de transport dans les grandes villes : «des études montrent que l’essence est un produit cancérigène. Il faut réduire au maximum son utilisation et, en parallèle, encourager le développement du transport en commun (métro, tramway et téléphérique). Il faut mettre le paquet pour cela. Nous avons les compétences humaines pour la réalisation des projets allant dans ce sens, mais aussi les ressources financières.
Près de 200 milliards de dollars de réserves de change, c’est de l’argent. Il faut l’exploiter dans des projets d’utilité publique d’avenir». Sur un autre plan, le spécialiste en météorologie et en environnement juge nécessaire de déplacer certaines administrations : «il est temps de procéder à des délocalisations. Il n’est pas normal que tout soit concentré à Alger. Sincèrement, je ne vois pas l’utilité de la présence de certains ministères dans les lieux que l’on connaît…». Évoquant toujours la
nécessité d’aller vers une politique efficace de préservation des espaces verts, notre interlocuteur dira : «Les espaces verts et les jardins laissés par la France sont aussi en voie de disparition. Les autorités ou les organismes habilités font semblant de les entretenir, mais pas vraiment comme il se doit. C’est comme ces semblants de travaux engagés aux abords des routes et autoroutes. Ils mettent du gazon pour l’ornement, sans plus. Ce n’est pas cela que nous demandons. Nous voulons de vrais espaces verts, avec des bancs publics, l’ensemble bien aménagé de façon à permettre à tous de s’y sentir à l’aise, en contact avec la nature pure».
Et de poursuivre : «Par miracle, le Jardin d’essais du Hamma a été préservé, après qu’il y eut des rumeurs sincères de le récupérer et de le diviser. En revanche, la forêt de Bainem qui est aussi le poumon d’Alger est à l’abandon. Il faut la protéger. La forêt de Bainem demande un plan d’aménagement. Les pouvoirs publics doivent faire appel aux spécialistes pour sauver ce qui reste de ce qui est source d’oxygène et de bien-être pour nous tous. Je ne parle pas seulement de la forêt de Bainem, mais de toutes les parcelles de terrain où il reste encore un peu de verdure».

Rabah Naceri, un citoyen militant de la ville de Béjaïa, spécialiste dans l’aménagement du territoire, rappelle qu’en date du 9 mai dernier, des habitants d’une cité, au cœur de la ville, sont sortis dans la rue pour dire leur opposition à la récupération d’un terrain par un promoteur immobilier. Sur les banderoles, il était écrit: «Arrêtez de marchander nos espaces verts!». Un cri de détresse porteur de plusieurs messages. Notre interlocuteur rappelle que «ce terrain a déjà fait l’objet d’une tentative de construction, il y a quelques années, par un promoteur. Ce dernier a vite abandonné son projet par suite d’une réaction musclée des résidents de cette cité. Et voilà qu’aujourd’hui, la même tentative se refait pour l’érection d’une promotion immobilière». Les manifestants, décidés à protéger leur espace, dénoncent l’absence de réaction de la part des autorités qui sont censées se charger de cette mission. Ils accusent les autorités locales d’être complices dans cette «affaire de détournement» et l’Agence foncière de la wilaya de laxisme. «L’Agence foncière de wilaya est censée veiller à préserver les espaces verts urbains et à règlementer l’urbanisation des poches de terrain se trouvant dans les périmètres urbains ou ruraux», soutiennent-ils.
Allant plus dans le détail, Rabah Naceri indique que «l’espace en Algérie, quel que soit son statut (privé, public, domanial, communal, waqf…) n’a jamais bénéficié de l’attention méritée des pouvoirs publics, alors qu’il est un élément essentiel dans tout programme de développement qu’il soit local, régional ou national. Pour preuves, une grande partie des wilayas n’ont pas élaboré, à ce jour, leur plan cadastral. Cette opération technique qui est indispensable aurait permis aux responsables de chaque entité territoriale d’identifier et d’inventorier toutes les parcelles de terrain ainsi que leur nature juridique.
En possession de toutes ces données physiques, les décideurs n’auraient eu aucun mal à gérer rationnellement l’espace et de réussir, par ailleurs, leurs programmes de développement au lieu de buter sur ce fameux écueil du foncier qui les contraignent à délocaliser des projets structurants s’inscrivant dans le registre des revendications populaires (exemple: programmes de logements, infrastructures scolaires, infrastructures de la santé…)». Pour notre interlocuteur, le foncier comme bien d’autres choses essentielles dans la vie du citoyen, est utilisé comme moyen de chantage pour des fins exclusivement politiques: «L’espace est devenu un moyen instrumentalisé par certains responsables pour inscrire dans leur région natale des projets qui, souvent, ne répondent nullement aux besoins de la population de cette région. C’est ainsi, à titre d’exemple, que nous voyons certains établissements scolaires fermés pour absence d’élèves parce qu’érigés sans étude dans des sites qui ne répondent pas aux exigences du secteur de l’enseignement». Insistant encore sur la question, il dira: «Les pouvoirs publics ont préféré politiser l’espace au lieu d’élaborer une véritable politique de l’espace qui nous aurait évité l’usage anarchique de l’espace tel que nous le voyons aujourd’hui. À titre d’exemple, à Béjaïa, trois espaces verts ont été sauvés d’une « bétonisation » certaine grâce au mouvement citoyen qui a dénoncé et empêché des détournements d’espaces publics alors que les agences foncières de wilaya se sont murées dans un silence incompréhensible». Des citoyens sont aussi mis en cause, profitant des lacunes dans les textes de loi: «Conscients de ce vide juridique, certains individus n’hésitent pas à défricher des parcelles de terrain à l’orée des forêts, allant même jusqu’à provoquer des incendies graves qui ravagent des versants de montagnes entiers sans se soucier des conséquences sur l’équilibre écologique et les dégâts, dont nul ne peut évaluer l’ampleur, sur la faune et la flore. L’anarchie s’est, également, étalée aux zones urbaines qui se traduit par une incroyable déformation du paysage urbain et c’est ainsi que nous assistons de jour en jour à la disparition d’espaces verts, remplacés par d’énormes bâtisses avec des baies vitrées qui côtoient des cités anciennes qui sont l’âme de la ville».

Pour remédier, un tant soit peu à la situation, l’urgence aujourd’hui, entre autres solutions, est «d’activer l’opération cadastrale et de mettre en place une véritable politique de gestion de l’espace pour mettre fin à cette avancée anarchique du béton qui enlaidit nos cités et développe un stress généralisé au sein de notre société qui peine à s’épanouir devant ces agressions quotidiennes».
(Par Karima Mokrani. Source: http://www.latribune-dz.com/news/article.php?id_article=5621 ).

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

1...34567...53
 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...