Environnement. Urgence de préparer un autre C.E.T avant 2019.

Posté par Rabah Naceri le 21 août 2015

Toute la population de Bgayet, les Amis de Bgayet et les fidèles estivants des côtes de Bgayet ont vivement applaudi la fermeture définitive de la honteuse décharge de Boulimate qui a été, pendant longtemps, dénoncée par tous les citoyens.
Je vous fais l’économie des détails qui ont entouré l’histoire de cette décharge qui ressemble à une tumeur cancéreuse, provoquée par une main maléfique, sur le visage d’une belle femme.
L’essentiel, aujourd’hui, est que ce site qui a absorbé des centaines de milliers de tonnes d’ordures ménagères de la commue de Bgayet et parfois même des environs est fermé définitivement.

L’idéal, aujourd’hui, serait de réhabiliter cet espace par des actions de volontariat et de reboisement par de multiples espèces végétales adaptées aux conditions climatiques du lieu qui pourrait être transformé en un très bel arborétum,donc une excellente source d’oxygène et d’espace pédagogique et récréatif pour les collégiens, lycéens, étudiants et riverains.

Le point sur lequel je voudrai insister est que le C.E.T (centre d’enfouissement technique) de Sidi Boudrahem a été conçu pour une durée de vie de quatre (04) années, ce qui nous amène à penser  son remplacement en 2019. Autrement dit, les pouvoirs publics, c’est à dire les services techniques de la commune en partenariat avec la direction de wilaya de l’environnement, doivent, dès aujourd’hui, réfléchir au choix d’un autre site et d’entamer sans attendre sa réalisation pour être dans les délais.

Je vous joins ci-dessous un article de presse publié sur le quotidien national El Watan

CET Sidi Boudrahem

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

A qui la faute ?

Posté par Rabah Naceri le 31 juillet 2015

En parlant de civisme ou d’hygiène publique, nous avons souvent tendance à condamner le citoyen pour sa démission de la chose publique et collective avant d’évoquer la responsabilité des services publics et de l’autorité locale.

J’ai rédigé, il y a à peine quelques semaines et dans ce même blog, un article appuyé par des photos où j’ai dénoncé le comportement des jeunes de la D.A.S qui ont abandonné les tas de feuilles mortes, des branches coupées et autres brindilles sous les cyprès du jardin « El-Qods » au risque de provoquer un incendie qui aurait fait d’énormes dégâts sur la belle végétation du jardin, au niveau des deux écoles primaires Ahmed Azzoug, des maisons avoisinantes, des magasins et des véhicules.
J’ai attiré l’attention, comme je l’ai dit dans l’article, de deux vice-présidents et d’un élu de l’assemblée en plus du maire sur les risques multiples de cette négligence en plus de la dégradation consciente de ce lieu au nom hautement symbolique. En vain.

J’ai donc pris la décision de débarrasser ces ordures, avec l’aide de mes deux fils, et de les éloigner du danger tout en les rapprochant du portail d’accès qui facilitera la tâche au tracteur qui viendrait les évacuer. Ce volontariat s’est déroulé le 11 mai 2015 et jusqu’au 30 juillet 2015 aucun responsable ne s’est soucié d’instruire le service concerné pour l’accomplissement de cette tâche.
A la surprise générale, au cours de l’après-midi du mercredi 30 juillet, un feu s’est déclenché au milieu de ce tas de branchage et de feuilles mortes. Le feu, selon les témoins oculaires, a pris rapidement en dégageant des flammes énormes suivies d’une forte chaleur s’ajoutant à la canicule exceptionnelle de ces deux derniers mois d’été. Heureusement, aucun incident n’est à déplorer à part la peur panique provoquée par ce feu.

Volontariat du 11 mai

Qods_06  Qods_03  Jardin_02

Catastrophe du 30 juillet

Feu_Jardin_01  Feu_Jardin_02

A qui la faute ?

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Le soufisme est un islam de la vie , pas un islam de la mort (Zaïm Khenchelaoui)

Posté par Rabah Naceri le 13 juin 2015

Zaim

Le canal de l’école est-il le plus indiqué, selon vous, pour diffuser cette pensée ?

Oui, absolument. Il y a l’école et il y a la mosquée.
La mosquée qui nous échappe complètement, et qui est, encore aujourd’hui, le foyer d’un discours haineux. Je ne généralise pas, mais en tout cas il en reste encore des traces. Il y a encore de l’exclusion. Il y a de l’exclusion à l’égard de la femme. Regardez par exemple aujourd’hui (référence au colloque sur Ibn Arabi, ndlr), il y avait des femmes non voilées, il y avait des femmes qui présidaient les séances. Et cela ne choque personne. C’est ça l’Algérie authentique, l’Algérie ouverte.
Vous avez dû noter aussi la présence de chrétiens dans la salle. Il y avait Monseigneur Teissier, mais il y avait aussi d’autres chrétiens qui étaient là. On a beaucoup à gagner si on pouvait relayer cette parole et réactiver cette pensée. On est assis sur un trésor. On est comme un enfant qui joue avec des joyaux, des bijoux, des perles. On est comparables à ça. Nous avons entre les mains un trésor inestimable, un trésor immatériel et spirituel auquel nous tournons le dos d’une manière complètement folle et pathologique.

Vous avez souligné dans votre conférence, en parlant du périple d’Ibn-Arabi enAlgérie, qu’il avait fait une halte décisive à Béjaïa, et vous avez précisé qu’à l’époque il fallait faire ses ablutions avant d’entrer à Béjaïa…

C’est vrai ! Béjaïa, la ville des 99 saints de Dieu. On dit qu’il en manquait un pour qu’elle devienne aussi sacrée que La Mecque. On l’appelait d’ailleurs La Petite Mecque. Et les voyageurs, les gens qui étaient extérieurs à la ville, faisaient effectivement leurs ablutions à Bir-Selam avant d’entrer à Béjaïa. Bir-Selam existe encore aujourd’hui. Ils le faisaient par respect, par révérence à cette ville sainte qui était la ville de Sidi Boumediène.
Sidi Boumediène a, certes, été enterré à Tlemcen, mais il faut savoir qu’il a vécu à Béjaïa, et c’est là qu’il a fondé son école mystique. Et Béjaïa était un immense foyer intellectuel dont le rayonnement a touché même le sud de l’Italie puisqu’on parle d’un pape qui a fait sa formation là-bas.
Des Européens venaient s’y former dans les différentes sciences. On parle d’une ville où on formait aussi bien les filles que les garçons. Personne n’était analphabète. Tout cela, c’est grâce au soufisme.
Le soufisme, c’est notre issue de secours, sinon on voit ce qui nous attend. On va droit dans le mur. Quand on parle de l’extrémisme, de l’intégrisme, de tous ces crimes, il fallait prévoir cela, il fallait être préventif. C’est comme les maladies. On ne peut pas s’exposer à tous types de virus et s’étonner de tomber malade après. Il faut un vaccin. Il faut s’immuniser, et notre immunité, c’est le soufisme. Il n’y a pas que l’aspect religieux dans le soufisme. Le soufisme, c’est aussi la musique, ce sont les arts, c’est la céramique, c’est la calligraphie, c’est l’art architectural.

Regardez les zaouïas comment elles étaient construites : à échelle humaine, dans la douceur, il y avait des points d’eau, il y avait de la verdure partout… Aujourd’hui, on construit des mosquées avec du «baghli» comme on dit. On adore le «baghli».
Le soufisme est esthétique par essence. C’est l’adoration de la beauté. Aujourd’hui, on adore le ciment, le béton armé. C’est à l’image de nos coeurs endurcis. Quand on pénètre dans une mosquée, on ne sent pas d’échos divins. On est dans l’idéologie, on est dans la culture de la haine, on est dans la culture de l’exclusion. C’est la religion de l’Antéchrist (al massih adadjal qui apparaîtrait à la fi n des temps, ndlr). Ce n’est pas possible ! Il faut qu’on se ressaisisse ! Il est sidérant de voir à quel point on est tombé bas.

Extrait de l’interview réalisée par Mustapha Benfodil (El Watan du samedi 13/6/2015)

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

Origine du nom « Bougie »

Posté par Rabah Naceri le 4 mai 2015

Bougie_Ma_Ville

Le mot « bougie » n’est apparu dans la langue française qu’au XIVe siècle, tiré de Bugaya transcription en arabe du mot Kabyle Bgayet, nom d’une ville maritime d’Algérie en Kabylie (actuellement Béjaia) qui fournissait une grande quantité de cire pour la fabrication des chandelles.

Au plan terminologique l’appellation « bougie » est réservée à un instrument fait exclusivement de cire d’abeille. Les bougies, naturellement de couleur jaunâtre, peuvent aussi être blanches si la cire qui les constitue a été blanchie par une exposition au soleil de plusieurs jours, voire semaines. Les bougies blanches ont un coût encore plus élevé que celui des jaunes, et elles sont presque exclusivement utilisées dans les palais royaux. Le mot « chandelle » est donc réservé aux instruments faits de suif.

Dès le XIVe siècle en France, il existait une corporation des chandeliers-ciriers-huiliers rangée sous la bannière de Saint-Nicolas. Les principales opérations du métier consistaient à clarifier le suif et la cire, à couper et à ajuster les mèches de deux fils de coton et d’un fil de chanvre, à les attacher par rangées à une baguette, à les plonger et à les replonger, jusqu’à ce qu’elles aient acquis la grosseur et le poids convenable, dans le vase qui contient le suif ou la cire en fusion. Cette corporation était très réglementée pour éviter les falsifications : il était notamment interdit de mêler la vieille cire avec la nouvelle, le suif de mouton avec le suif de vache, et de mettre, aux mèches, plus d’étoupe que de coton.

La noblesse et le clergé s’éclairaient avec des cierges en cire d’abeille et laissaient au peuple français l’éclairage au suif. Le cierge de cire conserve les avantages de la chandelle et en élimine les défauts. Mais son prix (sous Louis XIV le coût d’une bougie équivalait au salaire journalier d’un ouvrier spécialisé soit environ 2,5 Livres) en limite la diffusion aux plus hautes sphères de la société et notamment de la Royauté.

La bougie comme telle fut développée au milieu du XIXe siècle et se distingue de la chandelle par sa matière première et par l’utilisation de mèches de coton tressé. Le tressage permet à la mèche de se courber et de se consumer : inutile alors de la moucher. La misérable chandelle commence alors à disparaître.

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

La saleté s’impose aux lieux du Savoir. Incompétence ou irresponsabilité ?

Posté par Rabah Naceri le 28 avril 2015

Contrairement à certains amis qui animent la toile web en publiant de beaux clichés qui montrent, en effet, de magnifiques paysages de la ville ou des environs. Les photographes qui nous rapportent ces beaux paysages méritent d’être félicités pour le magnifique travail qu’ils font en le partageant avec tous les internautes. Il est tout aussi vrai que notre région recèle de merveilleux sites naturels qui méritent d’être montrés à d’autres. Il faut cependant préciser que ces sites ne sont pas l’œuvre des hommes mais de dame nature.
Me concernant, je préfère dévoiler les insuffisances des responsables de cette wilaya, qu’ils soient élus ou désignés, car ces responsables ont pour mission d’améliorer le quotidien des citoyens et de veiller à leur bien-être. Donc, en dénonçant ces insuffisances, cela contribue à attirer l’attention de ces responsables pour y remédier.

La chose qui me chagrine le plus et au quotidien, c’est le manque d’hygiène qui devient général. Il n’existe pas un seul quartier qui n’a pas sa part d’ordures ménagères et cette situation tend à se généraliser au niveau de plusieurs communes de la wilaya et plus particulièrement au niveau du chef-lieu. Le comble est atteint lorsqu’on remarque des décharges sauvages aux abords des établissements scolaires et des édifices publics censés être la vitrine de l’Etat.

CEM_Concession

 Nous voyons sur cette photo, prise ce matin 28/4/2015, une décharge sauvage devant l’entrée des élèves. Ni l’administration, ni les parents d’élèves n’ont pris l’initiative de nettoyer et d’interdire cette pratique dégradante et réductrice. Cette pratique se banalise et l’élève finit par s’accommoder à cette anomalie alors que c’est maintenant que le jeune adolescent doit apprendre à lutter contre le désordre, la saleté, etc…

Mieux encore, je me suis rendu au campus universitaire « Aboudaw » il y a deux ou trois jours et ce que j’ai vu aux abords immédiats de cette institution du Savoir a « bloqué ma cervelle » comme on dit dans le langage populaire.
Des quantités énormes de bouteilles de bière, de canettes, d’emballages divers jonchent tout l’espace qui borde la clôture de l’université. Comme pour mieux s’imposer aux regards des étudiants et des enseignants, ces saletés sont venues jusqu’au bord du quai où s’agglutinent les étudiants pour prendre le bus afin de regagner leur cité, pour ceux qui logent dans les cités, ou leur domicile, pour les étudiants externes.
Ces jeunes qui ont déjà un pied dans la vie active risquent de ne jamais réagir au désordre ambiant et aux ordures qui se trouveraient sur leur passage ou aux abords de leurs lieux de travail. Ils ne pourront jamais enseigner les règles de propreté ou d’hygiène à leurs élèves ni même à leurs enfants puisqu’ils ont évolué dans un milieu insalubre sans voir les responsables réagir à cet état de fait.

Observez ces clichés qui nous rappellent la réalité que nous vivons au quotidien.

Aboudaw_1   Aboudaw_2   Aboudaw_3  Aboudaw_4

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | Pas de Commentaire »

La wilaya de Bgayet fête ses 40 ans d’existence, mais toujours sans siège.

Posté par Rabah Naceri le 25 novembre 2014

Siège_wilaya

     Quarante ans ! Oui, cela fait 40 ans que Bgayet a le statut de wilaya puisque le décret portant création de la wilaya remonte à 1974. Et, aussi insolite que cela puisse paraitre, cette institution de la république est toujours sans siège digne de ce nom.

     L’actuelle bâtisse qui sert de siège à la wilaya était une cité de logements destinés aux enseignants et dans l’urgence d’application du décret portant création de la wilaya, il a été procédé au détournement de ces blocs qui ont subi des modifications à la hâte pour les adapter à la nouvelle affectation.

     Le mérite revient au wali, Meziane-Cherif, qui a su marquer de son empreinte son passage qui, malheureusement, n’a pas duré assez longtemps. Pour mémoire, nous citerons l’inscription et la réalisation de l’aéroport Abane-Soummam, l’ouverture de routes, le dédoublement de l’avenue Ben-Boulaid, l’élargissement et la modernisation de la rue de la Liberté, la création du jardin El-Qods qui a été inauguré par Yasser Arafat (at-irhem rebi), l’inscription et la réalisation d’un vaste programme de logements sociaux, etc…

     Après le départ de ce wali, ce fut des passages à vide et aucun wali n’a tenté d’ériger un siège digne de ce nom pour la ville qui fut jadis la capitale de la dynastie Hammadite, celle qui fut le centre de rayonnement culturel et scientifique pendants des siècles.
Un seul a fait l’exception et j’en témoigne pour l’histoire car j’ai passé avec lui les deux dernières années de mon mandat. Il a tout fait pour « que la wilaya de Bgayet ait son siège comme l’exige sa renommée et sa haute culture » (ce sont ses propres paroles). Ses efforts ont abouti en obtenant l’assiette de terrain mitoyenne à l’actuel « siège » et qui était occupée par le « Souk El-Fellah Le Palmier ».
La direction des domaines a demandé un prix très fort que le budget de wilaya ne pouvait pas accorder. Il multiplia ses contacts avec les ministères et ce fut l’ancien ministre de l’intérieur qui a réussi à le lui obtenir au prix du Dinar symbolique.
Le wali, Rachid Fatmi, m’a fait cet aveu que je rapporte mot à mot :
- »Si Rabah ! Je ferai tout mon possible pour que je réalise un siège de wilaya digne de Bejaia avant que je ne parte en retraite, si Dieu veut« .

     Le terrain en question, d’une superficie de près de 6000 m², a été reversé comme bien de la wilaya depuis le 1er trimestre 2002. Mon mandat s’est achevé en novembre 2002, quoi que le wali m’a prié de rester encore 2 ou 3 mois car toute  la Kabylie était à feu et à sang. Ces évènements tragiques ont retardé les élections locales et nationales car la population avait rejeté en bloc toute idée de vote.

     J’ai appris qu’un bureau d’études a été chargé d’élaborer un plan de construction du nouveau siège de wilaya. Mais après, je ne savais plus ce qui se faisait mais j’ai gardé une grande confiance envers ce wali qui voulait vraiment réaliser ce projet qui lui tenait à cœur. Malheureusement, ce wali fut, au cours d’un mouvement du corps des walis, muté à Souk-Ahras.

Nous sommes en 2014, et ce terrain demeure toujours nu et comme aucune information n’est donnée alors c’est dame rumeur qui s’active. Certains parlent même d’une tentative de détournement de cette assiette de terrain, d’autres parlent qu’une transaction est engagée entre le wali et le PDG de l’EPLF pour un éventuel échange de terrains. C’est la grande épicerie de wilaya !
Comment voulons-nous que notre wilaya trouve un toit aux nombreux citoyens demandeurs sachant que cette institution de la république est elle-même sans toit depuis 40 années ?

Espace_wilaya_3Espace_wilaya_5Espace_wilaya_6 Espace_wilaya_2Espace_wilaya_4 Espace_wilaya_1

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Bejaia à l’époque hammadite (par Zahir Iheddadene. Décembre 2010)

Posté par Rabah Naceri le 7 novembre 2014

Cette étude retrace l’histoire de Bejaia à l’époque hammadite, époque la plus glorieuse que cette ville ait connue.
Sur le plan de l’histoire politique beaucoup d’historiens, en arabe particulièrement et notamment Ibn Khaldoun, lui ont consacré de grands développements que nous résumerons dans un premier paragraphe. Ce n’est donc pas cet aspect qui nous préoccupe.
Notre recherche et notre curiosité se sont penchées sur la ville elle-même, sa physionomie, son étendue, sa topographie, sa structure, son activité, son développement d’une façon générale. En l’absence de documents, nous avons trouvé beaucoup de difficultés a reconstituer ce que fut cette capitale, l’une, si ce n’est la plus grande de l’époque.

 Zahir IheddadeneConcernant l’histoire politique de Béjaia, il suffit de signaler, avec beaucoup de réserves, l’ouvrage de Charles Ferraud, édité en 1868, mais qui garde toute sa fraicheur, tout particulièrement pour la période hammadide. IL y a lieu de souligner, également, que Béjaia (Bhegaith) a existé bien avant Saldae qui a été fondée par Juba II, le berbère et non par les Romains comme le prétendent certains historiens.
Résumons brièvement les faits historiques.
Béjaia, la hammadite a été fondée en 461 de l’Hégire(1067), par Moulay Nacer, fils de Alenas, fils de Hammad, de la grande tribu berbère des Sanhadja, pour deux raisons essentielles : s’éloigner des attaques répétées des bandes hilaliennes et créer un port pour s’ouvrir sur l’extérieur. Cette nouvelle ville a connu immédiatement une prospérité incomparable, comme l’attestent certains écrits de l’époque que nous reproduirons plus loin. Cette prospérité n’a cessé de se développer pendant la période Almohade et Hafside jusqu’à l’agression des Espagnols en 1509. Ce sont ces derniers, avec une barbarie effrénée, qui ont détruit la ville : ses palais, ses mosquées, ses quartiers ; ils l’ont pillée, volée et détruit toute trace de civilisation. Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 3 Commentaires »

Silence ! On pompe.

Posté par Rabah Naceri le 10 octobre 2014

Silence

A vrai dire, je ne savais pas si j’allais faire un article normal avec toute la littérature que cela exige ou bien en faire une simple publication insolite et passer à autre chose.

Finalement, j’ai opté pour une description très simple en implorant l’indulgence des visiteurs du blog et des lecteurs. Par précaution, avant de décrire la chose sur laquelle je voulais vous en parler, j’ai pris le temps nécessaire pour faire certaines vérifications afin de ne pas paraitre ridicule. Je me suis donc mis à rechercher la signification d’un panneau de signalisation routière que je n’ai rencontré nulle part dans notre wilaya ni dans d’autres wilaya de notre pays sauf à un endroit auquel personne n’aurait pensé. Pour bien faire, j’ai opté pour une capture d’image dans un logiciel de conduite homologué par les services des mines d’Europe. Voir ci-dessous

Panneaux

Ce panneau indique qu’il est interdit d’utiliser les signaux sonores, autrement dit, il est strictement interdit de klaxonner sous peine de contraventions. Et généralement, ce panneau, nous le rencontrons devant les établissements scolaires, hôpitaux et mosquées… Ce qui est tout à fait normal et logique. Or, ce panneau n’existe nulle part devant ces établissements énumérés, mais il est implanté en trois exemplaires devant les cuves d’hydrocarbures de Naftal au niveau de la rue de Lilles, arrière-port de Bgayet.
Ces trois panneaux existent depuis fort longtemps à cet endroit, comme le montrent les photos que j’ai prises moi-même.

IMG_1  IMG_2

Pour m’en assurer, j’ai sillonné la ville en faisant très attention, lorsque je passe devant un établissement scolaire, pour bien repérer ce fameux panneau qui devait, logiquement, y être implanté et bien visible pour imposer le respect aux automobilistes. Rien ! Les mêmes vérifications devant les structures de la santé aussi bien publiques que privées. Toujours rien.
Donc, je conclus que nos autorités savent ce qu’elles font.
Ce n’est pas grave du tout que nos enfants soient un peu perturbés par ces signaux sonores. Ils finiront par s’habituer. Le même traitement est imposé aux malades pour les accoutumer à la pollution sonore, mais on ne doit absolument pas déranger ceux qui pompent le liquide précieux. C’est ce liquide précieux qui constitue 98% de notre économie. Les cadres affectés à cette délicate mission forcent le respect auquel nous devons impérativement nous soumettre car ils veillent sur l’intérêt du pays et du peuple, et même des générations à venir.

Voilà pourquoi j’ai choisi le titre « Silence ! On pompe. »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Un Bougiote grimpe jusqu’au sommet de l’Everest

Posté par Rabah Naceri le 30 septembre 2014

Dendoune (Par Remi Yacine. El Watan). Journaliste atypique, il a gravi l’Everest en questionnant son identité, fait le tour du monde à vélo pour lutter contre le sida, parti à Baghdad pour servir de bouclier humain pour protéger une usine de traitement de l’eau. Nadir Dendoune ne peut se satisfaire d’une seule vie. Cette fois, il a enquêté en France et en Palestine pour décortiquer le traitement médiatique de «l’affaire Salah Hamouri», l’étudiant franco-palestinien qui a passé injustement 7 ans dans les prisons israéliennes.

-Pouvez-vous nous résumer votre parcours ? On a l’impression que vous avez vécu plusieurs vies…

Je suis né le 7 octobre 1972 à Saint-Denis (93). A 20 ans, ressentant le besoin de partir loin, je suis parti en Australie où je suis resté huit ans. En 2001, je prends mon vélo pour un tour du monde en solo (Sydney-Paris) en partenariat avec la Croix-Rouge australienne pour «faire plus de bruit contre le sida». En 2003, en pleine deuxième guerre du Golfe, je vais à Baghdad pour protéger une usine de traitement de l’eau (l’idée était d’empêcher, par notre présence, les Américains et leurs alliés de bombarder les sites civils). De cette expérience, naîtra mon premier livre Journal de guerre d’un pacifiste.

L’année suivante, j’ai repris des études de journalisme. Ce qui m’a valu par la suite de travailler au Parisien, à M6 ou à France 3. Actuellement, je collabore avec plusieurs médias, dont Le Courrier de l’Atlas, Jeune Afrique et L’Humanité. En 2007, mon deuxième livre, Lettre ouverte à un fils d’immigré, paraît. Un livre adressé à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, pour lui dire tout le bien qu’«un métèque de banlieue» comme moi peut penser de sa politique. En 2008, sans aucune expérience en montagne, je pars gravir l’Everest. Un périple de deux mois où j’ai failli plusieurs fois abandonner, mais j’ai tenu bon. Un hommage à la banlieue mais aussi à l’Algérie (ndlr, une première pour un Maghrébin), le pays de mes parents, les deux êtres les plus courageux que je connaisse.

-Quel est votre rapport avec l’Algérie ?

Comme beaucoup de fils d’immigrés, je venais au «bled» en vacances. Nous sommes originaires d’un petit village de Kabylie, dans les environs de Béjaïa. Gamin, il n’y avait pas d’eau, pas d’électricité, alors les vacances au bled, on ne peut pas dire que c’était le paradis. J’ai énormément voyagé par la suite, alors il m’était difficile par la suite de venir en Algérie. Aujourd’hui, j’y vais tous les ans. Un besoin viscéral de me ressourcer. Je loue souvent une voiture et je me balade un peu partout. L’Algérie est fantastique. Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

La légende de la croyante Mimouna (par Souad)

Posté par Rabah Naceri le 27 septembre 2014

Notre amie Souad a posté, dans une page facebook « C@fé des Bougiotes », une vieille légende que toutes les familles Bougiotes se racontaient chaque fois qu’une discussion portant sur la foi est lancée pour expliquer qu’en Islam tout est dans la sincérité de l’action.
Elle est tellement bien écrite que je n’ai pas résisté à l’envie, avec sa permission bien-sûr, de la reprendre dans mon blog afin de la partager avec tous nos amis qui, j’espère, nous feront part de leurs commentaires.

Bonne lecture !

SONY DSC

« Mimouna adore Dieu, et Dieu connaît Mimouma.’’

La légende de Lalla Mimouna

Son nom est connu dans toute l’Algérie et même au Maghreb : Lalla Maïmouna ou Lalla Mimouna. On la localise aussi un peu partout: dans l’Algérois, en Kabylie, dans le Constantinois, au Sahara, et bien d’autres régions…

La légende dit que c’est une femme pieuse qui ne parlait que son dialecte berbère. Elle ignorait la langue arabe et ne savait dire pour toute prière que ces mots: «Mimouna adore Dieu et Dieu écoute Mimouna.» Prière naïve mais prière sincère qui provient d’un cœur plein de foi et de sincérité.

Pour ne pas avoir à dire des choses désagréables, elle s’est retirée au sommet d’une montagne et vit en ermite. Elle dort dans une grotte et, le jour, assise sur un rocher, elle passe son temps à réciter sa formule: «Mimouna adore Dieu et dieu écoute Mimouna.» Le seigneur Tout-Puissant qu’elle invoque ainsi, sans fatigue, répond à ses besoins.

Elle avait chaque jour, dit la légende, sa nourriture et sa boisson de sorte qu’elle pouvait s’occuper de ses dévotions, sans avoir à se préoccuper de sa subsistance. Des gens parfois lui rendaient visite dans sa retraite et lui demandaient de faire des invocations pour eux. Elle répondait à la demande et, après avoir invoqué Dieu, elle reprenait sa litanie: «Mimouna adore Dieu et Dieu répond à Mimouna.»

Le temps passe, Mimouna prend de l’âge, mais elle récite toujours sa formule, le cœur plein d’amour et de crainte pour Dieu.
Un jour, alors qu’elle est en prière, un étranger de passage la croise :

— Bonjour brave femme, qui es-tu ? lui demanda l’étranger
— Je suis Mimouna, lui répondit-elle
— Que fais-tu ici, seule, dans la montagne ?
— J’adore Dieu, jour et nuit, en récitant «ma» prière
— «Ta» prière ? Mais il n’y a qu’une façon de prier ; mais récite-moi «ta» prière !»

Elle lui débite alors sa formule : «Mimouna adore Dieu et Dieu répond à Mimouna».
L’homme sourit et lui dit: «Non, dit-il, ce n’est pas comme cela qu’il faut prier !

«J’ai toujours prié de la sorte, dit la pauvre femme, bouleversée à l’idée de ne pas être en conformité avec la religion.»
«Ne t’inquiète pas, dit l’homme. Si tu veux, je vais t’enseigner la prière…»

La brave femme, encore plus inquiète, demanda: «Dieu me pardonnera-t-il d’avoir ainsi prié toutes ces années de retraite ? Je ne savais pas comment procéder et je ne sais pas la langue arabe !»
« Assurément Dieu te pardonnera, dit l’homme, puisque ta foi est sincère !»

Il s’assoit à côté d’elle et lui enseigna la prière, en lui répétant les formules pour qu’elle ne les oublie pas.
«Voilà, lui dit-il, satisfait. Tu sais maintenant prier correctement !»

Quand l’homme se lèva pour partir, Mimouna a appris la prière.
«Va, lui dit-elle, que Dieu te récompense pour la peine que tu t’es donnée pour moi !

— Fais des invocations pour moi, dit l’homme». Et il s’en est allé.
Aussitôt l’étranger parti, elle veut retourner à ses dévotions. Maintenant qu’elle a appris la façon correcte de prier, elle n’a plus besoin de ressasser sa formule: «Mimouna adore Dieu, Dieu répond à Mimouna».

Elle s’assoit à sa place habituelle et s’apprête à réciter les formules enseignées par l’étranger. Mais voilà que les mots s’emmêlent dans sa tête, elle n’arrive pas à les aligner et puis même les mots dont elle se rappelle, elle finit par les oublier.

«Mais que faut-il dire ?», se demande-t-elle. Elle regarda autour d’elle, dans l’espoir de revoir l’étranger qui lui a appris à prier, mais il a disparu !
«Mon Dieu, mon Dieu, gémit-elle, pourquoi cet homme est-il venu ? J’étais paisible et j’adorais mon Créateur, le cœur plein de foi, et voilà qu’il surgit et qu’il me dit que ma façon de prier n’est pas la bonne ! Il m’a appris sa façon mais je l’ai oubliée !» Elle se tord les mains : elle ne peut pas rester sans prier. Elle a le besoin vital d’invoquer le Seigneur pour lui témoigner sa foi ! Sans prière, elle est comme morte.

Puisque Mimouna a oublié la prière de l’étranger, elle ne peut que retourner à la sienne. Même si elle n’est pas correcte, elle exprime toute sa foi et son amour pour Dieu, Dieu lui pardonnera certainement son étourderie. «Mimouna, commence-t-elle, Mimouna…».

Et elle s’arrête : elle a oublié l’autre moitié de sa prière ! Elle tente de retourner à la prière de l’étranger, mais maintenant elle en a même oublié les premiers mots. Elle a oublié également sa formule ! Elle lève alors les mains au ciel et, dans un mouvement de colère, lance cette injonction : «Ô mon Dieu, cet homme m’a embrouillé l’esprit, embrouille sa route ! Fasse qu’il ne trouve pas son chemin ! Fasse qu’il reste prisonnier de la montagne jusqu’à ce que je retrouve ma prière !».

A ce moment-là, l’étranger qui s’apprêtait à quitter la montagne, se met à tourner en rond. Il lui semble que l’espace s’est refermé sur lui et il n’arrive pas à trouver son chemin ! «Que se passe-t-il, se demande-t-il, j’étais pourtant sûr de ma route, cette brave femme m’a bien orienté, je ne comprends pas pourquoi je me suis perdu !».

Il tourne ainsi toute la journée, passant et repassant inlassablement par les mêmes lieux. Désespéré, il décide de retourner auprès de Mimouna qui saura, peut-être, le guider. L’étranger retrouve Mimouna, pleurant, accoudée à son rocher.

«Qu’as-tu ? lui demande-t-il, tu étais bien quand je t’ai laissée.»
Elle le regarde et lui dit sévèrement : «J’ai oublié la prière que tu m’as enseignée et j’ai également oublié ma formule, de sorte que je ne peux plus invoquer le Seigneur Tout-Puissant !»

L’homme a aussitôt un soupçon: «Mimouna, ne m’aurais-tu pas lancé une malédiction ?»
– «Oui, dit la pieuse femme qui ignore le mensonge, je t’ai lancé une injonction !»

L’homme devient pâle.
«Tu as dû me maudire de t’avoir embrouillée !»
– «J’ai demandé à Dieu d’embrouiller ta route comme tu as embrouillé mon esprit !»

– «Pardonne-moi !» dit l’homme
– «Je te pardonne, dit Mimouna, mais rappelle-moi la prière !»
– «Je vais te rappeler ta formule, dit l’homme»
– Mais tu m’as dit qu’elle était incorrecte»
– «Que non ! dit l’homme. Ta façon de prier est très correcte puisque Dieu agrée tes invocations. Continue à la réciter, continue à adorer Dieu à ta façon, ô Mimouna, qu’importent les formules puisque, pour Dieu, seules la foi et la sincérité comptent !
Mimouna retourne donc à sa prière : ‘’Mimouna adore Dieu et Dieu connaît Mimouma.’’»
Et l’homme, comme par enchantement, retrouve son chemin.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

123456...53
 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...