Connaissez-vous le calendrier agraire de Kabylie ?

Posté par Rabah Naceri le 15 septembre 2021

Beaucoup de jeunes algériens de toutes les régions du pays ne connaissent pas du tout le calendrier agraire de Kabylie. Certains ont entendu leurs parents évoquer les noms des saisons mais rares sont ceux qui se sont soucié de les apprendre, ne serait-ce que pour les transmettre.

Voilà pourquoi j’ai jugé utile de les publier sur mon blog. Cela peut toujours servir.

FB_IMG_1578350721208

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | 1 Commentaire »

Quelques dates historiques sur Bgayet (Bejaia)

Posté par Rabah Naceri le 13 mai 2021

Dates historiques

27 -26 av.J.C

Après avoir été un comptoir colonie phénicien, c’est en 27-26 av J.C que, sur instruction de l’empereur Auguste Octave fut fondée sur le territoire actuel de Bejaia la Colonia Julia Augusta Saldensium Septimana Immunis « Saldae »pour les vétérans de la Legio VII Augusta.

Construite sur la déclivité de deux contreforts, Moussa et Bridja actuels que sépare le ravin de l’oued Abzaz, la ville était alors protégée par une enceinte d’environ 3000 mètres de circuit et le port se trouvait dans la petite anse au pied de la Casbah.

137 après J.C

Le ravitaillement en eau de la ville appelée à l’époque Saldae était assuré par un aqueduc qui captait la source de Toudja, sur le flanc du massif de Tadart Aghbalou, à 16,5 kms à l’ouest de Saldae.

La première intervention, vers 137, se serait limité à une étude de faisabilité. Les travaux  auraient duré de 04 à 06 ans et le rôle de l’armée se serait cantonné à la mise à disposition du chantier d’un technicien de haut niveau (un géomètre spécialisé), en la personne de Nonius Datus.

1067 – 1068

Le prince En-Nacer ben Alenas Hammad transféra la capitale de la dynastie Hammadite de la Kalaâ (aux environs de Msila) vers la ville de Bejaia  qu’il dénomma Naceria.

La ville prit alors une ampleur plus considérable, avec la construction d’un immense mur d’enceinte percé de sept portes, ainsi que l’élévation de plusieurs palais dont Ksar Amimoun, Ksar Kawakeb et Ksar Lou’loua (Palais de la Perle).

La ville était alors divisée en 21 quartiers.

1076

Suite à la nomination d’un prêtre nommé Servant au niveau de la ville de Bejaia, appelée à l’époque Naceria, le prince Hammadite Moulay Nacer achetait les captifs chrétiens  de sa région et les envoyait comme don au souverain pontife.

Ayant appris l’acte du prince, le Pape Grégoire VII lui écrit une lettre de remerciements, où jamais peut-être pontife romain n’a plus affectueusement marqué sa sympathie à un prince musulman.

1118

Après avoir été expulsé de la ville de Bejaia , où il était venu prêcher sa doctrine rigoriste, Ibn Tumert, trouve refuge auprès de Mellala, près de Bejaia.

C’est dans cette région qu’il fait connaissance de Abd el Mumin, le flambeau des Almohades ! Effectivement, c’est grâce à cette rencontre miraculeuse qu’une nouvelle dynastie prend naissance, celle des Almohades, dont Abd al Mumin sera le premier calife en 1130.

1202

Fibonacci, mathématicien italien né à Pise en 1175 et mourut vers 1240. Son éducation s’est faite en grande partie à Bejaia où son père Guglielmo Bonacci était le représentant des marchands de la république de Pise.

C’est à Bejaia que Fibonacci commence son éducation en mathématiques. Il étudie notamment les travaux algébriques d’Al-Khawarizmi.

Vers la fin du  siècle, Fibonacci rapporta de Bejaia à Pise les chiffres indo-arabes ainsi que les notions algébriques et rédigea son célèbre ouvrage Liber Abaci.

1307

Philosophe, poète, théologien, missionnaire, apologiste chrétien et romancier majorquin.

Il nait vers 1232 à Majorque et meurt en 1315. Arrivé à Bejaia en 1307, Raymond Lulle fut chassé par la population pour avoir soutenu sur la place publique la suprématie du christianisme sur l’islam. Il n’a dû son salut qu’aux intellectuels de la ville, avec qui il eut les fameuses disputes scientifiques  (une forme de dialogue interreligieux ).

Il fut caché dans une grotte, puis exfiltré après six mois de séjour.

1352 – 1354 – 1365

Historien et sociologue africain du Nord (Tunis 1332 – le Caire 1406), précurseur de la sociologie moderne, Ibn Khaldun effectua plusieurs séjours à Bejaia, quelques mois entre 1352 et 1354.

Mais c’est à partir de l’Andalousie qu’il revient en mars 1365

Lulle 001  Image 001

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | 1 Commentaire »

Le trésor des Remparts des Oliviers

Posté par Rabah Naceri le 11 avril 2021

Avec la permission des administrateurs du groupe « Babzman » sur facebook, je reprends un bel article sur l’histoire de ce trésor que, certainement, beaucoup de jeunes Bougiotes ne connaissent pas.

————————–

echo de BougieUne coupure de presse d’un journal « l’Echo de Bougie« , datant du 31 décembre 1905, relate la découverte d’un trésor au niveau de la Rampe des Oliviers lors des travaux de terrassement pour la construction de la maison Gotuso. Ce trésor était constitué de 329 pièces d’or et deux « ikhelkhalènes » (bracelets).

Le contenu intégral de l’article du 31 décembre 1905, Echo de Bougie

« Tout bougie n’a parlé, pendant quelques jours, que de la découverte du trésor, enfoui, dans les ruines à flanc de côteau au-dessus de la rampe des Oliviers et que les travaux d’édification de la maison Gotuso ont été mis à jour, le mardi 10 courant.

On sait que, 329 pièces d’or et deux khalkales (ou bracelets de pieds) pesant en tout 3 kilos et 92 grammes d’or, composaient l’ensemble de ces trouvailles.

Bien des gens  en apprenant cette découverte sont se bornés à supputer la valeur commerciale du magot…D’autres, plus intellectuels, se sont demandés de quelle époque dataient ces pièces arabes et ces morceaux d’orfèvrerie massives, et par quel hasard étrange gisait, dans cet endroit-là, au milieu d’un éboulis de vieille muraille, cette marmite où dormait une petite fortune.

C’est pour satisfaire les personnes avides de connaitre les choses du temps passé que je vais retracer l’histoire de Bougie à l’époque où ces pièces ont brillé au soleil… il y a 7 siècles passés.

Une « marmite » arabe

Les pièces d’or trouvées sont de deux dimensions, les petites portent au recto les inscriptions arabes suivantes, en exergue:

“Abou Mohamed Abd El Moumen ben Ali, Prince des croyants. Louange à Dieu Maitre de l’Univers. »

Puis, dans un carré au centre: « El Mahdi pontife du peuple, celui qui tient la main à l’exécution des ordres de Dieu. »

Au verso ; en exergue :

« Au nom de Dieu Clément et Miséricordieux. Que dieu accorde la Bénédiction et le Salut à Mohamed et sa sainte famille purifiée. »

Puis dans un carré au centre : « Il n’y a de dieu que Dieu, Mohamed est son prophète.« 

Les grandes pièces portent au recto, en exergue : « Le prince éminent Abou Abdallah Mohamed ben Ali. Le prince des croyants.« 

Puis, dans un carré au milieu : « Celui qui tient la main à l’exécution des ordres de Dieu : Le kalife Abou Mohamed Abd El Moumen Ben Ali, prince des croyants. »

Au verso on lit en exergue : « Dieu est unique. Il est notre Dieu. Il est Clément et Miséricordieux. Il n’y a de Dieu que Lui ».

Dans un carré au milieu : « Au nom du dieu Clément et Miséricordieux. il n’y a de Dieu que Dieu. Mohamed est l’envoyé de Dieu et Mahdi est pontife du peuple ».

Histoire et origine du trésor 

Voila ! Le mystère est dévoilé. Ces pièces sont au nom de Abd El Moumen Ibn Ali, premier sultan de la dynastie des Almohades fondée par son père Mohamed Ibn Toumert, le théologien musulman qui prétendait être le seul a bien prêcher l’unité de Dieu.

Les Almohades régnèrent sur la moitié de l’Espagne, sur le Maroc et sur le royaume de Tlemcen, et Abdel Moumen se proclama sultan à Tlemcen en 1130.

Sous prétexte d’interdire le culte des marabouts, qu’il traitait d’idolâtrie, il entreprit la conquête de tout le nord de l’Afrique. Il marcha sur Bougie, alors dans toute la splendeur de la prospérité de ces cent milles habitants. Au plein cœur de l’hiver, il traversa le Djurdjura et arriva les premiers jours de mars dans la vallée de l’oued-sahel avec une armée formidable.

Le sultan de Bougie, Sidi-Yaya, surpris n’eut pas le temps d’organiser la défense de la ville et marcha au devant de Abd El Moumen pour lui barrer le passage.

Le sultan Sidi-Yaya fut battu à Taourirt-El Arba (là où s’élève le monument du tombeau de la neige), il s’enfuit à Bougie et s’embarqua avec ses femmes et ses trésors qu’il transporta à Tunis, où il s’en fut implorer asile, abandonnant à Bougie tous ses partisans.

Abd El Moumen, vainqueur, fit son entrée solennelle sans résistance, et fut acclamé par la population de la ville.

Il pénétra dans Bougie par la porte de la « Kasbah », qui s’appelait alors Bab-Dar-Senaa, ou Porte de l’Arsenal, parce que le chantier de construction des navires était au bas de cette porte depuis l’an 1068.

Abdel Moumen était fastueux, il fit de Bougie une ville de fête et de débauche. Son sérail du Ksar Louloua (palais de la Perle), magnifique palais qui avait été bâti pour les femmes (en 1090) sur la colline où se trouve actuellement l’hôpital militaire, fut un lieu de séjour absolument enchanteur.

Abdel Moumen mourut en 1163 après avoir régné 11 ans sur Bougie, sans y séjourner en permanence, partageant son temps entre cette ville de plaisir et Tlemcen, sa capitale politique d’où il administrait le Maroc et le sud de l’Espagne.

Voila pour l’histoire du Sultan qui fit frapper les pièces d’or de la maison Gottuso ; mais comment la marmite qui les contenait se trouva-t-elle enfouit sous les éboulis de construction où on l’a retrouvée ?

Un trésor bien caché 

Tout ce que l’on peut dire, c’est que 20 ans après El Moumen, en 1183, un nouveau Sultan conquérant assaillit et s’empara de Bougie. C’était le Sultan du Maroc El Ghania.

Bougie eut à soutenir un long siège et fut prise d’assaut ; une mise à sac en règle qui dura 3 jours.

La marmite, ses pièces d’or,  et ses riches « Khalkhales » étaient sans doute le trésor particulier et secret de quelques favorites du sérail, qui dut subir les conséquences multiples des dures lois de la soldatesque triomphante, et qui mourut sans doute, sans révéler à personne la cachette où a dormi plus de 700 ans dans les ruines du sérail, ce trésor qui fit jaser tant de gens, et qui m’a procuré le plaisir de vous narrer un peu de la splendeur et les revers passés de notre chère cité. »

 Mira. B.G

Sources :

  1. Récit de GASTON MARGUET, paru dans l’Echo de Bougie le 30 décembre 1905
  2. Illustration : Coupure de l’Echo de Bougie du 30 décembre 1905

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | 3 Commentaires »

Le passé glorieux de la Kelaa n’Ath-Abbas (par Medjahed Larbi)

Posté par Rabah Naceri le 8 avril 2021

Medjahed Larbi Notre ami Medjahed Larbi a publié, en décembre 2017, sur sa page facebook, un article très intéressant sur le glorieux passé de la Kelaa n’Ath-Abbas qui était la seconde capitale de la célèbre dynastie Hammadite.
Cet article m’a été transmis par mon grand ami Salim Graba que je remercie chaleureusement car il me donne la possibilité de faire profiter beaucoup d’autres citoyens de la région ou d’ailleurs, en le republiant dans mon blog, afin de mieux faire connaitre la glorieuse histoire de notre peuple.
—————————————————–
La Kélaa (forteresse) des Ath-Abbas, témoigne à travers ses ruines d’un passé glorieux. Perchée à 1300 m d’altitude et remparts infranchissables aux multiples envahisseurs…
Sa position géographique avait joué un rôle important dans son rayonnement étant donné qu’elle avait été peuplée bien Av.JC et au temps de Ptolémé. Elle avait accueilli la première vague de juifs qui l’enrichississaient culturellement …
La multitude des cimetières témoigne de l’importance de la densité de peuplement et la coexistence des lieux de cultes des trois religions monothéistes nous renseignent sur la cohésion sociale et la tolérance qui existaient dans la deuxième capitale des hammadites. On retrouve à travers l’architecture et l’occupation spatiale du village non seulement l’empreinte des juifs et Andalous mais aussi la racine amazigh authentique (la Kelaa est divisée en quartiers distincts où toutes entrées ou sorties étaient contrôlées à travers « assqif » -propre au berbère- et qui exprime un certain attachement à l’ordre sociale…
Elle était la deuxième capitale des hammadites et serait aussi une citadelle importante au temps des hafsides…
L’arrivée des Andalous faisait prospérer la citadelle grâce à leurs savoirs. C’était ainsi qu’elle devint le centre de créativité pour toute la Kabylie, à savoir : la maîtrise de l’orfèvrerie (qui serait repris par la région des Ath-yenni quand la Kelaa déclinait et à travers les mariages et le déplacement de la population pour de multiples raisons), la ferronnerie, fabrication d’arme, l’art de bâtir, l’ébénisterie qui serait graduellement transférée vers Thavou3anant, l’art culinaire…
On remarquera que, jusqu’à ce jour, des habitants de la Kelaa n’ath-abbas qui excellent dans ses branches d’activité … et ils ont propagé leur savoir-faire aux quatre coins cardinaux du pays, particulièrement à Constantine, Oran et à un degré moindre Blida).
Après l’effritement des hafsides, la Kelaa devint la capitale du royaume des Ath-Abbas dit de Mormol… Sous le roi abdellaziz, ennemi juré de Ahmed oulqadhi (royaume de koukou) et en coupure avec Bouzit le roi des bibans (tribu n ath-Vraham région natale de l’écrivaine Tassadit Yacine) était en perpétuel lutte contre les turcs car ils refusèrent de payer les impôts même si à des moment donnés on trouve les Ath-Abbas en entente avec les turcs surtout lors de l’occupation de Tlemcen par les marocains…
C’était le roi n’Ath-Abbas qui trancha la tête au fils du roi marocain et la montra au dey d’Alger, après avoir libéré Tlemcen… Mais les rivalités ne tarderont pas à s’affirmer entre les Ath-Abbas et les turcs, qui s’affrontaient continuellement…
Mokrane (ancêtre des Mokrani) continuait l’oeuvre de son père…)
Les trois royaumes kabyles étaient entre eux et en perpétuel lutte contre les turcs selon les circonstances…
J’aurai aimé que notre État conserve et restaure en totalité la citadelle pour qu’elle demeure un témoin de l’autorité de notre authentique histoire.
La photo exprime ma vision de l’histoire…derrière moi le village de la Kelaa et au loin le piton d’Akbou puis adrar Nour ou la montagne d’Illulen Oussamer y compris mon village à l’extrême on voit la montagne d’Awzellagen (ifri).
Sur ma gauche la tribu n’Ath ydhel ou le mausolée du cheikh Aheddad se dressait à Seddouk OuFella sans oublier..la commune de J3afra…

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

Histoire de la Montre Marine (par Christiane Lafage)

Posté par Rabah Naceri le 2 avril 2021

Notre ami Yassine Rebbache, passionné de recherche sur tout ce qui touche notre Algérie, a publié, sur sa page facebook, un article écrit par une jeune française Christiane Lafage. Cet écrit porte sur l’histoire d’une Montre Marine.
Je reprends, avec la permission Yassine que je remercie vivement, l’intégralité de l’article.
Henri LAFAGE vient de déposer un objet insolite au CDHA : La Montre Marine en cuivre provenant du navire KOUTOUBIA.
Débarquement à Bougie Le navire KOUTOUBIA a été sabordé ainsi que deux autres navires l’ALSINA et FLORIDA dans le port de BOUGIE le 13 novembre 1942 lors du débarquement des alliés Anglo-Canadiens.
Cette avait été offerte par le Commandant de bord du KOUTOUBIA à Mme Louise LAFAGE alors Présidente de la Croix Rouge à Bougie en 1942. Elle était l’épouse de Léon LAFAGE inspecteur principal des Eaux et Forêts de petite Kabylie à BOUGIE.
Henri LAFAGE a aussi déposé le témoignage de sa soeur Christiane (ci-dessous) sur le débarquement. Ils sont les petits enfants de Louise et Léon LAFAGE.
LE DEBARQUEMENT DES « ALLIERS» à BOUGIE en 1942
En novembre 42, je me souviens d’un certain dimanche où j’eus la plus grande peur-angoisse de ma vie.
J’avais 10 ans et j’étais restée à BOUGIE chez les grands-parents pour «faire» ma 6ème.
Je logeais rue du Vieillard chez les grands-parents LAFAGE et allais tous les matins suivre les cours chez le Grand-papa CLOT qui est à Place FOCH prés de la préfecture assurait avec ses filles, Coucou et Hélène, des cours à une quinzaine d’élèves de la 6ème à la 3ème.
Grand-papa était «prof» d’allemand, latin, grec (?). Tante Coucou assurait l’enseignement des maths et sciences. Tante Hélène celui du Français et de l’Anglais.
Tante Hélène était cheftaine d’un groupe d’éclaireuses dont je faisais partie. Nous avions décidé de monter au Gouraya pour un pique-nique, après le culte assuré par le grand-papa, pour y passer l’après midi.
Le samedi soir avec fébrilité, le sac fut préparé et rempli, mais le dimanche au réveil une surprise nous attendait, et elle était de taille. Grand-papa nous réveillait par un tonitruant: « ils vont débarquer, venez voir» !
Nous nous précipitons sur le balcon de la maison BORGE donnant sur la rade.
Doublant le Cap Carbon, des bateaux gris apparaissaient au loin dans la baie, ils glissaient lentement, j’écarquillais des yeux, j’admirais le spectacle mais le grand-père dit: « Il n’y aura pas de sortie d’éclaireuses aujourd’hui.»
Et moi qui me réjouissais tant de cette « première».
L’heure du culte approche, le culte se termine, on redescend place Foch, je pense n’avoir pas descendu les nombreuses marches du monument aux morts avec autant de fougue que les autres fois, je ne me souviens plus du déjeûner mais du goûter que nous avons pris chez les BOURGAREL l’après midi, alors oui, celui-là je me le rappelle très distinctement.
Les CLOT et les BOURGAREL installés devant une collation sur la terrasse dominant la mer observaient tous ces bateaux étrangers qui depuis le matin s’avançaient au large, très éloignés les uns des autres pour les plus gros. Dans la rade il y en avait également, et à quai un énorme « Monitor», celui-là , on devait s’en souvenir, il nous assourdissait plus d’une fois il se trouvait à moins de 100 mètres du balcon des Grands-parents.
Revenons au thé que nous n’avons pas pris le temps de savourer.
Tout d’un coup, venant de derrière les montagnes une volée d’avions arrivait, piquait sur la flotte, lâchait ses «pruneaux», et disparaissait aussitôt, ce fut aussi rapide que soudain.
Le Grand-papa s’était levé d’un bond en criant « ça va barder nous rentrons à la maison, vite ».
Ce premier bombardement par des avions Italiens ennemis, l’inquiétude des grand-parents parlant de choses que je ne pouvais comprendre dans la totalité restent dans mes souvenirs comme le premier moment très angoissant de ma vie de Bougiote.
Le deuxième bombardement eut lieu en début de soirée nous avions réintégré la maison et là, la riposte des Anglais et Canadiens ne se fit pas attendre. Pour moi, enfant, la guerre avait commencé. C’était cela la guerre !.
Les tirs de D.C.A, les piqués des avions, le bruit de ces junkers, les gerbes d’eau autour des bateaux, et puis les bateaux qui sont touchés, la fumée, les explosions durant toute une nuit dans un bâtiment au loin dans la baie chargé d’armement. Mais à chaque alerte le martellement assourdissant du «Monitor», Pan, pan, pan, les vitres qui vibraient, le bruit qui se répétait par ondes dans le mur contre lequel j’allais m’adosser au fond du couloir prés de la porte solide avec les parents et les battements de mon cœur qui m’étouffaient.
Le lendemain qui suivit le débarquement, triste spectacle au réveil ce matin là.
Je voyais mes premiers blessés de guerre défiler, allongés sur des «charretons» tirés par les porteurs le plus rapidement possible, va et vient incessant de voitures. Horrible spectacle de soldats affreusement brulés, bandés, sanguinolents, gémissant, je ne pouvais détourner mes regards d’enfant de toute cette souffrance.
A partir de ce moment là je ne vivais que dans la crainte d’une nouvelle alerte ; la riposte était au point et à chaque bombardement, nous en avions au moins deux par jour, attaquants et attaqués redoublaient « d’ardeur » et le Monitor nous surchargeait de décibels.
Mes grands parents décidaient alors de m’envoyer à l’intérieur des terres craignant pour ma vie et ma santé. (J’étais prise de tachycardie et de tremblement à chaque alerte).
C’est ainsi qu’un jour, avec tante Coucou je partais dans une carriole tirée par un cheval avec nos bagages à Oued Amizour, en Kabylie chez le Bachaga Abderraman Abd el Madjid ami de l’oncle André PFENDER Avoué à BOUGIE.
Je ne me souviens plus du départ mais l’arrêt à «La Plaine» faubourg de Bougie, alors OUI.
Nouvelle alerte, arrêt forcé à 1 km de la maison dans un abri de bus et là en plus du bruit des sirènes, des tirs de D.C.A du Monitor, je vois 3 avions touchés tomber à quelques minutes d’intervalle.
1er avion touché le pilote s’éjecte et descend en parachute
2ème avion explose en vol prend feu
3ème avion touché dont le moteur s’arrête et que je vois relié au sol comme par une corde ai-je rêvé l’avoir vu cela fait plus d’un demi- siècle que j’en ai été témoin alors …?
Ces trois avions sont tombés à quelque 200 mètres dans la nature proche. Alerte terminée nous remontions dans notre carrosse et les 25 km parcourus ont du être « menés rondement».
Le séjour chez le bachaga fut agréable sous certains rapports : accueil, nourriture, ah le pain!, vie avec les enfants dans cette belle demeure entourée de jardins où gambadaient des gazelles, très désagréables n’est-ce pas tantine en ce qui concerne les « pousses», et puis très angoissant, révoltant lorsque les «junkers» passaient au dessus de nous pour aller bombarder à la tombée de la nuit ou la nuit, on entendait tirer au loin et qu’on voyait les balles traçantes éclairer le ciel à l’horizon comme j’aurais ainsi que le «Monitor» puisse être ancré à Oued Amizour pour stopper, de ses tirs puissants tonitruants et précis, l’avancée de «l’ennemi».
Ce qui risquait d’arriver, arriva et c’est tante Hélène qui vint nous l’apprendre. Une bombe avait soufflé l’appartement des grands parents et toute la famille s’était repliée chez oncle André et tante Hilda, mais tout le monde était indemne. Ouf !
On n’entendait plus autant le « Monitor» et puis la maison de l’oncle était très solide il y a des piliers très sûrs, de la place.
Avec tante Coucou nous repartons donc pour Bougie dans cette grande maison où il y avait deux hommes maintenant qui avaient des conversations tellement intéressantes, que j’admirais beaucoup, et quatre femmes qui cuisinaient à merveille, faisaient des ouvrages de brôderie d’une finesse et puis il y avait Johnny … n’est-ce pas tante Hélène qui fumait ses « Players » à la bonne odeur, dans leur paquet carré avec le Marin tenant la barre.
Mais «l’école était finie», plus de maison, plus de livres plus d’élèves et j’allais réintégrer l’Oranie et Tlemcen après plus rien, péripéties et anecdotes mémorables.
Voyage retour en train cette fois, alerte, arrêt à El Mansour gare de triage. Quelques voyageurs se mettent à l’abri sous le train, il est 16 heures. Les militaires Anglais fidèles à leur tradition s’installent sur une plate-forme pour leur «tea», je n’ai rien compris de tout ce qu’ils se disaient en riant et en sirotant leur breuvage fumant, eux si placides, assis, dégustant devaient se gausser du comportement des étrangers civils qui les uns sous le train, les autres aux portières attendaient que la vague d’avions passe au-dessus de leur tête. Nous ne risquions rien, l’ennemi en voulait à la flotte ancrée dans les ports algériens.
Arrivés à Alger, nous avons été hébergés à la pension JOSSY, pension protestante d’étudiants rue Henri Martin. Les alertes dans ce grand port, loin de là où nous logions ne m’ont pas impressionnée mais ce dont je me souviens bien par contre, c’est cette tablée de jeunes gens et moi, toute petite, heureuse comme tout entre une tante et mon oncle« Geo». Qui était mon préféré (il avait 18 ans).
En l’entendant interpeller son copain David (était-ce son prénom ou son nom de famille) je me penche vers lui et à l’oreille doucement lui demande si son copain est Juif «eh! oui David et Goliath », les leçons de catéchisme des tantes avaient porté fruit. Il part d’un énorme éclat de rire, et s’adressant à David à travers la table « dis David ma nièce demande si tu es Juif ?» et moi toute honteuse, de me mettre à pleurer. Je me souviens que tantine prétextant que j’étais fatiguée m’a emmenée au lit.
C’est peut-être à partir de ce jour là que j’ai pris conscience qu’il ne fallait plus poser de questions aux grands, de ne plus parler et que pendant très très longtemps j’ai essayé de ne plus rien dire qui puisse faire de la peine aux gens car, j’avais cru sentir que David le copain avait été vexé que je le prenne pour un juif. Pourquoi cela était-il choquant d’être pris pour un juif si le David de Goliath était juif, il avait été très courageux non ? J’étais choquée, mais je devais être très fatiguée. Et tante de me mettre au lit en m’expliquant que cela n’était pas trop grave. Je n’en ai jamais voulu trop à mon oncle d’avoir interpellé son copain, et d’avoir fait rire aux éclats toute la tablée d’étudiants à mes dépends.
Ah j’oubliais lorsque la bombe a soufflé l’appartement des grand-parents, tante Hélène et grand-maman étaient dans la cave, abri de la maison BORGE, et le grand-papa était resté dans la maison pour y travailler à un sermon. Il avait promis à sa femme d’aller et de rester au fond du couloir jusqu’à la fin de l’alerte.
C’est au moment où en pleine alerte il se lève et se trouve à la porte du bureau tout contre l’armoire que la bombe ricochant contre le mur de l’immeuble du côté cour, s’enfonce dans le petit jardin voisin se trouvant au dessus de la cour et explose, le souffle a fait voler en éclats la porte d’entrée (où il aurait dû se trouver ) et a soufflé tout dans la maison.
Je n’ai pu retrouver du jeu de cartes se trouvant dans l’armoire qu’un valet de coeur. Un éclat de bombe était dans ma petite trousse à couture enfermée dans le tiroir également.
Tante Hélène et Grand-maman ont cru que le grand-père n’était plus là en arrivant en haut de l’escalier et en enjambant tous les débris de la porte.
Grand-papa, lui, se croyait aveugle, ses lorgnons avaient volé en éclats comme toutes les vitres de l’appartement, son visage, ses pieds étaient en sang.
Mais il était indemne.
La grand-mère LAFAGE, en tenue de Présidente de la Croix Rouge, avait vu tomber la bombe et s’était écriée « c’est chez les CLOT !» et de la rue du Vieillard elle était descendue en courant, en se jetant à terre sur le trottoir souvent au cours de l’alerte quand un avion passait au dessus de la rue Trézel. Elle a été la première à venir réconforter les parents hébétés au milieu des décombres de leur appartement et surpris d’être encore en vie.
Souvenirs de Christiane LAFAGE

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | 1 Commentaire »

Le calendrier agraire amaziɣ (par Djamel-Eddine MECHEHED)

Posté par Rabah Naceri le 14 mars 2020

Calendrier_amazigh

Le calendrier agraire amaziɣ
par Djamel-Eddine Mechehed

Mechehed Djamel-Eddine Mechehed, originaire d’Aït Wartilane, né en 1965 à Boussellam (Kabylie), diplômé en archives.

Documentaliste et codicologue, auteur de plusieurs travaux scientifiques sur l’histoire des manuscrits scientifiques d’Afrique du Nord, les manuscrits amaziɣ, le calendrier agraire amaziɣ, les chiffres et les systèmes de numération, la cryptologie et les sciences occultes, etc.

Auteur de 12 publications, internationales (dont 7 co-auteurs), 40 communications dont 6 avec actes publiés et 2 ouvrages.

Gérant de la collection de manuscrits Lmuhub Ulahbib, membre de la société savante Gehimab-université de Bgayet, membre de la commission nationale des manuscrits algériens.

 -=-=-=-=-=-=-=-=-

A l’heure actuelle, l’idée que l’on se fait du calendrier agraire amaziɣ, se limite à quelques dictons oraux et les rites de la fête de Yennayer.

L’analyse des manuscrits conservés aujourd’hui dans la collection Lmuhub Ulahbib en Kabylie, et dans d’autres collections : comme celle de l’Escurial en Espagne, Bibliothèques des universités de Princeton, du Michigan et d’Harvard (USA), Bibliothèque nationale d’Algérie, Bibliothèque générale de Rabat (Maroc), Bibliothèque nationale de France, etc, permettent de constater l’existence d’un calendrier amaziɣ savant issu du calendrier qui était d’usage chez les agriculteurs amaziɣ depuis l’antiquité.

Notre étude sur le calendrier agraire s’appuie sur un corpus de manuscrits inédits datant de plusieurs siècles, d’auteurs algériens, marocains et andalous.

Nous présenterons dans ce livre, le calendrier agraire amaziɣ conservé dans la mémoire collective et le calendrier savant, avec tout ce qu’il contient, d’observations astronomiques, de proverbes, de dictons, de la mesure du temps et le système d’organisation des activités agraires, etc.

Nous découvrirons, pour la première fois, des méthodes ingénieuses de calculs pour déterminer avec certitude, les débuts exacts des saisons, sous-saisons, le codage mnémonique et cryptologique, l’élaboration perpétuelle et les années bissextiles du calendrier, l’hygiène de vie, la diète, etc.

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

Réhabilitation du Calendrier agraire amaziɣ (par Djamel Mechehed)

Posté par Rabah Naceri le 8 février 2019

Calendrier agraire

Au cours de notre parcours, il nous arrive de découvrir des chercheurs, des poètes, des écrivains, des génies dans différents secteurs de la vie courante parce que la presse écrite et/ou les médias audio-visuels ont contribué à nous les faire découvrir. Il en est d’autres, discrets voire même très effacés, continuent, avec beaucoup d’humilité, leurs recherches sans trop attirer l’attention des médias.

Aujourd’hui, j’ai envie de contribuer à présenter au grand public un grand Monsieur qui a fait un fabuleux travail portant sur la réhabilitation du calendrier agraire amaziɣ. Il s’agit de notre ami Djamel Mechehed, un enfant de notre wilaya.

Comme nous le savons tous, le calendrier agraire amaziɣ est sérieusement menacé de disparition parce que très peu d’intérêt a été accordé par les pouvoirs publics à ce trésor de la culture et de la civilisation millénaire amaziɣ. C’est sur la base de ce constat que notre ami Djamel Mechehed a décidé de s’investir sur ce projet qui lui a pris près de dix (10) années de recherches en s’appuyant sur des manuscrits inédits et le riche enseignement de feu son père, at-irham rebbi.

———————–

Je vous reprends ci-dessous le contenu intégral du document qu’il a bien voulu me transmettre et pour lequel je le remercie vivement;

Le calendrier amaziɣ

Les amaziɣ antiques avaient un calendrier agraire basé à la fois sur les changements des saisons et les différents cycles de la végétation. En effet, la connaissance du climat et sa prévision occupent une place importante chez les amaziɣ en termes de savoir-faire (l’observation astronomique, de la mesure du temps, du système d’organisation des activités agraires, de proverbes et de dictons, l’hygiène de vie, la diététique, le codage mnémonique du calendrier, etc).

L’année est divisée en quatre-saisons, et composé de 365 jours et 1 /4, la division de l’année est probablement inspirée du calendrier Alexandrin. A l’arrivée des Romains, un autre calendrier solaire, dit Julien, allait se substituer au calendrier autochtone de l’Afrique du Nord, avec la réforme julienne (par Jules César en 46 avant J.-C).
Il faut rappeler que les noms des douze mois de l’année, des deux calendriers, agraire et savant berbéro-maghrébin sont dérivés du calendrier latin : Yennayer, (Januarius), Furar (Februarius), Meyres (Martius), Yebrir (Aprilis), Mayu (Maîus), Yunyu (Junius), Yulyu (Julius), Ġuct (Augustus), Štembeṛ (September), Utubeṛ (Otober), Nunbeṛ (November), ḏuǧembeṛ (December).

Dans la tradition orale amaziɣ, notamment de Kabylie, le découpage des saisons est bien ancré dans la mémoire collective. Les cycles sont accompagnés de rites et cérémonies, divisés en saisons et sous-saisons, avec leurs noms amaziɣ, en fonction des couleurs de la végétation, du ciel et du froid.
Pour permettre de mémoriser les cycles des saisons avec précisions pour les agriculteurs, on emploie des dictons populaires, on dit par exemple des pluies de Yennayer (s’il n’y a pas de pluies au début, ça sera dans les derniers):
« Mur yewwit s imezwura ad yewwet s ineggura ». On dit des nuits froides (Lyali) : « Ur tamen lyālī ma ṣaḥant ur tamen timɣarin ma tzalant ». Traduction : ne fait confiance aux nuits froides si elles sont dégagées ni à des vielles femmes même quand elles font la prière. « Furar ma yefagh d aghrar heyim tighrar »; ( Si le mois de Furar (Février), arrive avec une sécheresse, préparez vos paniers ). C’est-à-dire s’il vient avec cette façon, cela veut dire qu’il y aura une bonne récolte.

————————-

Mémorial du calendrier agraire Amazigh :

Sauvegarde et valorisation des savoirs et savoir-faire menacés de disparition

 

Le projet de réalisation d’un mémorial (une fresque ou une table d’orientation) que je propose aux associations et aux autorités sur le calendrier agraire amazigh dans un espace public, vise la réhabilitation de ce patrimoine culturel immatériel plusieurs fois millénaire. Il permettra de répondre à une forte demande de notre population pour sa sauvegarde et sa réhabilitation (voir par exemple les plus anciens comptes rendus de nos conférences sur le calendrier, à travers le pays depuis 2003 :

- https://www.liberte-algerie.com/lalgerie-profonde/celebration-de-yennayer-a-la-maison-de-la-culture-59819 

- https://www.depechedekabylie.com/cuture/171718-les-berberes-nutilisaient-pas-que-leur-instinct.html.

Nous avons constaté durant ces rencontres que seuls quelques agriculteurs et des personnes âgées maitrisent l’usage.  Depuis une vingtaine, voire une trentaine d’années, l’usage du calendrier agraire amazigh est de moins en moins employé et menacé de disparition, par les progrès technologiques, et le fossé qui se creuse entre nos générations. C’est au cours de ces communications et sur la base de notre constat qu’est née l’idée de composer le calendrier agraire amaziɣ.

Afin de réhabiliter ce calendrier menacé de la disparition, le mémorial a plusieurs objectifs, notamment la création d’un débat intergénérationnel, autour de ce calendrier, la transmission du savoir-faire ; la sensibilisation du public sur la nécessité de sa sauvegarde, la relance du dialogue sur la problématique de la transmission des savoir-faire intergénérationnelle à celle de la sauvegarde de la culture et des valeurs. Sa vocation est une contribution majeure à ces idées et le mémorial favorisera l’implication effective de la société civile.

Et pour créer aussi un instrument de travail aussi complet que possible, à l’usage de tous chercheurs, qui désirent approfondir leurs recherches sur le sujet.

Le calendrier agraire amaziɣ est une source d’un savoir coutumier très riche, où les fêtes sont exclusivement agraires ; et il n’est pas seulement coutumier, festif et agraire, mais il est aussi un système d’organisation sociale.

Dans notre publication (à paraître) nous avons présenté le calendrier agraire amaziɣ, avec tout ce qu’il contient, d’observation astronomique, de la mesure du temps, du système d’organisation des activités agraires, de proverbes et de dictons, l’hygiène de vie, la diététique, le codage  mnémonique du calendrier, etc. Sur la base de manuscrits inédits et de ce que mon père m’a appris à son  sujet, notamment les techniques de calcul du calendrier, hérités de son père et de son arrière-grand-père Lmuhub Ulahbib (XIXe siècle) qui a rédigé un almanach sur le calendrier agraire conservé aujourd’hui dans notre collection.

Certainement, notre travail comporte des lacunes, voir des erreurs. En revanche, pour en évaluer l’intérêt, il suffit de dire que ce travail a été réalisé sur la base de manuscrits inconnus et inédits.

Ce projet a été proposé à l’association Tadukli Ighil H’Mama de Seddouk, (des travaux ont été entamés dans le cadre des festivités de Yennayer 2019), le projet a été également proposé à la direction de la culture de Bejaia et au haut commissariat à l’amazighité HCA.

Ce travail sur le calendrier paraîtra dans le prochain numéro de la revue Etudes et documents berbères.

- MECHEHED Djamel., «  La codification mnémonique du calendrier savant- berbéro-maghrébin dans les manuscrits du Maghreb ». In : Etudes et documents Berbères. N°39-40-2018, pp 155-187.

Et une consacrée à ce calendrier (à paraître dans les prochain mois).

Memorial_3  Memorial_4

 

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

Principales dates sur les droits de l’homme

Posté par Rabah Naceri le 16 novembre 2018

1679 : l’Habeas corpus (ton corps t’appartient), voté par le parlement anglais, il protège l’individu contre les arrêts arbitraires.

1776 : indépendance des États-Unis. Dans cette proclamation de l’indépendance, une première déclaration des droits de l’homme est ébauchée.

1789 : France: la Révolution française. La déclaration des droits de l’homme et du citoyen proclame dans son article premier que « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits« . Les cahiers de doléances, préparés par le Tiers-Etat, appellent un plan d’éducation national destiné à toutes les classes de la société, et demandent la création d’établissements pour les enfants abandonnés et vagabonds.

1792 : France : le marquis de Condorcet (philosophe, mathématicien et homme politique français, Jean-Antoine-Nicolas Caritat, marquis de Condorcet : 1743-1794) présente un plan d’instruction publique car la pauvreté des familles les pousse davantage à faire travailler les enfants qu’à les envoyer à l’école.

1793 : France : Constitution de l’An I de la république. Une nouvelle Déclaration élargit la notion de droit à l’instruction, à l’assistance, etc… Création d’un  premier code civil qui affirme les devoirs des parents envers leurs enfants :  » surveillance et protection« .

1795 : France : La loi Lakanal (homme politique français. Joseph Lakanal : 1762-1845) institue une école pour 1000 habitants. Ainsi nait officiellement l’école laïque.

1813 : France : un décret interdit de faire descendre dans les mines les enfants moins de 10 ans.

1833 : France : La Loi Guizot (historien et homme politique français. François Guizot : 1787-1874) instaure une école supérieure pour 6000 habitants.

1841: France : Une loi défend l’embauche des enfants de moins de 8 ans dans les fabriques dont l’effectif est supérieur à 20 ouvriers.

1850 et 1867 : France : La Loi Falloux (Ministre de l’instruction publique en 1849. Alfred Frédéric comte de Falloux : 1811-1886) établit l’obligation d’ouvrir une école de filles dans les communes de plus de 500 habitants. Bien que réaménagée cette loi est toujours en vigueur aujourd’hui.

1874 : France : Une loi réduit la durée de travail des femmes et des enfants. Les ateliers de manufacture ne peuvent embaucher d’enfants de moins de 12 ans. La journée de travail des enfants de 10/12 ans ne peut dépasser 6 heures et 12 heures pour les enfants de plus de 12 ans.

1882 : France : La loi Ferry (avocat, maire de Paris et homme d’Etat. Jules Ferry : 1832-1893) organise l’enseignement primaire obligatoire laïc et gratuit pour les enfants de 6 à 13 ans.

1898 : France : Une loi institue la répression des violences, des voies de fait, actes de cruauté et atteintes commis envers les enfants.

1900 : France : La durée maximum de travail des adultes et des enfants passe à 10 heures par jour.

1905 : France : Une loi autorise l’enfant qui travaille à saisir les juges de paix en ce qui concerne ses conditions de travail.

1912 : Institution des tribunaux pour enfants et création de la Société des Nations (SDN).

1913 : Création de l’association internationale pour la protection de l’enfance.

1919 : Création par la Société Des Nations, à Genève, du Comité de Protection de l’Enfance.

1923 : Madame Eglantyne Jebbs rédige une déclaration des droits de l’enfant (Children’s Charter) qui devient la charte fondamentale de l’Union Internationale de Secours de l’Enfant (UISE) dont elle est fondatrice.
La Charte, adoptée le 23 mai 1923 par le comité directeur de l’UISE, proclame en cinq points les principes de base de la protection de l’enfance. Elle sert de base à la rédaction de la déclaration de Genève.

1924 : Déclaration de Genève. Première tentative de codifier les droits fondamentaux des enfants par l’Union Internationale de Secours aux Enfants (UISE).

1936 : France : scolarité obligatoire jusqu’à 14 ans.

1945 : Création des Nations Unies (ONU). Signature de la Charte des Nations Unies.

1945 : France : Ordonnance de 1945 relative à l’enfance délinquante.

1946 : Création de l’UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Culturel Organisation : Organisation des Nations Unies  pour l’éducation, les sciences et la culture) et de l’UNICEF (United Nations Children’s Fund : Fond des Nations Unies pour l’Enfance).

1946 : France : Rédaction du préambule de la constitution française

1948 : Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, adoptée par l’assemblée générale de l’ONU réunie à Paris.

1958 : France : Constitution française

1959 : Charte des droits de l’enfant. Texte en dix points adopté à l’unanimité par l’ONU.
En France : scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans.

1966 : Deux pactes liant les pays ayant ratifié la déclaration universelle des droits de l’homme affirment la protection des enfants contre l’exploitation économique et en cas de dissolution du mariage des parents.
Une mention spéciale est faite quant à la manière de traiter les jeunes détenus. Il s’agit du pacte international relatif aux droits civils et politiques et du pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

1973 : La conférence internationale du travail adopte la convention qui fixe l’âge du travail à 15 ans révolus. Elle entre en vigueur en France en 1976.

1974 : France : la majorité est abaissée à l’âge de 18 ans.

1978 : La Pologne propose aux Nations Unies un projet de convention relative aux droits des enfants. La démarche du gouvernement polonais tient compte d’une double préoccupation : la situation dramatique des enfants dans ce pays au lendemain de la seconde guerre mondiale  et la reconnaissance du Docteur Janusz Korcazck qui fut le premier, dans les années 1920, à affirmer les droits spécifiques des enfants et à réclamer pour eux, auprès de la société des Nations, une charte énonçant ces droits.

1979 : Année internationale de l’enfance. Mise en chantier de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant à l’initiative de la mission permanente de la république populaire de Pologne. Cette mission est présidée par le polonais Adam Lopatka

1983 : Plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) se regroupent pour contribuer aux travaux du groupe de travail de l’ONU. Un secrétariat permanent est installé à Genève, assuré par Défense des Enfants Internationale (DEI).

1989 : Adoption à l’ONU de la Convention Internationale des droits de l’enfant. Elle comporte 54 articles. Son préambule insiste sur la nécessité d’accorder une protection spéciale à l’enfant.

1990 : Premier sommet mondial pour l’enfance au siège de l’ONU (en présence de 71 chefs d’Etats et de gouvernements et de 88 représentants d’autres pays). Il y est adoptée une déclaration mondiale en faveur de la survie, de la protection et du développement de l’enfant.

1990 : Déclaration Mondiale sur l’Éducation pour tous à Jomtiem (Thaïlande) par 155 pays représentés.

1995 : Le parlement français décide de faire du 20 novembre la « Journée nationale de défense et de promotion des droits de l’enfants ».

1999 : 10ème anniversaire de la Convention Internationale relative aux droits de l’enfant.

2000 : La journée nationale de défense des droits de l’enfant devient journée européenne puis journée internationale.

2003 : le 12 juin est déclaré « Journée mondiale contre le travail des enfants » par l’ONU.

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

La légende de « Rdjal sb3a » (les 7 hommes). Par Mr Karim Younès

Posté par Rabah Naceri le 23 mars 2018

Bordj Moussa

LA LÉGENDE DES REDJAL SEBAA (LES SEPT HOMMES).

Les femmes continuent à ce jour de déposer des cierges en leur souvenir, notamment dans les niches percées dans les murs d’enceinte des anciens forts espagnols.

Un mystère entoure cette légende, elle tourne autour de sept jeunes hommes qui se sont portés volontaires pour escalader le mur du fort impérial espagnol, actuel Bordj Moussa, siège du pouvoir de l’occupant espagnol.

Après plusieurs assauts, sans résultat, on se demanda, si un jour, les Musulmans ne devraient pas l’abandonner aux Chrétiens. Il en fut de même pour les deux autres forts Abdelkader et de la Kasbah, où se terraient les garnisons espagnoles, empêchées par les habitants de la ville et des alentours, d’en sortir, sans risque de perdre la vie.

Les trois forts étaient reliés par des tunnels qui leur permettaient de communiquer et d’échanger vivres et munitions lorsque l’un deux arrivait à se ravitailler (par la mer notamment à partir du fort Abdelkader). Les canons ennemis empêchaient toute approche sans faire de nombreuses victimes.

L’objectif de ces sept hommes, des volontaires, était d’ouvrir de l’intérieur les grandes portes afin de permettre aux résistants bougiotes de prendre d’assaut la garnison. Enfermées dans leurs casernements, les garnisons espagnoles tiraient au canon du haut des tours massives et au fusil par d’innombrables meurtrières.

Le premier des sept volontaires, Moussa, près d’arriver au sommet de la muraille, un garde donna l’alerte. Il fut transpercé en plusieurs endroits. Cela ne découragea point les six autres qui continuèrent à escalader la muraille à l’aide d’échelles sommaires.

Des tirs nourris eurent raison des braves qui s’écrasèrent au sol l’un après l’autre sous le regard horrifié de centaines de volontaires bougiotes qui voulaient se débarrasser de l’ennemi.

Dans un élan de bravoure décuplé par la rage de vaincre et suivant l’exemple des sept volontaires, les Bougiotes, dont beaucoup portaient des armes blanches, fondirent sur le fort impérial (actuel Bordj Moussa), défoncèrent les grandes portes massives, le prirent d’assaut et massacrèrent les occupants.

Depuis, en souvenir de ces braves, on allume des cierges qu’on dépose au bas du fort, dans des niches creusées dans le mur.

Les sept hommes y seraient enterrés. Le fort porte encore le nom du premier assaillant, Moussa.

 

Karim Younes
« De la Numidie à l’Algérie, Grandeurs et Ruptures », Casbah Editions, 2011

 

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

Mise en garde au mouvement associatif.

Posté par Rabah Naceri le 1 octobre 2017

Les Algériens s’apprêtent à vivre une échéance électorale dans les jours à venir dont beaucoup semblent indifférents, comme pour les législatives du 4 mai, mais que d’autres argumentent comme quoi les locales sont différentes parce qu’elles permettront aux « heureux ou malheureux » élus d’être « proches » des citoyens. Faire des commentaires ou des analyses sur ces choix n’est guère mon intention en écrivant ce texte.

Ma démarche, concernant ces prochaines échéances électorales et au risque de surprendre certains, consiste à attirer l’attention des militants du mouvement associatif et plus particulièrement ceux qui sont soucieux et jaloux de leur autonomie de fonctionnement et de leur indépendance des forces de manipulation qui infestent les espaces publics. Beaucoup comprendront que mes allusions sont orientées vers certaines formations politiques et certains candidats indépendants qui ne reculent devant rien pour manipuler des associations à caractère social, culturel, religieux, environnemental, etc.

A mesure que se rapproche l’échéance, des techniques – des plus simples aux plus diaboliques – sont mises en marche pour séduire des militants d’associations, surtout celles qui sont les plus visibles et les plus crédibles, en leur promettant monts et merveilles, en les soudoyant avec de l’argent liquide, en leur promettant de postes de travail après les élections, des logements, etc.

En attendant donc le lancement officiel de la campagne électorale, certains candidats organisent des visites ou bien se mêlent à des actions citoyennes pour se laisser prendre en photos avec des militants engagés et crédibles et d’encourager la publication de ces photos sur tous les réseaux sociaux afin de faire passer le message vers l’électorat.

Nous ne sommes pas naïfs, non plus, pour constater que certains candidats n’hésitent pas à utiliser les moyens de l’Etat, au vu et au su des autorités locales et de tous, pour gagner la sympathie des électeurs  pour se faire élire ou pour faire oublier le bilan catastrophique de leur mandat et de glaner un autre mandat même si cela risque de nous mener vers le pire.

Certains me reprocheront de mettre en garde les militants du mouvement associatif sur les tentatives de certains « politiciens » alors que je suis moi-même membre fondateur d’un nouveau parti politique. C’est exact. Seulement, avant de m’engager dans le combat politique, j’ai fait mon long apprentissage dans le mouvement associatif qui m’a forgé dans l’action citoyenne d’intérêt général et surtout d’évoluer dans un milieu pluriel dans le respect des uns et des autres où j’ai également appris à discerner les choses incompatibles tout en étant complémentaires.

Je n’apprends rien à personne que la force et le mérite du mouvement associatif autonome et indépendant résident dans sa capacité à identifier les vrais problèmes qui empoisonnent le quotidien des citoyens, de les prioriser et de les accompagner de vraies solutions qu’il soumettra aux autorités compétentes.
Le second mérite du mouvement associatif se caractérise par sa capacité d’adaptation à toutes les tendances politiques des institutions élues dont le point commun à tous les élus est la satisfaction des besoins de leurs concitoyens. Autrement dit, la couleur politique dominante d’une institution élue peut changer d’un mandat à un autre. Mais les objectifs et le combat d’une association restent les mêmes.

En quelques mots, je recommande, sincèrement, aux militants du mouvement associatif d’éviter à tout prix de se laisser embrigader par des candidats d’un parti politique ou des candidats indépendants qui entameraient leur crédibilité devant les citoyens. Une association est créée pour survivre à ses fondateurs et d’être au service de leurs adhérents en les formant dans une pédagogie citoyenne et responsable.

Les membres d’une association, quel que soit le caractère de celle-ci, sont toutefois libres de s’exposer avec des candidats aux élections, de leur accorder leur sympathie ou leur soutien et/ou même de leur faire campagne. Cela n’engagera que leur personne sans mettre en péril leur association ou porter atteinte à son intégrité morale et collective.

Telle est ma position sur cette question qui semble resurgir à chaque échéance électorale et qui s’achève souvent par des disparitions d’associations ou d’organisations citoyennes tout en alimentant la méfiance dans l’esprit des citoyens à l’égard des partis politiques et des associations (exception faite des associations satellites qui, elles, sont créées en moins de 48 heures pour exécuter une feuille de route déjà établie quitte à mentir à tout le monde).

M. Rabah NACERI

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

12345...11
 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...