Quelles résolutions pour cette fin du mois du patrimoine 2016 ?

Posté par Rabah Naceri le 20 mai 2016

Histoire_5 Histoire_4

   Histoire_1

  Histoire_2

  Histoire_3

          Le mois du patrimoine culturel vient de tirer sa révérence ce mercredi 18 mai 2016. La presse nationale a rapporté les nombreux et riches programmes organisés à travers le territoire national pour célébrer ce mois qui met en valeur notre richesse culturelle et qui a le mérite de lever quelques voiles sur l’histoire millénaire de notre Afrique du nord.

           Des conférences débats, des visites guidées, des expositions-photos, des émissions radiophoniques, etc…ont été organisées, ici et là, à travers certaines wilayas où de nombreux établissements publics ont participé à l’exécution de ces programmes qui ont, malheureusement, tendu vers le côté festif que scientifique. Pour preuve, toutes les universités n’ont pas été associées à la réflexion et aux suites scientifiques à accorder à la célébration de ce mois culturel. Et pourtant, l’Algérie, dans son ensemble, se présente comme l’un des plus grands musées à ciel ouvert du monde dont de nombreux trésors historiques sont laissés aux oubliettes et d’autres trésors archéologiques demeurent inconnus ou bien sommeillent plusieurs pieds sous terre risquant même d’être détruits ou pillés.

          Au cours de ce mois du patrimoine, j’ai assisté, au même titre que d’autres citoyens de Bgayet, à une conférence sur « Bejaia, capitale des Lumières » animée par Monsieur Abderahmane Khellifa, un spécialiste d’histoire et d’archéologie. De nombreuses et pertinentes questions furent soulevées dont celles de la récupération des manuscrits sur les mathématiques, le droit musulman… les pièces d’or, les pièces archéologiques, etc… volés par les Espagnols lors de leur sauvage attaque de la capitale hammadite vers 1510, sans oublier l’incendie criminel de la bibliothèque de la ville où plus de 10 000 ouvrages ont été réduits en cendres. Malheureusement, à ce jour, aucune initiative ne fut prise pour essayer de récupérer ces richesses qui appartiennent à la ville ni par la direction de la culture de cette wilaya, ni par le ministère de la culture.

          Les deux questions qui ont souvent été soulevées, à plusieurs occasions, mais sans jamais avoir de réponse sont celles de l’inexistence d’une faculté d’histoire et d’anthropologie à l’université de Bgayet alors que de très nombreuses découvertes archéologiques ont vu le jour ces derniers mois et le silence des pouvoirs publics à dépêcher une équipe de chercheurs en archéologie pour statuer sur chaque site découvert. Toutes les réponses données à ces deux questionnements demeurent vagues et pas du tout convaincantes. Certains conférenciers fuient même ces questions en laissant deviner que les décisions « sont bloquées en haut ».

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Finissez votre travail Mesdames et Messieurs les élus locaux !

Posté par Rabah Naceri le 19 mai 2016

Abri-bus  Abri-bus_02

          Notre commune a installé de nouveaux abribus qui ont fait la joie des Bougiotes usagers du transport urbain. Il n’y a rien à dire, ces équipements sont magnifiques et rehaussent le charme de la ville. Sauf que les étapes qui devaient suivre la mise en place des abribus n’ont pas été appliquées. Cette défaillance a, inévitablement, réduit leur beauté et leur efficacité pour aller encourager la clochardisation générale. C’est comme si nos élus voulaient nous convaincre qu’ils se soucient de notre confort mais en oubliant que la vraie portée de cette réalisation est beaucoup plus pédagogique et contribue à consolider les réflexes citadins.

          Les jolis panneaux vitrés et éclairés destinés à la publicité servent, beaucoup plus, de tableaux d’affichage nécrologique et à tous types d’annonces où n’importe qui affiche n’importe quoi comme le montrent si bien les deux photos ci-dessus.

          Comme tout le monde l’a bien remarqué, ces abribus sont conçus de telle sorte que le nom du site soit porté sur un panneau fixé au mobilier. Logiquement, le nom du site écrit sur le panneau conçu à cet effet encouragera les conducteurs des bus, les receveurs et les usagers du transport urbain (surtout les enfants) à les utiliser pour en finir progressivement avec les noms de sites donnés d’une façon ridicule et révoltante. Malheureusement, ces panneaux sont laissé vides, et certains petits malins ont carrément affiché leur annonce de vente de terrain ou de cours de soutien à cet endroit qui attire l’attention de tout passager.

          Par cette défaillance, nous continuerons à dénommer des sites du nom du promoteur comme « Edimco », la cité « Djama », « les 40 logements EPLF »…et parfois même du nom d’un propriétaire de café qui a eu l’idée de dénommer son établissement de son nom de famille et qui est devenu, aujourd’hui, le nom de tout un quartier : le quartier « Dawadji ».

          Il est nécessaire, voire urgent, que les services communaux chargés de cette gestion se ressaisissent et mettent fin à ce désordre en s’inscrivant dans une gestion pédagogique et citadine qui ne laisseraient plus de place à la médiocrité et au travail mal fait qui porterait atteinte à la grandeur et à la célébrité de cette ville qui fut, jadis, une capitale qui a brillé de mille feux.

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | Pas de Commentaire »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...