Le soufisme est un islam de la vie , pas un islam de la mort (Zaïm Khenchelaoui)

Posté par Rabah Naceri le 13 juin 2015

Zaim

Le canal de l’école est-il le plus indiqué, selon vous, pour diffuser cette pensée ?

Oui, absolument. Il y a l’école et il y a la mosquée.
La mosquée qui nous échappe complètement, et qui est, encore aujourd’hui, le foyer d’un discours haineux. Je ne généralise pas, mais en tout cas il en reste encore des traces. Il y a encore de l’exclusion. Il y a de l’exclusion à l’égard de la femme. Regardez par exemple aujourd’hui (référence au colloque sur Ibn Arabi, ndlr), il y avait des femmes non voilées, il y avait des femmes qui présidaient les séances. Et cela ne choque personne. C’est ça l’Algérie authentique, l’Algérie ouverte.
Vous avez dû noter aussi la présence de chrétiens dans la salle. Il y avait Monseigneur Teissier, mais il y avait aussi d’autres chrétiens qui étaient là. On a beaucoup à gagner si on pouvait relayer cette parole et réactiver cette pensée. On est assis sur un trésor. On est comme un enfant qui joue avec des joyaux, des bijoux, des perles. On est comparables à ça. Nous avons entre les mains un trésor inestimable, un trésor immatériel et spirituel auquel nous tournons le dos d’une manière complètement folle et pathologique.

Vous avez souligné dans votre conférence, en parlant du périple d’Ibn-Arabi enAlgérie, qu’il avait fait une halte décisive à Béjaïa, et vous avez précisé qu’à l’époque il fallait faire ses ablutions avant d’entrer à Béjaïa…

C’est vrai ! Béjaïa, la ville des 99 saints de Dieu. On dit qu’il en manquait un pour qu’elle devienne aussi sacrée que La Mecque. On l’appelait d’ailleurs La Petite Mecque. Et les voyageurs, les gens qui étaient extérieurs à la ville, faisaient effectivement leurs ablutions à Bir-Selam avant d’entrer à Béjaïa. Bir-Selam existe encore aujourd’hui. Ils le faisaient par respect, par révérence à cette ville sainte qui était la ville de Sidi Boumediène.
Sidi Boumediène a, certes, été enterré à Tlemcen, mais il faut savoir qu’il a vécu à Béjaïa, et c’est là qu’il a fondé son école mystique. Et Béjaïa était un immense foyer intellectuel dont le rayonnement a touché même le sud de l’Italie puisqu’on parle d’un pape qui a fait sa formation là-bas.
Des Européens venaient s’y former dans les différentes sciences. On parle d’une ville où on formait aussi bien les filles que les garçons. Personne n’était analphabète. Tout cela, c’est grâce au soufisme.
Le soufisme, c’est notre issue de secours, sinon on voit ce qui nous attend. On va droit dans le mur. Quand on parle de l’extrémisme, de l’intégrisme, de tous ces crimes, il fallait prévoir cela, il fallait être préventif. C’est comme les maladies. On ne peut pas s’exposer à tous types de virus et s’étonner de tomber malade après. Il faut un vaccin. Il faut s’immuniser, et notre immunité, c’est le soufisme. Il n’y a pas que l’aspect religieux dans le soufisme. Le soufisme, c’est aussi la musique, ce sont les arts, c’est la céramique, c’est la calligraphie, c’est l’art architectural.

Regardez les zaouïas comment elles étaient construites : à échelle humaine, dans la douceur, il y avait des points d’eau, il y avait de la verdure partout… Aujourd’hui, on construit des mosquées avec du «baghli» comme on dit. On adore le «baghli».
Le soufisme est esthétique par essence. C’est l’adoration de la beauté. Aujourd’hui, on adore le ciment, le béton armé. C’est à l’image de nos coeurs endurcis. Quand on pénètre dans une mosquée, on ne sent pas d’échos divins. On est dans l’idéologie, on est dans la culture de la haine, on est dans la culture de l’exclusion. C’est la religion de l’Antéchrist (al massih adadjal qui apparaîtrait à la fi n des temps, ndlr). Ce n’est pas possible ! Il faut qu’on se ressaisisse ! Il est sidérant de voir à quel point on est tombé bas.

Extrait de l’interview réalisée par Mustapha Benfodil (El Watan du samedi 13/6/2015)

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...