La saleté s’impose aux lieux du Savoir. Incompétence ou irresponsabilité ?

Posté par Rabah Naceri le 28 avril 2015

Contrairement à certains amis qui animent la toile web en publiant de beaux clichés qui montrent, en effet, de magnifiques paysages de la ville ou des environs. Les photographes qui nous rapportent ces beaux paysages méritent d’être félicités pour le magnifique travail qu’ils font en le partageant avec tous les internautes. Il est tout aussi vrai que notre région recèle de merveilleux sites naturels qui méritent d’être montrés à d’autres. Il faut cependant préciser que ces sites ne sont pas l’œuvre des hommes mais de dame nature.
Me concernant, je préfère dévoiler les insuffisances des responsables de cette wilaya, qu’ils soient élus ou désignés, car ces responsables ont pour mission d’améliorer le quotidien des citoyens et de veiller à leur bien-être. Donc, en dénonçant ces insuffisances, cela contribue à attirer l’attention de ces responsables pour y remédier.

La chose qui me chagrine le plus et au quotidien, c’est le manque d’hygiène qui devient général. Il n’existe pas un seul quartier qui n’a pas sa part d’ordures ménagères et cette situation tend à se généraliser au niveau de plusieurs communes de la wilaya et plus particulièrement au niveau du chef-lieu. Le comble est atteint lorsqu’on remarque des décharges sauvages aux abords des établissements scolaires et des édifices publics censés être la vitrine de l’Etat.

CEM_Concession

 Nous voyons sur cette photo, prise ce matin 28/4/2015, une décharge sauvage devant l’entrée des élèves. Ni l’administration, ni les parents d’élèves n’ont pris l’initiative de nettoyer et d’interdire cette pratique dégradante et réductrice. Cette pratique se banalise et l’élève finit par s’accommoder à cette anomalie alors que c’est maintenant que le jeune adolescent doit apprendre à lutter contre le désordre, la saleté, etc…

Mieux encore, je me suis rendu au campus universitaire « Aboudaw » il y a deux ou trois jours et ce que j’ai vu aux abords immédiats de cette institution du Savoir a « bloqué ma cervelle » comme on dit dans le langage populaire.
Des quantités énormes de bouteilles de bière, de canettes, d’emballages divers jonchent tout l’espace qui borde la clôture de l’université. Comme pour mieux s’imposer aux regards des étudiants et des enseignants, ces saletés sont venues jusqu’au bord du quai où s’agglutinent les étudiants pour prendre le bus afin de regagner leur cité, pour ceux qui logent dans les cités, ou leur domicile, pour les étudiants externes.
Ces jeunes qui ont déjà un pied dans la vie active risquent de ne jamais réagir au désordre ambiant et aux ordures qui se trouveraient sur leur passage ou aux abords de leurs lieux de travail. Ils ne pourront jamais enseigner les règles de propreté ou d’hygiène à leurs élèves ni même à leurs enfants puisqu’ils ont évolué dans un milieu insalubre sans voir les responsables réagir à cet état de fait.

Observez ces clichés qui nous rappellent la réalité que nous vivons au quotidien.

Aboudaw_1   Aboudaw_2   Aboudaw_3  Aboudaw_4

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | Pas de Commentaire »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...