• Accueil
  • > Archives pour septembre 2014

Un Bougiote grimpe jusqu’au sommet de l’Everest

Posté par Rabah Naceri le 30 septembre 2014

Dendoune (Par Remi Yacine. El Watan). Journaliste atypique, il a gravi l’Everest en questionnant son identité, fait le tour du monde à vélo pour lutter contre le sida, parti à Baghdad pour servir de bouclier humain pour protéger une usine de traitement de l’eau. Nadir Dendoune ne peut se satisfaire d’une seule vie. Cette fois, il a enquêté en France et en Palestine pour décortiquer le traitement médiatique de «l’affaire Salah Hamouri», l’étudiant franco-palestinien qui a passé injustement 7 ans dans les prisons israéliennes.

-Pouvez-vous nous résumer votre parcours ? On a l’impression que vous avez vécu plusieurs vies…

Je suis né le 7 octobre 1972 à Saint-Denis (93). A 20 ans, ressentant le besoin de partir loin, je suis parti en Australie où je suis resté huit ans. En 2001, je prends mon vélo pour un tour du monde en solo (Sydney-Paris) en partenariat avec la Croix-Rouge australienne pour «faire plus de bruit contre le sida». En 2003, en pleine deuxième guerre du Golfe, je vais à Baghdad pour protéger une usine de traitement de l’eau (l’idée était d’empêcher, par notre présence, les Américains et leurs alliés de bombarder les sites civils). De cette expérience, naîtra mon premier livre Journal de guerre d’un pacifiste.

L’année suivante, j’ai repris des études de journalisme. Ce qui m’a valu par la suite de travailler au Parisien, à M6 ou à France 3. Actuellement, je collabore avec plusieurs médias, dont Le Courrier de l’Atlas, Jeune Afrique et L’Humanité. En 2007, mon deuxième livre, Lettre ouverte à un fils d’immigré, paraît. Un livre adressé à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, pour lui dire tout le bien qu’«un métèque de banlieue» comme moi peut penser de sa politique. En 2008, sans aucune expérience en montagne, je pars gravir l’Everest. Un périple de deux mois où j’ai failli plusieurs fois abandonner, mais j’ai tenu bon. Un hommage à la banlieue mais aussi à l’Algérie (ndlr, une première pour un Maghrébin), le pays de mes parents, les deux êtres les plus courageux que je connaisse.

-Quel est votre rapport avec l’Algérie ?

Comme beaucoup de fils d’immigrés, je venais au «bled» en vacances. Nous sommes originaires d’un petit village de Kabylie, dans les environs de Béjaïa. Gamin, il n’y avait pas d’eau, pas d’électricité, alors les vacances au bled, on ne peut pas dire que c’était le paradis. J’ai énormément voyagé par la suite, alors il m’était difficile par la suite de venir en Algérie. Aujourd’hui, j’y vais tous les ans. Un besoin viscéral de me ressourcer. Je loue souvent une voiture et je me balade un peu partout. L’Algérie est fantastique. Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

La légende de la croyante Mimouna (par Souad)

Posté par Rabah Naceri le 27 septembre 2014

Notre amie Souad a posté, dans une page facebook « C@fé des Bougiotes », une vieille légende que toutes les familles Bougiotes se racontaient chaque fois qu’une discussion portant sur la foi est lancée pour expliquer qu’en Islam tout est dans la sincérité de l’action.
Elle est tellement bien écrite que je n’ai pas résisté à l’envie, avec sa permission bien-sûr, de la reprendre dans mon blog afin de la partager avec tous nos amis qui, j’espère, nous feront part de leurs commentaires.

Bonne lecture !

SONY DSC

« Mimouna adore Dieu, et Dieu connaît Mimouma.’’

La légende de Lalla Mimouna

Son nom est connu dans toute l’Algérie et même au Maghreb : Lalla Maïmouna ou Lalla Mimouna. On la localise aussi un peu partout: dans l’Algérois, en Kabylie, dans le Constantinois, au Sahara, et bien d’autres régions…

La légende dit que c’est une femme pieuse qui ne parlait que son dialecte berbère. Elle ignorait la langue arabe et ne savait dire pour toute prière que ces mots: «Mimouna adore Dieu et Dieu écoute Mimouna.» Prière naïve mais prière sincère qui provient d’un cœur plein de foi et de sincérité.

Pour ne pas avoir à dire des choses désagréables, elle s’est retirée au sommet d’une montagne et vit en ermite. Elle dort dans une grotte et, le jour, assise sur un rocher, elle passe son temps à réciter sa formule: «Mimouna adore Dieu et dieu écoute Mimouna.» Le seigneur Tout-Puissant qu’elle invoque ainsi, sans fatigue, répond à ses besoins.

Elle avait chaque jour, dit la légende, sa nourriture et sa boisson de sorte qu’elle pouvait s’occuper de ses dévotions, sans avoir à se préoccuper de sa subsistance. Des gens parfois lui rendaient visite dans sa retraite et lui demandaient de faire des invocations pour eux. Elle répondait à la demande et, après avoir invoqué Dieu, elle reprenait sa litanie: «Mimouna adore Dieu et Dieu répond à Mimouna.»

Le temps passe, Mimouna prend de l’âge, mais elle récite toujours sa formule, le cœur plein d’amour et de crainte pour Dieu.
Un jour, alors qu’elle est en prière, un étranger de passage la croise :

— Bonjour brave femme, qui es-tu ? lui demanda l’étranger
— Je suis Mimouna, lui répondit-elle
— Que fais-tu ici, seule, dans la montagne ?
— J’adore Dieu, jour et nuit, en récitant «ma» prière
— «Ta» prière ? Mais il n’y a qu’une façon de prier ; mais récite-moi «ta» prière !»

Elle lui débite alors sa formule : «Mimouna adore Dieu et Dieu répond à Mimouna».
L’homme sourit et lui dit: «Non, dit-il, ce n’est pas comme cela qu’il faut prier !

«J’ai toujours prié de la sorte, dit la pauvre femme, bouleversée à l’idée de ne pas être en conformité avec la religion.»
«Ne t’inquiète pas, dit l’homme. Si tu veux, je vais t’enseigner la prière…»

La brave femme, encore plus inquiète, demanda: «Dieu me pardonnera-t-il d’avoir ainsi prié toutes ces années de retraite ? Je ne savais pas comment procéder et je ne sais pas la langue arabe !»
« Assurément Dieu te pardonnera, dit l’homme, puisque ta foi est sincère !»

Il s’assoit à côté d’elle et lui enseigna la prière, en lui répétant les formules pour qu’elle ne les oublie pas.
«Voilà, lui dit-il, satisfait. Tu sais maintenant prier correctement !»

Quand l’homme se lèva pour partir, Mimouna a appris la prière.
«Va, lui dit-elle, que Dieu te récompense pour la peine que tu t’es donnée pour moi !

— Fais des invocations pour moi, dit l’homme». Et il s’en est allé.
Aussitôt l’étranger parti, elle veut retourner à ses dévotions. Maintenant qu’elle a appris la façon correcte de prier, elle n’a plus besoin de ressasser sa formule: «Mimouna adore Dieu, Dieu répond à Mimouna».

Elle s’assoit à sa place habituelle et s’apprête à réciter les formules enseignées par l’étranger. Mais voilà que les mots s’emmêlent dans sa tête, elle n’arrive pas à les aligner et puis même les mots dont elle se rappelle, elle finit par les oublier.

«Mais que faut-il dire ?», se demande-t-elle. Elle regarda autour d’elle, dans l’espoir de revoir l’étranger qui lui a appris à prier, mais il a disparu !
«Mon Dieu, mon Dieu, gémit-elle, pourquoi cet homme est-il venu ? J’étais paisible et j’adorais mon Créateur, le cœur plein de foi, et voilà qu’il surgit et qu’il me dit que ma façon de prier n’est pas la bonne ! Il m’a appris sa façon mais je l’ai oubliée !» Elle se tord les mains : elle ne peut pas rester sans prier. Elle a le besoin vital d’invoquer le Seigneur pour lui témoigner sa foi ! Sans prière, elle est comme morte.

Puisque Mimouna a oublié la prière de l’étranger, elle ne peut que retourner à la sienne. Même si elle n’est pas correcte, elle exprime toute sa foi et son amour pour Dieu, Dieu lui pardonnera certainement son étourderie. «Mimouna, commence-t-elle, Mimouna…».

Et elle s’arrête : elle a oublié l’autre moitié de sa prière ! Elle tente de retourner à la prière de l’étranger, mais maintenant elle en a même oublié les premiers mots. Elle a oublié également sa formule ! Elle lève alors les mains au ciel et, dans un mouvement de colère, lance cette injonction : «Ô mon Dieu, cet homme m’a embrouillé l’esprit, embrouille sa route ! Fasse qu’il ne trouve pas son chemin ! Fasse qu’il reste prisonnier de la montagne jusqu’à ce que je retrouve ma prière !».

A ce moment-là, l’étranger qui s’apprêtait à quitter la montagne, se met à tourner en rond. Il lui semble que l’espace s’est refermé sur lui et il n’arrive pas à trouver son chemin ! «Que se passe-t-il, se demande-t-il, j’étais pourtant sûr de ma route, cette brave femme m’a bien orienté, je ne comprends pas pourquoi je me suis perdu !».

Il tourne ainsi toute la journée, passant et repassant inlassablement par les mêmes lieux. Désespéré, il décide de retourner auprès de Mimouna qui saura, peut-être, le guider. L’étranger retrouve Mimouna, pleurant, accoudée à son rocher.

«Qu’as-tu ? lui demande-t-il, tu étais bien quand je t’ai laissée.»
Elle le regarde et lui dit sévèrement : «J’ai oublié la prière que tu m’as enseignée et j’ai également oublié ma formule, de sorte que je ne peux plus invoquer le Seigneur Tout-Puissant !»

L’homme a aussitôt un soupçon: «Mimouna, ne m’aurais-tu pas lancé une malédiction ?»
– «Oui, dit la pieuse femme qui ignore le mensonge, je t’ai lancé une injonction !»

L’homme devient pâle.
«Tu as dû me maudire de t’avoir embrouillée !»
– «J’ai demandé à Dieu d’embrouiller ta route comme tu as embrouillé mon esprit !»

– «Pardonne-moi !» dit l’homme
– «Je te pardonne, dit Mimouna, mais rappelle-moi la prière !»
– «Je vais te rappeler ta formule, dit l’homme»
– Mais tu m’as dit qu’elle était incorrecte»
– «Que non ! dit l’homme. Ta façon de prier est très correcte puisque Dieu agrée tes invocations. Continue à la réciter, continue à adorer Dieu à ta façon, ô Mimouna, qu’importent les formules puisque, pour Dieu, seules la foi et la sincérité comptent !
Mimouna retourne donc à sa prière : ‘’Mimouna adore Dieu et Dieu connaît Mimouma.’’»
Et l’homme, comme par enchantement, retrouve son chemin.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...