Comment est-ce possible ?

Posté par Rabah Naceri le 7 juin 2014

J’aurais imaginé que n’importe quelle absurdité pourrait arriver dans cette Cité, jadis Capitale Hammadite,  sauf celle-ci : une pétition contre l’érection d’une bibliothèque communale.

Pour éclairer les lecteurs ou les visiteurs du blog, je vous relate cette histoire insolite que le commun des mortels n’aurait jamais imaginé que cela arriverait dans cette ville qui a été élevée au rang de capitale des Hammadites. Cette ville des sciences, de la culture qui a abrité des rencontres de savants de la méditerranée et de bien d’autres contrées éloignées, cette ville qui, dans ses moments de gloire, a mis à la disposition de ses citoyens une bibliothèque contenant plus de 10 000 ouvrages, des manuscrits authentiques sur les recherches en mathématiques, sur l’astronomie, sur les sciences médicales, sur les sciences en théologie, etc…

Un terrain, situé sur la rue Ahcène DEHAS, relevant du patrimoine foncier communal, abandonné et transformé en décharge publique, a été affecté à la construction d’une bibliothèque communale par délibération de l’Assemblée Populaire Communale de Bgayet. Le wali, accompagné du premier magistrat de la commune et d’une délégation d’élus communaux ont procédé à la pose de la première pierre pour la réalisation de cette infrastructure culturelle il y a de cela une vingtaine de jours, c’est à dire vers le début mai 2014.

Il faut rajouter aussi que ce terrain est à une dizaine de mètres d’une sûreté urbaine (1er arrondissement), à une centaine de mètres du siège de la mairie, à une cinquantaine de mètres de la Direction des Travaux Publics, qui est également à cheval entre la rue du Vieillard et la rue Ahcène Dehas.

Le côté insolite de cette histoire est qu’un groupe de jeunes, se disant résidents de ce quartier et « défenseurs d’espace vert », ont osé lancé une pétition pour faire annuler ce projet de construction d’une bibliothèque. Ces défenseurs de l’environnement d’un autre autre âge obéissent sûrement à d’autres objectifs et aux orientations de quelques manipulateurs agissant dans l’ombre pour réduire la réputation légendaire de cette ville pour la Culture et le Savoir, et, du coup, détourner ce terrain pour la construction d’une promotion immobilière sachant que le prix du mètre carré dans cette zone est excessivement élevé.

Pour éclairer nos amis, j’ai pris soin de prendre quelques clichés de « cet espace vert » en présence de Mr Boubeker Amrani, correspondant du quotidien « La Cité », qui a rédigé de sa plume un article paru ce matin, samedi 07 juin 2014. Jugez par vous-mêmes la beauté de cet espace.

Espace_1   Espace_2  Première pierre

Laisser un commentaire

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...