Les manuscrits de Cheikh El-Mouhoub Oulahbib. Un trésor sauvé de l’oubli

Posté par Rabah Naceri le 22 mai 2014

manuscrits Les manuscrits du Cheikh El Mouhoub Oulahbib, un éminent savant du XIXème siècle et grand collectionneur d’ouvrages traitant de plusieurs disciplines littéraire et scientifiques, sont désormais sauvés de l’oubli, a indiqué, mardi dernier, lors d’une conférence à Tizi-Ouzou, le documentaliste Mechehed Djamel-Eddine. Cet érudit, né, en 1822, à Béni Ouartilane (Sétif), a constitué une bibliothèque de plus de 1 000 manuscrits, dont 66 copiés de sa main, qui ont failli disparaître durant la période coloniale, a affirmé ce documentaliste et chargé de la codicologie à l’association de recherche en histoire et mathématiques « Gehimab » de Béjaïa, lors d’une conférence animée dans le cadre de la célébration du mois du patrimoine. Cette bibliothèque, qui se trouvait dans la maison d’El Mouhoub Oulahbib, a été incendiée en 1957, a-t-il ajouté, avant de préciser que des manuscrits ont pu être sauvés, grâce à une femme, Zhira, la bru du Cheikh, aujourd’hui âgée de 80 ans, qui a transporté sur son dos tout ce qu’elle a pu arracher aux flammes. Elle a pu ainsi récupérer un total de 642 ouvrages qu’elle a ensuite enterrés dans une autre maison, où ils sont restés jusqu’à l’indépendance. En 1962, ces manuscrits ont été déterrés et gardés par des proches du Cheikh Oulahbib. En 1985, M. Mechehed Djamel Eddine, arrière petit fils du Cheikh, entame la collecte de ces documents pour les restaurer, les préserver et les faire connaître. Le documentaliste a relevé que « la particularité de cette collection, rédigée avec le caractère maghrébin, est d’être la plus importante, au Maghreb, en terme de diversité de disciplines ». On y trouve des ouvrages traitant de l’astronomie, de la logique, de la littérature et de la poésie, des mathématiques, de l’agriculture, de la linguistique, mais aussi des actes notariés, des documents imprimés dont des bulletins de vote de l’époque et des manuscrits écrits en Tamazight, a-t-il fait observer. « Ces documents ont permis àManuscrits_botanique des chercheurs en mathématiques, en Histoire médiévale et Histoire des sciences, de l’université de Béjaïa, d’avoir un aperçu sur le niveau intellectuel de la région et de reconstituer le milieu intellectuel de la Kabylie orientale du VIIIème et IXème siècle », a indiqué le conférencier. Après la collecte M. Mechehed, aidé par des spécialistes, a entamé un travail de restauration des manuscrits et procédé à leur classement et mise en forme, sachant qu’il s’agit de pages volantes non numérotées, et à l’identification des manuscrits. Il a ensuite fait appel à un artisan relieur pour la reconstitution des ouvrages. La restauration achevée, les manuscrits ont été numérisés et publiés sur le site de la bibliothèque virtuelle de la méditerranée « E-corpus » et sont accessibles au public et aux chercheurs qui veulent les consulter ou les étudier. Cheikh El Mouhoub a fait ses études à la Zaouia de Chikh Aheddad de Sedouk dans la wilaya de Béjaïa, puis à celle de Sidi Sahnoune à Djemaa Saharidj (Tizi-Ouzou). Après 14 ans d’étude, il a commencé à constituer sa bibliothèque, durant l’époque coloniale. Il a été emprisonné deux fois par l’armée française en 1864 et en 1871, durant le soulèvement du Cheikh Aheddad qu’il avait rejoint. À sa sortie de prison, il a été assigné à résidence. L’année de la mort de cet érudit n’est pas connue, selon le conférencier.

Laisser un commentaire

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...