• Accueil
  • > Archives pour février 2014

Bgayet. La fondation « Assaka » est née

Posté par Rabah Naceri le 23 février 2014

Assaka

Le monde de la culture grossit avec l’arrivée d’un nouveau venu, la fondation « Assaka » (Le gué). C’est à Djebla, dans la commune de Beni Ksila, le 14 février passé, que l’association a vu le jour.

(Par R. Oussada). Elle est principalement à inscrire à l’actif de l’anthropologue Ali Sayad, secrétaire général du Centre de recherches anthropologiques, préhistoriques et ethnographiques (CRAPE), disciple et collaborateur de Mouloud Mammeri. Un projet vieux d’une dizaine d’années, fait remarquer le concerné. Si le siège est installé à Beni Ksila, ce n’est pas pour autant qu’on ne s’arroge pas d’ores et déjà une envergure nationale. L’assemblée constitutive a réuni une cinquantaine de membres fondateurs venus, confie-t-on, de 16 wilayas. La fondation se définit une orientation autant versée dans le travail de mémoire que le développement, l’encouragement et la diffusion dans les domaines des sciences humaines, sociales et architecturales.

Le premier apport documentaire est un don provenant de la propre bibliothèque d’Ali Sayad. Un lot de 10 000 ouvrages, est-il mentionné dans le rapport ayant sanctionné la réunion de Djebla. Ces publications, est-il précisé, s’intéressent à l’histoire de l’Afrique du Nord, y compris le Sahara, dans les sciences humaines, sociales et juridiques. Comme pour rendre la politesse à ses hôtes, la fondation engage un premier chantier. Un appui à l’association Tajmaât n’Djebla, qui est de donner une âme aux 140 maisons que cette dernière a restaurées, et cela en décidant d’y loger les lecteurs de la bibliothèque de la fondation.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Bgayet. Découverte du trésor de la Rampe des Oliviers

Posté par Rabah Naceri le 21 février 2014

Une coupure de presse d’un journal « l’Echo de Bougie« , datant du 31 décembre 1905, m’a été gracieusement offerte par notre ami Djamal Mechehed, membre de l’association GEHIMAB que préside notre ami Professeur Djamil AISSANI.
Cette coupure de presse parle de la découverte, un 10 décembre 1905, d’un trésor au niveau de la Rampe des Oliviers lors des travaux de terrassement pour la construction de la maison Gotuso. Ce trésor était constitué de 329 pièces d’or et deux « ikhelkhalènes » (bracelets en Français).

Le temps matériel ne me permet pas aujourd’hui de reprendre le contenu intégral de l’article écrit sous la plume de Gaston MARGUET, l’engagement est toutefois pris de le diffuser dans les délais les plus proches et dans ce même blog.
Je reprends une capture d’image de ce journal.

Echo de Bougie

Source: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5591576v

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Négligence, incompténce ou carrément sabotage ? Une infrastructure sportive à l’arrêt…

Posté par Rabah Naceri le 2 février 2014

De passage ce matin devant le Lycée El-Hammadia, qui est le plus grand établissement du secondaire de la wilaya, fréquenté par plus de 2300 élèves, j’ai remarqué une bâtisse inachevée à l’intérieur dont les travaux ne semblent pas vouloir reprendre.
Renseignements pris, il s’est agi d’une salle de sport fermée et moderne qui devait servir aux activités sportives par temps pluvieux au grand bonheur des jeunes lycéens.

Panneau_2

 

Comme on le voit sur le panneau, cette infrastructure semble avoir bénéficié d’une grande recherche architecturale dont l’esthétique s’associe harmonieusement à l’efficacité et à la rationalité.

 

 

 

Panneau

  Comme nous pouvons le voir sur le panneau affiché, le chantier a été lancé le 09 mai 2010 et il devait être achevé dans 12 mois sauf la charpente métallique et le revêtement de la salle. Or, nous constatons que même les travaux prévus dans le marché ne sont pas achevés sans compter la charpente et le revêtement.

Nous sommes en 2014, cette infrastructure semble devenir une ruine avant d’avoir servi. Je n’ai trouvé personne pour m’éclairer sur cet arrêt des travaux et quelles sont les suites réservées à cette infrastructure sportive tant désirée par les professeurs de sport t par les élèves.

 

Cette infrastructure sportive devait, selon toute logique, être livrée au plus tard courant mai 2011, or nous sommes en février 2014 et les travaux prévus par les clauses du marché conclu ne sont toujours pas achevés sans compter les lots comprenant la charpente et le revêtement de la salle qui ne sont même pas lancés pour, soi-disant, appel d’offres infructueux.

Que fait Monsieur le D.L.E.P (Directeur du Logement et des Equipements Publics) en sa qualité de maitre de l’ouvrage ? Pourquoi ne donne-t-il plus suite aux projets dont il est censé suivre et finaliser ?

Que font le Proviseur du Lycée et le Directeur de l’Education puisqu’ils sont les bénéficiaires de ce projet qui est implanté dans un espace scolaire ?

Que fait Monsieur le wali, avec toute l’autorité que lui confère les lois de la république, dont la mission première est le développement de la wilaya, surtout s’agissant du secteur sensible qu’est celui de l’éducation ?

Camera  Photo0273

Camera  Camera

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...