• Accueil
  • > Archives pour novembre 2013

Charte du bon conducteur par « Tariq Es Salama »

Posté par Rabah Naceri le 25 novembre 2013

Code de la route  

La charte de conduite

 

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

« Tariq Es-Sallama » organise un séminiaire national sur la sécurité routière

Posté par Rabah Naceri le 21 novembre 2013

Cette hécatombe doit cesser. Agissons  !

Cette hécatombe doit cesser. Agissons !

 

L’association Tariq Es Salama organise un séminaire national sur la sécurité routière. Il se déroulera au niveau de la maison de la culture Taos Amrouche le 28 novembre 2013. Plusieurs communications suivies de débats sont programmées pour cette journée où le public est invité à participer à la lutte contre ce fléau qui emporte des centaines de personnes par mois et qui endeuillent des milliers de familles.

Tariq-Es Salama

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

A qui profite les incessantes fermetures des axes routiers ?

Posté par Rabah Naceri le 11 novembre 2013

A qui profite les incessantes fermetures des axes routiers ? dans 1. AU JOUR LE JOUR trop

(Par Arezki Slimani). Le spectre de la fermeture des routes reprend de plus belle à Béjaïa, une wilaya qui est à sa deuxième semaine de blocage.

Hier encore, la nationale 12 a fait l’objet de blocage par les citoyens du village Bouhatem dans la commune de Toudja, à hauteur d’Ibourassen. Ces derniers réclament le bitumage de l’axe routier qui mène à leurs domiciles. Alors quoi de mieux pour faire pression sur les autorités, que de fermer la route au nez des citoyens qui n’ont rien à voir avec ce problème.
En une semaine, il est pratiquement impossible de se déplacer d’une localité à une autre sauf à faire de longs et périlleux détours. Depuis qu’on ne répond qu’aux revendications exprimées de manière musclée, la ritournelle est alors devenue plus fréquente. C’est un peu logique, disait hier un usager rencontré sur la RN 12, «puisqu’on ne répond qu’au plus fort», affirmait-il non sans regretter l’absence de l’Etat pour appliquer la loi et sanctionner tous les contrevenants.
Autant les revendications étaient légitimes, autant la colère des usagers l’était aussi, qui ne comprennent pas pourquoi ils sont seuls à subir ce diktat né d’insuffisances dont ils ne sont aucunement responsables. Personne n’était en mesure de répondre hier à cette question, si ce n’est les usagers eux-mêmes qui crient haut fort «l’absence de l’Etat». «Comment se fait-il qu’un aussi important axe routier soit fermé à la circulation sans que personne ne daigne se déplacer pour en connaître les raisons et trouver éventuellement les solutions idoines et lever les blocus», assène ce routier qui affirme «redouter le moindre déplacement sur la région». «Ce ne sont pas les appels au dialogue qui peuvent fléchir les manifestants», renchérit ce cadre d’une entreprise publique à Béjaïa, résidant à Sidi Aïch, estimant que «le wali et le président de l’APW se doivent de se déplacer avec la force publique pour d’abord écouter les manifestants mais aussi lever le blocus pour permettre à tout un chacun de vaquer à ses occupations». Ce ne fut pas le cas hier car les autorités étaient en conclave justement pour faciliter la vie des citoyens. Le wali a réuni les chefs de daïra pour discuter de tout et vraisemblablement des fermetures de routes. Faisant suite aux instructions du Premier ministre, il a été question de lever les obstacles bureaucratiques qui se dressent devant l’administré. Aussi a-t-il été question d’instaurer le lundi comme journée de réception au niveau aussi bien des APC que des daïras et la wilaya. Ceci entre autres mesures d’allègement du fardeau de la bureaucratie.

L’instauration d’une journée de réception hebdomadaire suffira- t-elle pour calmer les esprits? Mettra-t-elle fin au cauchemar des fermetures de routes? Rien n’est moins sûr puisque l’appel lancé récemment par le chef de l’exécutif pour le dialogue avant toute option de fermeture de route n’a pas eu d’écho. Que reste-t-il alors si ce n’est le recours à la force publique face à un dépassement flagrant sur la liberté de circulation. L’avis est largement partagé par les citoyens bloqués hier aux portes de Béjaïa. Mais lorsqu’on évoque la spécificité de Béjaïa, on est encore loin de la solution et du coup, c’est le cauchemar qui continue.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...