Halte aux mensonges et à la démagogie !

Posté par Rabah Naceri le 9 août 2013

Ce n’est pas pour faire le rabat-joie, avec cette fête sacrée de l’Aïd que nous avons célébrée avec beaucoup de joie et d’allégresse, que je vous publie les deux articles ci-dessous, mais c’est juste pour montrer la triste réalité du quotidien que l’on continue à nous faire vivre. Et pour comble de démagogie, on nous enivre avec des discours mielleux traitant du développement de la wilaya, cette wilaya qui aurait pu être la Capitale du Savoir et le Carrefour des Civilisations.

Halte aux mensonges et à la démagogie ! dans 1. AU JOUR LE JOUR bla-bla

tazmalt dans 1. AU JOUR LE JOUR

(Par Syphax. Y). Voilà, presque 10 années depuis que l’étude technique pour la réalisation d’une station d’épuration des eaux usées a été effectuée, mais le projet tarde encore à voir le jour. L’implantation de ladite station était prévue à la maisonnette (1 kilomètre à la sortie nord de Tazmalt). Toutefois, selon la subdivision des ressources en eau de Tazmalt, le projet en question est relancé et proposé au ministère de tutelle, dans le cadre du plan sectoriel pour le quinquennat prochain (2015-2019). Selon nos interlocuteurs de la subdivision, la future station servira à purifier les eaux usées déversées à travers les réseaux d’assainissement, par les ménages et autres unités (huileries, usines, garages de mécaniques, poulaillers,…) de la localité de Tazmalt. Elles seront traitées à travers 7 étapes, dont le dégrillage, le dessablage et le tamisage, qui permettent de retirer de l’eau les déchets insolubles, tels que les cailloux, le sable, le plastique, les papiers usés…Il y a aussi le dés huilage ou le dégraissage qui permettent de nettoyer l’eau des graisses usagées. Ce processus permet au final, selon nos sources, de déverser une eau limpide, mais impropre à la consommation. Néanmoins, elle pourrait servir à l’irrigation des champs et des cultures, sachons que la région est réputée pour sa culture maraîchère et arboricole. Signalons que les eaux de l’oued Sahel, pour ne citer que cette rivière, ont atteint un degré non négligeable de pollution, à cause des eaux usées qui s’y déversent par milliers d’hectolitre par jour.

sidi-aich

(Par N. Maouche). La décharge publique de Sidi Aïch, une plaie béante à la périphérie de la ville, fait planer une menace permanente sur la santé de la population. Le site, empiétant sur l’accotement de la route nationale et le lit majeur de l’Oued Soummam, accueille quotidiennement des dizaines de tonnes d’ordures ménagères en provenance des agglomérations.  ’incinération, seule mode d’élimination utilisé pour réduire le volume de la décharge, injecte dans l’atmosphère des quantités de polluants potentiellement nocifs pour la santé. Les volutes de fumées résultant de la combustion sont fortement incommodantes. Les usagers de la RN26 sont, bien malgré eux, obligés de fermer les vitres de leurs voitures pour éluder cette fumée délétère. « À l’ère de la collecte sélective des déchets, leur recyclage et leur valorisation énergétique, on continue encore de suivre le schéma obsolète », fulmine un citadin de Sidi-Aïch. Les monticules d’ordures, exposés aux quatre vents, polluent aussi les eaux de surface de la Soummam et les nappes phréatiques et menace la santé des citoyens. Cela suppose donc que l’urgence se fait sentir quant à l’éradication de ce gisement de déchets en mettant en place des installations de traitement adéquates. Les habitants de cette région attendent impatiemment la réalisation du centre d’enfouissement technique annoncé.

Laisser un commentaire

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...