Bejaia partie intégrante du Hotspot du Bassin Méditerranéen (contribution de Imane Sellal)

Posté par Rabah Naceri le 23 juin 2013

Bejaia partie intégrante du Hotspot du Bassin Méditerranéen (contribution de Imane Sellal) dans 1. AU JOUR LE JOUR hotspot

  par Imane SELLAL
Images de Belhassine

La biodiversité s’apprécie au fil des hotspots qu’elle délimite sur la surface de la terre, le monde compte environ 35 Hotspots.

Définition de Hotspot en écologie

Zone géographique représentative de la biodiversité, présentant une grande richesse en espèces. On dénombre actuellement 35 hotspots dans le monde (source futura-sciences.com).

Le Hotspot Méditerranéen est le plus vaste de la planète en végétal ou en espèce animale et marine, il réunit une richesse environnementale et une stabilité pour tout dispositif de sauvegarde , d’étude  et de percée scientifique. En ce qui concerne notre pays, il couvre tout le littoral Algérien. Grâce à cette méthode, nous  pourrions évaluer les dégâts et les actions à mener.  Le concept de « hotspots de la biodiversité » est un stratagème scientifique très efficace pour identifier les régions qui présentent une très grande richesse en matière de biodiversité afin de répondre à un plan de sauvegarde et de préserver toute espèce menacée .

hotspot_1 dans 1. AU JOUR LE JOUR

Ainsi, une fois le profil de chaque hotspot établi, nous pouvons, sur la base d’évaluation, donc imaginer les écosystèmes à recréer en admettant certaines priorités aux parties où la biodiversité est éradiquée suite aux erreurs monumentales des hommes. Cette mission devient humanitaire car il s’agit de récupérer ce qui a été créé des centaines d’années déjà. Il est urgent d’agir dès maintenant car il sera tard demain. Autrement dit, les efforts doivent être immédiatement déployés pour faire front à cette menace.

Le plan de conservation sera élaboré sur trois grandes identifications :

1°) les espèces mondialement menacées de la région,
2°) les sites qui abritent ces espèces (zones clés pour la biodiversité)
3°) les paysages préservant les processus écologiques et d’évolution nécessaires à ces sites.

Sur la carte, ci-dessous, nous remarquons que la ville de Bejaia y est entièrement incluse dans ce Hotspot au vu de sa richesse biodiverse.

hotspot_2

Nous pourrons ainsi assurer trois objectifs :

l’extinction d’un écosystème,
réaliser des zones protégées,
éviter l’interruption de certains processus naturels écologiques.

La mobilisation de la société civile doit être au centre de cette action, et son implication aboutira à une nouvelle organisation, à un nouveau système de fonctionnement et d’interaction avec l’environnement immédiat. La prise de conscience et l’aspiration à un quotidien meilleur apporteront les volontés au sein de cette énergie latente, longtemps ignorée. Il est clair que l’implication des pouvoirs publics, disposant de grands moyens, est indispensable pour un suivi soutenu et assurer au mieux la recherche de cette harmonie entre le bien-être humain et la biodiversité.

Selon les termes de l’Unesco sur la question de la biodiversité :

« Seul un modèle de développement prenant en compte les enjeux sociaux et environnementaux peut nous permettre de concilier à nouveau le bien-être humain et la conservation de la biodiversité. Les modèles qui font une place à la sagesse d’autrefois – par exemple à l’empathie avec toutes les formes de vie, et à l’altruisme qui conduit à satisfaire les besoins des autres populations sans nuire à la biodiversité – témoignent de la manière dont un Nouvel humanisme pourrait nous aider à gérer l’appauvrissement de la biodiversité et la perte des services fournis par les écosystèmes que nous subissons actuellement. Reconnaître et respecter le rôle de gardiens de la biodiversité assumé par les groupes pauvres et vulnérables  »

Bejaia est une écorégion où la biodiversité est incontestablement la seule richesse et moyen qui redonnera à cette région sa lumière perdue. Les associations nombreuses ne cessent de sensibiliser les citoyens par des actes concrets, si petits fussent-ils, mais qui  ne passent pas inaperçus. Ce sont des indicateurs édifiants d’une société civile soucieuse  d’un environnement sain et meilleur. Tous les pans de la société, grands et petits, s’activent à organiser et réaliser des journées de nettoyages de plages, de cimetières, de places publiques, etc…ce qui traduit clairement un premier pas vers une réflexion de « comment avoir une ville propre d’abord ! ».

Il est impératif que les institutions qui gèrent les zones à préserver doivent être plus visibles et proches de ces associations afin de les encadrer et de les soutenir d’une façon effective. Il y a là une inépuisable réserve d’idées à concrétiser en se rapprochant de ces petites organisations sociales, souvent désarticulées faute d’encadrement, mais ô combien importantes et pertinentes dans les problématiques qu’elles posent. Ces associations sont sur le terrain et rien ne vaut l’expérience directe ; et le vécu devrait prévaloir et intégrer une sorte de validation d’acquis pour former des défenseurs des sites, à creuser de la part des gestionnaires de la ville et ses différents sites à préserver.

Grâce à la biodiversité, nous pouvons développer ces concepts:

-L’écotourisme -L’agro-tourisme

-Aménagement Eco-quartiers-Fermes écologiques

-Energies renouvelables de bases-Principe d’Eco-quartiers

-Eco-Pécheurs

Quelques Exemples des Espèces et Zones Menacées :

chenes 

sapin

lac-mezaia

Reference et bibliographie, cartographie : La biodiversité en Algérie A.Derrij. Le Bassin méditerranéen (Hotspot conservatoire de la nature)

Laisser un commentaire

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...