A.D.I.C – Bgayet. Les 10 règles d’Or pour un consommateur averti

Posté par Rabah Naceri le 30 avril 2013

A.D.I.C - Bgayet. Les 10 règles d'Or pour un consommateur averti dans 1. AU JOUR LE JOUR adic
 
Les 10 règles d’or du consommateur averti

MIEUX VAUT PRÉVENIR QUE GUÉRIR

1-Vérifiez les étiquettes et les prix, lisez toujours vos factures, votre contrat… La loi oblige les vendeurs de produits et services, mais aussi les producteurs et les importateurs, à afficher clairement ou à vous communiquer, avant l’achat, toutes les informations dont vous avez besoin pour faire votre choix en toute connaissance de cause: exigez-les, c’est votre droit et c’est votre intérêt. Cela vous évitera bien des déconvenues.

2-Comparez, si vous le pouvez, les prix et la qualité des produits et services, surtout pour les gros achats ou les travaux importants. Faites jouer la concurrence entre les vendeurs: que le meilleur gagne.

3-Exigez une facture La facture est essentielle: elle est un droit pour vous, une obligation pour le commerçant. Elle vous permet de connaître le détail exact de ce que vous avez payé; elle sera indispensable lorsque vous voudrez faire jouer la garantie ou demander un dédommagement suite à un problème.

4-Réparation, travaux et le service après vente Avant de confier votre voiture au garagiste ou de faire installer votre cuisine, demandez un devis : vous pourrez ainsi prendre votre décision en connaissance de cause et même demander un autre devis pour comparer. Finies les mauvaises surprises en recevant la facture.

5-Le prix c’est aussi la qualité On croit souvent faire une bonne affaire en achetant au rabais, mais cela s’avère souvent un bien mauvais calcul. Un produit trop bon marché est souvent un produit de contrefaçon : il tombe en panne très vite et ne présente aucune garantie. Il faut le changer, en acheter un autre … Au final, le prix payé est bien plus élevé que si on avait choisi dès le début un produit plus cher, mais de qualité.

6-Gardez soigneusement vos factures, vos contrats, vos devis… aussi les emballages des produits que vous voulez remplacer. Vous en aurez besoin pour faire valoir vos droits.

VOUS AVEZ DES DROITS : FAITES-LES VALOIR

7-Faire jouer la garantie Le Certificat de garantie que doit vous remettre le commerçant avec le produit est un « plus ». Il vous aidera à obtenir gain de cause mais, même sans lui, vous pouvez faire jouer la garantie légale si l’appareil que vous avez acheté récemment tombe en panne, à condition bien sûr que vous ayez conservé votre facture ou votre ticket de caisse.

8-Faites-vous aider Les associations de protection des consommateurs sont les meilleures alliées des consommateurs. Elles sont proches de chez vous et sauront vous donner les premiers conseils pour que votre demande puisse aboutir : arguments juridiques, aide à la constitution de votre dossier, contacts utiles, accompagnement en cas de litige judiciaire… Les agents des Services de la protection des consommateurs et de la répression des fraudes veillent au respect des textes. Ils effectuent des contrôles, des enquêtes, prennent des mesures préventives pour sécuriser le marché (saisies, retrait de produit, fermetures, etc.), infligent des amendes, saisissent le tribunal, etc…

9-Consommez Citoyen En étant vigilant et exigeant au quotidien, en montrant l’exemple à vos enfants, à vos voisins, vous ferez œuvre utile et vous contribuerez à changer les habitudes.

10- Surtout Si vous êtes dans votre droit et pouvez agir, faites-le : vous vous rendrez service et vous rendrez service à l’économie du pays toute entière

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

La population Bougiote a compris que…

Posté par Rabah Naceri le 27 avril 2013

La population a compris…

…qu’il était impératif que ce panel gouvernemental vienne un samedi pour éviter qu’il voit le désordre causé par l’absence d’un plan de circulation. Toutes les mesures sont prises pour empêcher que les véhicules lourds ne rentrent en ville. De mémoire d’homme, nous n’avons jamais vu une circulation aussi fluide et un samedi aussi calme.

…qu’il fallait badigeonner les murs crasseux qui inondent les villes et villages de la wilaya mais surtout le chef-lieu pour que le premier ministre et toute la délégation qui l’accompagne ne voient pas toutes ces horreurs – qui constituent pourtant le quotidien des Bougiotes – car cela risqueraient de gâcher leur visite…

…qu’il fallait débarrasser les innombrables sacs poubelles qui ornent les pieds de chaque arbre ornemental pour que cette délégation soit convaincue que la ville est propre et que tous les services de nettoiement s’acquittent honorablement de leurs tâches

…qu’il était urgent – quitte à travailler de jour comme de nuit – pour remettre en marche les jets d’eau de la cité Naceria et de Aamriw pour faire croire que les Bougiotes sont bien pris en charge et que c’est la belle vie à Bgayet.

La population a compris…

…qu’il était nécessaire, voire urgent, de procéder à la matérialisation horizontale pour infirmer les dénonciations des citoyens concernant l’absence de matérialisation

…qu’il fallait mobiliser le maximum d’agents de l’ordre public pour démentir ceux qui ne cessent de crier l’absence des services de sécurité et pour aider la délégation à ne pas remarquer qu’il n’existe aucun feu tricolore

…qu’il fallait habiller les policiers de leur meilleure tenue pour que la délégation ne voit pas les couleurs fanées virant au gris par le soleil et par leur vétusté. Même leur képi étaient recouvert d’une calotte d’un blanc irréprochable

…qu’il était important que cette délégation ne s’aperçoive pas que l’administration de wilaya continue toujours de squatter une cité d’habitation pour enseignants et que le terrain cédé par les domaines au Dinar symbolique pour l’érection d’un siège de wilaya est utilisé comme aire de stationnement

…que ce n’était pas le moment de soulever la question de prolongation de la piste de l’aéroport pour permettre l’atterrissage d’avions gros porteurs ni de parler du programme de vols qui n’arrangeait pas du tout les citoyens de la wilaya

La population a enfin compris…

…que la campagne électorale pour les présidentielles  de 2014 est entamée avant les délais et que tous les coups sont permis pour gagner la confiance et la sympathie du peuple qui continue d’être l’éternel victime de la démagogie et de la mauvaise gouvernance.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

LETTRE DES CITOYENS DE LA WILAYA DE BEJAIA à M. LE PREMIER MINISTRE

Posté par Rabah Naceri le 23 avril 2013

Cette lettre a été publiée dans une page de facebook qui est consacrée au développement de notre wilaya.
Elle a été postée par notre ami Arezki Maouche dans la page « Bejaia, l’âme de la Kabylie« .
__________________
LETTRE DES CITOYENS DE LA WILAYA DE BEJAIA à M. LE PREMIER MINISTRE
Monsieur le Premier Ministre

D’abord bienvenu dans notre wilaya, votre wilaya.
Nous vous souhaitons un agréable séjour, tout en sachant que votre visite n’a rien d’une tournée touristique, loin s’en faut.
Mais permettez-nous de vous soumettre cette réflexion, élaborée très rapidement mais qui constitue à nos yeux la trame des problèmes vécus.
Dans cette lettre nous avons tenté de résumer, contrainte de temps obligeant et pour ne pas rater l’occasion de votre visite, les principaux secteurs sur lesquels devrait se focaliser l’attention des décideurs, si tant est que leur souci est de faire bénéficier la région des bienfaits du développement national. Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

La ville se relooke pour recevoir Sellal

Posté par Rabah Naceri le 22 avril 2013

La ville se relooke pour recevoir Sellal dans 1. AU JOUR LE JOUR photo-de-bougie 

Les touches d’embellissement du chef-lieu, par certains endroits, rendent compte du circuit qui sera emprunté par le cortège officiel.

(Par B. CHOUALI). Décidément, les vieux réflexes ont la peau dure dans notre pays. Pourtant, on est loin de l’époque tiers-mondiste; mais hélas, ce n’est pas le cas à Béjaïa. Un constat qui saute aux yeux, notamment depuis l’annonce de la visite du Premier ministre. C’est désormais la course contre la montre à laquelle s’attèllent les autorités locales pour recevoir le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.
Le décor est planté! Rien à dire.

La population est-elle condamnée à vivre dans l’insalubrité et la pollution?

Est-ce un manque de volonté?

Est-ce une attitude délibérée que de laisser la situation se délabrer à ce point?

Ce sont des questions qui se posent dans l’ex-capitale des Hammadites, au simple citoyen, la société civile en général et les élus en particulier. Même si la propreté et le nettoiement ne sont pas l’affaire des autorités locales uniquement, étant donné que c’est aussi une question de civisme, il n’en demeure pas moins que lorsqu’on veut, on peut. Sinon, comment expliquer cet engouement sans précédent des autorités à nettoyer la ville de fond en comble. Trottoirs entièrement refaits et repeints, routes revêtues ou entièrement refaites par endroits, éclairage rétabli sur l’itinéraire prévu, murs badigeonnés, traçage des routes appliqué expressément, carrés de poubelles carrément nettoyés dans quelques endroits et même des arbustes ont été plantés pour la circonstance et au besoin arrosés sur certains boulevards.
Tel est le décor qui prévaut ces derniers jours à Béjaïa. Même si la date de la visite n’est pas encore officiellement arrêtée, on peut aisément deviner l’itinéraire de cette dernière rien qu’à voir les lieux et les places qui ont eu droit à ce toilettage de circonstance.
On accélère même les travaux des deux ronds-points de Nacéria et d’Aamriw pour faire fonctionner le jet d’eau à l’occasion de cette visite. «Espérons bien qu’ils fonctionneront à longueur d’année», soupire un citoyen blasé. Bougie, cette perle de l’Afrique du Nord a perdu un peu de sa réputation ces dernières années.
Certes, ce ne sont pas les fermetures de routes et autres blocages des administrations qui contrediront les autorités locales dans leur volonté de bien faire, mais le tableau qu’offre la ville de Yemma Gouraya au bout d’une quinzaine de jours de labeur, prouve on ne peut mieux que vouloir, c’est désormais pouvoir. Les touches d’embellissement du chef-lieu, par certains endroits, rendent compte du circuit qui sera emprunté par le cortège officiel. Est-ce que d’autres ruelles et quartiers ne sont pas concernés par cette action d’embellissement? La réponse, nous la saurons dans un proche avenir.
Pour leur part, les habitants se réjouissent de cette visite, non pas pour les projets à inaugurer ou à inscrire, mais plutôt pour l’engouement qui a gagné enfin les autorités locales pour donner un coup de balai dans l’ex-capitale des Hammadites. A cet effet, les commentaires vont bon train dans les rues et artères de la ville de Yemma Gouraya. «Si c’est comme ça que ça marche, il faut d’ores et déjà inscrire d’autres visites même d’une manière officieuse», nous déclare un groupe de jeunes du quartier Aamriw avant qu’un autre passant ne les paraphrase: «C’est dire que ce n’est que la visite du Premier ministre, alors si c’était la visite du Président qui est attendue, on aurait assisté à quoi?».
Certaines langues qui se félicitent de la visite du Premier ministre vont jusqu’à regretter sérieusement la visite programmée et promise du président de la République, car en fait, les citoyens jugent que ce n’est guère fortuit.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Sétif aura son tramway et Bougie n’a pas encore ses feux tricolores.

Posté par Rabah Naceri le 13 avril 2013

 

Sétif aura son tramway et Bougie n'a pas encore ses feux tricolores. dans 1. AU JOUR LE JOUR screenshot016-300x92  Ce journal d’information électronique a publié ce qui suit:
« Bonne nouvelle pour les sétifiens. Leur ville, Sétif, sera prochainement dotée d’un tramway flambant neuf. Et ce tramway sera le plus long du pays, a indiqué samedi à Sétif le ministre des Transports, Amar Tou.
En effet, les travaux du futur tramway de Sétif, au tracé le plus long du pays (22,4 km), seront lancés avant la fin de l’année 2013, a-t-on appris.  Le cahier des charges relatif à la réalisation de ce projet structurant a été déjà préparé et l’avis d’appel d’offres pour le choix de l’entreprise de réalisation sera lancé d’ici à trois mois au plus tard, a expliqué encore Amar Tou à l’issue d’une rencontre d’évaluation et de concertation sur le projet du tramway, tenue au siège de la wilaya en présence des autorités locales, des élus et des cadres du secteur« .

feux-feutricolore dans 1. AU JOUR LE JOUR

 

  

   Nous nous en félicitons pour les Sétifiens qui vont découvrir et profiter de ces nouveaux moyens modernes de transport urbain. Mais je ne peux cacher un petit pincement au cœur lorsque je pense qu’à Bougie il n’existe même pas de feux tricolores pour gérer la circulation qui devient de plus en plus infernale.

     Pourquoi notre wilaya est-elle marginalisée par les pouvoirs publics ?

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

Bgayet veut son palais de la culture et non une succursale industrielle !

Posté par Rabah Naceri le 8 avril 2013

Tout le monde de la culture, les historiens, les chercheurs, et bien d’autres intellectuels reconnaissent que Bgayet est une ville de culture, de savoir et de civilisation. Cette ville qui a donné son nom à la chandelle pour devenir bougie et d’où sont partis les mathématiques vers l’occident. Ces titres ne lui sont pas attribués par complaisance mais largement mérités car l’histoire a montré que cette ville a rayonné sur toute la méditerranée et bien au delà puisque des échanges de correspondances avec des Etats américains et bien d’autres grandes capitales ont été retrouvées et publiées.

Au minimum, cette ville méritait de se voir doter d’un vrai palais de la culture à la hauteur de sa dimension régionale en plus de son rôle éminemment important dans l’organisation pour la libération de l’Algérie en abritant, entre autres, le célèbre Congrès de la Soummam.

Aujourd’hui, elle n’a bénéficié que d’une bâtisse rasant le sol et dont les murs sont d’une froideur repoussante faisant office de maison de la culture. Une bâtisse, de surcroit, sans nom. Les citoyens de Bgayet l’ont baptisée « Maison de la culture Taos Amrouche« , une grande dame de la littérature mondialement connue et respectée,  mais que les autorités auraient toujours refusé d’officialiser sous le prétexte que cette grande dame est de confession chrétienne. Qu’à cela ne tienne, je dirai ! Je m’interroge alors pourquoi certaines places publiques, des avenues importantes, des édifices éducatifs et j’en passe ont été baptisés de noms de célébrités chrétiennes ou athées. A titre d’exemples : Frantz Fanon, Maurice Audin, Kennedy, Patrice Lumumba, Pierre et Marie Curie, Xavier Texeira Gomez, et d’autres encore…

Pour boucler la boucle, les décideurs ont pris la malheureuse initiative d’habiller cet édifice, faisant office de lieu de culture, avec des panneaux métalliques de couleur bleue. Ce nouvel habillage lui donne un aspect de succursale de l’industrie automobile. Pour quelqu’un qui serait de passage dans notre ville la prendrait facilement pour une succursale de Peugeot ou de Sonacome qui est en train de préparer un show grandiose.

Je vous laisse apprécier les quelques clichés que j’ai pris hier.

Bgayet veut son palais de la culture et non une succursale industrielle ! dans 1.1. SANTE PUBLIQUE image_03-300x225image_04-300x225 dans 1.1. SANTE PUBLIQUE image_01-300x225 image_02-300x225

Publié dans 1.1. SANTE PUBLIQUE | 1 Commentaire »

Timellahin ou les Salines de la Basse Kabylie

Posté par Rabah Naceri le 5 avril 2013

Timellahin ou les Salines de la Basse Kabylie dans 1. AU JOUR LE JOUR timellahin

Vidéo sur Timellahin

Timellaḥin ou les salines d’Imellaḥen, sont établies au pied du mont Mghendas à l’extrêmes sud de la Soumam en Kabylie (Algérie). Leur spécificité géologique appuyée au vu et au su de tout le monde révèle un sous-sol rocheux et sédimentaire essentiellement constituée de carbonate de calcium laissant ainsi surgir à la surface de multiples sources de l’eau salée qui ne se tarissent pas à nos jours en trois villages, à savoir Ickaven, Iɛednanen et At Unir , pourtant elles sont susceptibles à l’extinction définitive et pourraient très bien tarir un jour à l’encontre d’un simple tremblement de terre qui obture l’exutoire. Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Quelques vieux souvenirs

Posté par Rabah Naceri le 5 avril 2013

Quelques vieux souvenirs dans 1. AU JOUR LE JOUR zalamite

 

 C’est l’image d’une boite d’allumettes dont le petit caisson était en bois très fin.

 

 

 

 

bac-a-glacons dans 1. AU JOUR LE JOUR

 

 

 

 

 

  Le bac à glaçons que l’on découvre à l’achat d’un réfrigérateur.

 

 

 

 

 

 

 

 

bibliotheque

 

 Les célèbres bibliothèques vertes et roses qui ont fait notre bonheur durant notre jeunesse

 

 

 

 

 

arthur

 

 

 

 

 

 La BD de poche qui a contribué, durant notre jeunesse, à l’apprentissage de la langue de Molière.

 

 

 

 

 

encrier

 

 

 C’était bien avant l’invention du stylo à bille (le célèbre stylo BIC) dont il nous était défendu d’utiliser à l’école sous peine de punitions

 

 

 

 

les-boules

 

 

 

  Les boules qui nous brisaient les doigts avant de maitriser la manipulation.

 

 

 

 

 

 

bonux

 

 

Qui n’a pas influencé sa maman pour acheter cette marque de lessive rien que pour avoir le jouet ?

 

 

 

laplumesergentmajor

La célèbre plume Sergent-Major qui nous a accompagné dans l’apprentissage à l’écriture.

 

table

 

La table scolaire qui a usé nos fonds de culotte

 

 

 

 

 

 

 

 

solex

 

 

La grande invention de Citroën (j’espère que je ne me trompe pas !).

 

 

 

 

mobylette

 

 

Le moyen de locomotion de nos pères (du moins ceux qui ont un peu de moyens)

 

 

 

manuel

 

 

 

 

 

Le livre par lequel on a tenté, sans réussir, de travestir l’histoire glorieuse de nos ancêtres les Amazighs

 

 

 

 

 

 

salutlescopains-300x210

 

 

 

Une photo qui a regroupé tous les artistes qui ont marqué l’actualité de l’époque.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 2 Commentaires »

Un citoyen de Bgayet s’indigne

Posté par Rabah Naceri le 3 avril 2013

Un citoyen de Bgayet s'indigne dans 1. AU JOUR LE JOUR automobilistes

Mohand Saïd At Moussa, Tazmalt.
Quotidien El-Watan du mercredi 3 avril 2013. page 19

 

Comment décrire et quels termes utiliser pour qualifier ce tronçon de route, long seulement de 90 km, et pour dénoncer l’indifférence, la froideur, le mépris et peut-être «cette volonté» des pouvoirs publics vis-à-vis des populations de la région de Béjaïa et des automobilistes qui l’empruntent. C’est un cauchemar, un calvaire, une corvée, une torture, une hantise. A vous de choisir. Tous les jours se ressemblent et tous les moments de la journée sont identiques. Pas moins de 5 heures pour parcourir ces 90 km.

Peut-être le premier port du pays, la zone industrielle avec les usines Cevital de Béjaïa, la zone industrielle d’Akbou avec, entre autres, Soummam, Danone, General Emballage, la zone industrielle d’Ighzer Amokane avec le géant Ifri. A elles seules, ces usines déversent quotidiennement sur la RN 26, pas moins de 2000 semi-remorques. Je ne compte pas les autres usines avec plus de 1000 semi-remorques par jour. Il faudra compter aussi les fabricants et les fournisseurs de parpaing, de gravier et de sable se dirigeant vers l’ensemble du territoire national. Sans exagérer, car je les ai comptés presque avec précision, 1000 à 1500 semi-remorques vont et viennent du port de Béjaïa. Imaginez 22 à 25 véhicules par minute, dont une moitié de semi-remorques circulant sur cette minuscule «route nationale», vieille de dizaines d’années, et totalement détériorée. 25 véhicules par minute, ce sont 1500 véhicules par heure et 15 000 véhicules en seulement 10 heures par jour. Imaginez une très ancienne petite route nationale, très exiguë, complètement détériorée, avec 3 passages à niveau, où il faut obligatoirement s’arrêter pour les traverser très lentement avec une infinité de nids-de-poule, pas moins de 200 semblants de ralentisseurs, plutôt des obstacles, des marchands de fruits et légumes sur toute la longueur du tronçon (une nouveauté du génie algérien), des stationnements anarchiques dans les agglomérations traversées, d’interminables travaux ridicules, inutiles et bien mal planifiés et avec la circulation d’un grand nombre de tracteurs agricoles et même d’engins de travaux publics.

En été, tout cela est à multiplier par deux. Comment arriver à temps à un rendez-vous, à l’heure à son travail, à l’école,… comment transporter correctement un malade, un bébé, une personne âgée, etc. ? Quelque chose cloche dans ce qu’on appelle l’équilibre régional. Il n’y a pas un seul journal télévisé où on ne parle pas d’une autoroute en réalisation ou en inauguration, sur tout le territoire national, plus particulièrement à l’ouest du pays (Tlemcen-Oran surtout), à l’exception des 3 wilayas de la Kabylie : Tizi Ouzou,  Béjaïa, Bouira.

Pourquoi cela ?

Que cherche-t-on et que veut-on aux populations de ces wilayas ?

Veut-on un pourrissement et le déclin de la Kabylie ?

Veut-on la chasse et le départ des investisseurs?

Veut-on des réactions imprévisibles et brutales de la population ?

Veut-on la punir pour son insoumission et son éternel indignation ?

Nous, citoyens de la wilaya de Béjaïa, lançons un appel à l’ensemble des associations de la wilaya pour se rassembler en coordination, puis de forcer les élus locaux (maires, élus APW, députés et sénateurs) pour une initiative commune de revendication de l’entame «immédiate» de l’autoroute, avec un délai précis de réalisation. Entre-temps, réfléchir sur les mesures provisoires à prendre de suite en vue de réduire ce «cauchemar», comme :

- Arranger les passages à niveau
- Arranger les ralentisseurs et réduire leur nombre
-Améliorer les traversées des agglomérations
-Sanctionner sévèrement les chauffards roulant sur les accotements.
- Supprimer ces marchands de fruits et légumes le long de la route.
- Cesser ces semblants de travaux inutiles
- Obliger les gros poids lourds à rouler de nuit.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...