Plus la rebellion que le terrorisme (contribution de B. Medjahed)

Posté par Rabah Naceri le 1 février 2013

Plus la rébellion que le terrorisme.

 

Les premières lectures des appels d’un gouvernement à des interventions militaires étrangères sur son propre territoire peuvent accorder du crédit aux raisons invoquées. Mais, les deuxièmes lectures permettent de comprendre qu’en réalité, les vraies raisons ne sont pas avouées.

Le gouvernement Malien a beaucoup fait dans la diplomatie ou alors dans une confusion volontaire, bien calculée. Il désigne un ennemi, une cible, mais en réalité en vise une autre en complément.
Mais, cette autre cible est plus importante. Il ne s’agit pas tant de combattre le terrorisme que la rébellion. Engager les troupes contre le terrorisme est une opération ex centrée par rapport à la manœuvre principale qui est celle de mater la rébellion.

Pourquoi le gouvernement Malien était il si pressé de faire intervenir la France et les troupes de la « cédéao » alors que l’Algérie avait défendu la thèse d’un dialogue politique avec les représentants des populations du nord et s’était même entretenu avec ces derniers pour les engager dan ce sens ?

Le gouvernement Malien a depuis longtemps été contraint à rencontrer les représentants du nord qui lui reprochaient d’avoir négligé leur région sur le plan du développement. C’est à chaque fois l’Algérie qui est sollicitée pour une médiation destinée à éteindre le feu, d’autant que certains des représentants voulaient absolument se différencier du sud en réclamant l’autonomie de « l’Azawed« .

Cette fois ci, le niveau des revendications est monté d’un cran. Le MNLA a réclamé l’indépendance et a profité de la déstructuration de l’armée Malienne pour occuper militairement la région qu’il revendique. Mais, en réalité, il y a d’autres mouvements qui en ont profité, eux également, pour occuper militairement une partie de la région, une partie du nord, à savoir le mouvement islamiste « Ancer Dine » qui veut appliquer la « chariaa » dans tout le Mali, les mouvements terroristes Aqmi et le Mujao.

Le gouvernement Malien a démontré à travers les exactions commises sur les populations du nord qu’il a voulu se venger de n’avoir jamais pu mater la rébellion du nord. Les gouvernements des pays de la cédéao en profitent eux également pour lancer un avertissement à leurs oppositions internes qui formulent les mêmes revendications.

Laisser un commentaire

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...