• Accueil
  • > Archives pour octobre 2012

CÉLÉBRATION DU 1ER NOVEMBRE À BÉJAIA

Posté par Rabah Naceri le 30 octobre 2012

CÉLÉBRATION DU 1ER NOVEMBRE À BÉJAIA dans 1. AU JOUR LE JOUR amirouche

Par Arezki Slimani


C’est un village, qui a sacrifié 72 de ses enfants, qui abritera les festivités commémoratives.

L’Akfadou sera à l’honneur cette année à l’occasion de la célébration du 57ème anniversaire du déclenchement de la révolution 1954-1962, qui a été sanctionné par la libération du pays. C’est un village, qui a sacrifié 72 de ses enfants, qui abritera les festivités commémoratives. Il s’agit en l’occurrence du village Imaɣdacen, situé à proximité de la forêt d’Akfadou où était implanté le poste de commandement (PC) du colonel Amirouche. Ce sont les jeunes de l’association culturelle et sportive du village Imaɣdacene, qui ont eu cette louable idée de se remémorer une des dates phares de notre histoire récente afin de perpétuer le message aux jeunes générations et pour que personne n’oublie le sacrifice de la génération de Novembre.
En dépit du manque de moyens, ces jeunes, fidèles à leurs ancêtres, n’ont pas voulu lâcher prise pour un projet qui a pris forme concrètement, assure le président de l’association. Du 31 au 2 novembre, le village Imaɣdacen et toute la commune d’Akfadou seront sous les feux de la rampe.
Le programme concocté à cet effet est assez riche pour passer inaperçu. C’est une certitude car cette même association a fait ses preuves dans un passé récent par l’organisation de nombreuses activités liées à la culture et au sport. Voilà qu’elle s’intéresse à l’histoire du pays en général mais à une région qui fut le berceau de la Révolution algérienne. L’Akfadou est un massif montagneux forestier qui s’étend des deux côtés de la frontière qui sépare la Grande et la Basse Kabylie. Côté wilaya de Tizi Ouzou, il est entouré de Yakourène, Bouzguène, et Ath Ghobri. En face, à l’est, il l’est par Chemini, Adekar et Tifra notamment.
D’une superficie de 10.000 hectares et culminant jusqu’à près de 1700mètres d’altitude, il s’étend du Djurdjura et de Yakourène sur sa façade nord-ouest à Tizi Ichalatten à l’est pour surplomber toute la vallée de la Soummam. C’est aussi une partie de l’histoire de la région, puisqu’il a abrité le poste de commandement de la Wilaya III du colonel Amirouche durant la Guerre de libération. Il fut le théâtre de violents affrontements entre l’armée coloniale et les moudjahidine.
Cette célébration ne manquera pas d’apporter de nouveaux éclaircissements sur la lutte armée dans les maquis de la Wilaya III historique. Au programme il faudra noter un défilé populaire, une exposition autour de la guerre d’indépendance, témoignages de moudjahidine et d’autres rescapés de la guerre, une conférence-débat avec Rachid Adjaoud, Salah Tigmit, projection de films documentaires…. Bref, le village martyr sera deux jours durant la Mecque de tous ceux et celles qui voudront connaitre et revisiter l’histoire de l’Algérie de manière commémorative et solennelle.
L’objectif des initiateurs étant de perpétuer le souvenir de Novembre et des martyrs chez les jeunes générations. Et les jeunes seront certainement nombreux à marquer leur présence à cette manifestation au cachet particulier. Cela fait cinquante ans que l’Algérie a accédé à l’indépendance. Des années sont encore nécessaires pour comprendre et pour écrire toutes les pages glorieuses de cette grande révolution.
Une révolution citée comme exemple de par le monde entier. Elle était menée par des hommes et des femmes qui n’ont eu pour armes que leur courage et leur conviction. Ils seront cités encore et encore pour avoir compris que la liberté ne se donne pas mais s’arrache. Ce message sera à l’ordre du jour à Imaɣdacen, dans la glorieuse commune d’Akfadou.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Colloque international sur la ville de Bgayet

Posté par Rabah Naceri le 29 octobre 2012

Colloque international sur la ville de Bgayet dans 1. AU JOUR LE JOUR screenshot035

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Un palais des expositions pour Bejaia S.V.P !!

Posté par Rabah Naceri le 29 octobre 2012

Un palais des expositions pour Bejaia S.V.P !! dans 1. AU JOUR LE JOUR palais_exposition_02-300x225  L’idée de créer un véritable palais des expositions a germé au cours d’une session de l’Apw (Assemblée Populaire de Wilaya) et cette idée a été soutenue par le wali de l’époque, Bachir Rahou (Allah yerahmou). C’était déjà en 1998.
Plusieurs propositions ont été avancées par les élus pour le choix du site, notamment le long de la côte Est (actuel club hippique) ou bien au niveau de l’ancienne caserne des « Quatre-Chemins » puisqu’il était prévu sa récupération. Toute l’assemblée était unanime que le site actuel, la Surface du Lac, ne répondait guère aux besoins des grandes expositions programmées pour notre wilaya qui a la réputation d’une région très touristique. Le wali s’était engagé d’accompagner cette proposition de l’Apw…mais plus aucune suite n’a été donnée.

 

palais_exposition-300x199 dans 1. AU JOUR LE JOUR

 

C’est avec une pointe de jalousie au cœur que j’apprends l’inscription d’un grand palais des expositions à Annaba. Ce projet s’étale sur une superficie de 15 ha qui comprendra un espace d’exposition de 12 ha, un centre d’affaires, un auditorium de 300 places, de 4 salles de projection de 90 places chacune, un salon d’accueil grand standing, d’un espace réservé à la presse, etc…

Je félicite les initiateurs de ce projet et l’encadrement technique qui ont contribué à son inscription et, prochainement, à sa concrétisation.

   Toutes mes félicitations pour les Annabis !!

auditorium-300x225

 

  Je nourris le secret espoir que notre Chambre de Commerce et d’Industrie (C.C.I) se secoue et déterre cette vieille idée pour sa concrétisation et laisse une empreinte de son mandat.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

FORGER UN CITOYEN ÉQUILIBRÉ. Le but de la civilisation musulmane

Posté par Rabah Naceri le 18 octobre 2012

FORGER UN CITOYEN ÉQUILIBRÉ. Le but de la civilisation musulmane dans 1. AU JOUR LE JOUR ibn-sina

Par Mustapha CHERIF

Nous continuons plus que jamais à nous interroger sur l’essentiel: l’éducation, la formation d’un citoyen équilibré, responsable et utile à son pays. La civilisation musulmane a progressé sur la base de travaux de plusieurs catégories de savants: comme les scientifiques, les théologiens, les philosophes, les mystiques et les fuqaha.
Parfois, le savant en question pouvait réunir en sa personne plusieurs de ses spécialités, comme Ibn Rochd, Ibn Sina ou Al Biruni. Les sociétés musulmanes ont connu l’âge d’or lorsqu’elles réussirent à forger un type d’homme équilibré, instruit et au comportement noble. La civilisation musulmane a été universelle, du fait qu’elle n’a rien négligé, ni la condition humaine terrestre, ni l’éducation du caractère et de l’âme, pour humaniser, élever et guider.

L’ignorance et la mauvaise intention font dire des contrevérités aux islamophobes anciens ou néo-orientalistes: que l’esprit scientifique et les progrès modernes sont étrangers à la religion musulmane. Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Au suivant (de Omar Ouali)

Posté par Rabah Naceri le 6 octobre 2012

Au suivant (de Omar Ouali) dans 1. AU JOUR LE JOUR au_suivant-1024x224

Le ministère de l’Intérieur vient d’accorder des agréments à une nouvelle fournée de partis politiques. Cinq pour être plus précis qui viennent s’ajouter à une liste déjà longue, mais qui n’en finit pas de s’allonger et qui va certainement  s’allonger, puisque d’autres attendent encore le visa de l’administration.
Si bien qu’aujourd’hui bien malin serait celui qui pourrait avancer le chiffre global de ces partis. Et de là à retenir leur sigle ou encore le nom de leurs chefs respectifs, c’est assurément trop demander aux citoyens qui ont certainement mieux à faire. C’est du tragi-comique qui se déroule sur la scène politique !
Le ministère de l’Intérieur, longtemps accusé de fermer le jeu politique, passe sans filet d’un extrême à un autre, en ouvrant les vannes à tout-va. Et du coup, c’est la foire d’empoigne. Évidemment, le pouvoir y trouve parfaitement son compte.
En faisant preuve d’une telle générosité vis-à-vis des quémandeurs d’agréments, il (le pouvoir) fait du deux en un. Primo, il se prémunit désormais contre les accusations récurrentes d’atteinte au pluralisme politique venant de l’opposition et des organisations des droits de l’Homme. Ce qui est une bonne carte à jouer en termes d’image au plan international au moment où le pays est sous observation clinique.
Deuzio (et c’est sans doute là le but de la manœuvre), il atomise la classe politique au point de la rendre inefficace, incapable de la moindre initiative et, au final, discréditée aux yeux du citoyen.
Ce dernier, face à la “qualité” de l’offre, c’est-à-dire des ambitieux sans épaisseur politique, plus mus par le désir d’avoir leur part de la rente, en se prêtant par exemple aux messes électorales, préfère, en dernier ressort, le pis-aller que constitue le FLN. Lui au moins il est connu.
Finalement, cette ouverture, loin de constituer un quelconque danger pour les partis du pouvoir, leur rend bien service en participant au décorum pluraliste. Un jeu machiavélique !

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

Droits de l’Homme en Algérie. 8 Octobre 1962 – 8 Octobre 2012

Posté par Rabah Naceri le 6 octobre 2012

Droits de l'Homme en Algérie. 8 Octobre 1962 - 8 Octobre 2012 dans 1. AU JOUR LE JOUR droits_de_lhomme

Le texte publié ci-dessous et qui a été repris par plusieurs journaux, je l’ai écrit il y a dix ans pour dénoncer les violations des droits de l’homme par celui qui est censé les défendre, l’Etat algérien. Il se trouve qu’aujourd’hui, nous relevons une régression criarde depuis 2002 à ce jour puisque le système policier continue d’arrêter arbitrairement des citoyens qui ont eu le tort d’avoir revendiqué le droit d’avoir des droits, l’exemple vivant est celui de Yacine Zaid.

baskets dans 1. AU JOUR LE JOUR

Par Rabah Naceri

08 octobre 1962 – 08 octobre 2002

Des Droits de l’Homme à la répression

     L’Algérie vient de marquer, le 08 octobre 2002, sa quarantième année depuis son adhésion au sein de l’auguste organisation, l’Organisation des Nations Unies (O.N.U).

     En effet, l’Algérie a eu le mérite d’adhérer à l’organisation des Nations Unies dès son indépendance fraîchement et chèrement acquise, ce qui l’honore et démontre l’intérêt des dirigeants de ce jeune Etat indépendant à s’inscrire dans l’option démocratique, du respect des droits de l’homme, du modernisme et de l’universalité où l’unique centre d’intérêt est l’épanouissement de l’Homme.

     L’adhésion de notre pays à l’Onu a augmenté la crédibilité du peuple algérien, une crédibilité acquise après le long combat libérateur qu’il a mené durant presque huit années de guerre armée contre le pays colonisateur, ce qui lui a valu le respect et même l’admiration des nations les plus avancées.

     En adhérant à cette plus haute organisation internationale, l’Algérie a démontré sa maturité et sa volonté politique de s’inscrire dans le concert des nations ouvertes à la défense des droits de l’homme et de militer dans une solidarité internationale aux valeurs universelles.

     Ces droits qui sont indivisibles doivent reposer d’abord et avant tout sur le recouvrement de la dignité de l’Algérien et de son épanouissement ; une dignité caractérisée par le droit à un niveau de vie suffisant, à la protection de sa santé, à un travail, à un logement, à l’éducation, au respect de son identité culturelle (notamment de ses langues), à un logement décent, etc.

     Malheureusement, depuis 40 ans l’Algérien n’a été nourri que de beaux discours académiques mais creux et gavé à satiété de promesses non tenues lui demandant encore et toujours de supporter d’autres sacrifices dans l’intérêt du pays.

     Au fil des années, l’Algérien a vu sa dignité piétinée jusqu’à devenir un sous-citoyen perdant ses droits un à un jusqu’aux plus élémentaires : le droit à la vie.

     Depuis 40ans, l’Algérien a vu ses espaces d’expression se rétrécir et son droit à la différence totalement anéanti au nom de l’intérêt de l’Etat. La stratégie du pouvoir était d’uniformiser le peuple tout entier après avoir cru avoir réussi à uniformiser sa pensée.

     L’Algérien qui a pendant longtemps caressé l’espoir de voir ses conditions de vie s’améliorer a vu au contraire son pouvoir d’achat s’effriter à tel point que la misère est devenue générale où l’unique aspiration qui lui restait était de lutter pour sa survie.

     Lui qui a espéré, à l’indépendance, accéder à un logement décent et relever son niveau de vie, a vite déchanté. Pis encore, il voit son espace vital se réduire et sombrer lamentablement dans un misérabilisme aggravé par le nombre d’enfants élevés, qui deviennent adultes pour aller grossir les rangs des chômeurs malgré leur niveau d’instruction.

     Le système éducatif qui a montré ses limites et son inadaptation aux valeurs universelles n’est pas en reste dans la pente douce prise par notre pays vers l’inconnu dont le pire est à craindre. L’école qui est le moyen par excellence pour former et informer l’homme a lamentablement échoué dans sa mission malgré les sommes faramineuses injectées dans ce secteur et tout l’intérêt qu’il semblait bénéficier des autorités algériennes et sa place privilégiée consacrée dans les textes internationaux et les textes législatifs nationaux.

     L’Etat algérien, depuis son adhésion à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme le 08 octobre 1962, a même signé et ratifié d’autres textes internationaux, comme le Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. A chaque engagement de l’Algérie à un instrument international donc au respect des droits de l’homme, le peuple se met à développer immédiatement un sentiment d’espoir. Un espoir qui ne tarde pas à tourner vers le désespoir car le décalage entre les intentions et la pratique est outrageusement apparente. La sécurité des Algériens est devenue dangereusement précaire par la défaillance des services de l’Etat où les dépassements sont devenus monnaie courante et l’impunité régner en maîtresse.

     Ce rétrécissement des libertés individuelles et collectives, l’effritement du pouvoir d’achat, la précarité du marché de l’emploi, l’absence de perspectives ont amené les jeunes algériens, un 05 Octobre 88, à investir le dernier espace qui leur restait : la rue, pour envoyer un signal fort et violent aux tenants du pouvoir. Cette manifestation, reposant sur des revendications légitimes qui sont pourtant consacrées par les textes fondamentaux ratifiés par l’Algérie, a été violemment réprimée par le pouvoir se traduisant par plusieurs centaines de morts et de blessés graves.

     A ce jour le statut de ces victimes n’est pas arrêté, elles sont qualifiées d’accidents de travail sans qu’elles connaissent le nom de leur employeur.

     Un séisme a secoué une grande partie de l’Algérie (Kabylie), en avril 2001, où 127 jeunes ont trouvé la mort et des milliers de jeunes blessés, handicapés à vie pour avoir osé revendiquer le droit d’exister et le droit à la dignité.

     Après 18 mois de protestation, le pouvoir, au lieu d’aller vers la vraie solution aux vrais problèmes, a préféré réprimé toutes manifestations et toute forme de revendication, arrêté des délégués-citoyens qui ont commis l’erreur de vouloir s’exprimer librement et de revendiquer publiquement leurs droits élémentaires : sociaux, économiques, culturels et linguistiques.

     Depuis 40 ans, l’Etat algérien ne fait que consommer ses contradictions et entamé toute sa crédibilité compromettant sérieusement et pour longtemps son avenir et en hypothéquant même l’avenir des générations montantes.

     Il est temps, et nous l’avons déjà dit, que le pouvoir prête attention à son peuple qui a mûri et qui manifeste une prise de conscience qui force le respect et l’admiration.

     Le pouvoir algérien qui ne veut pas provoquer le changement le subira avec tous les inconvénients.

Octobre 2002

Rabah NACERI

Ancien Président d’Apw de Bejaïa (1997 – 2002)

Militant du mouvement associatif et des Droits de l’Homme.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...