Béjaïa, Infrastructures hôtelières et touristiques à l’abandon

Posté par Rabah Naceri le 8 juin 2012

(Par M. Bensadi). L’hôtel d’Orient, d’abord. Quel nom évocateur ! Son livre d’or était, de loin, du moins depuis sa mise en service fin des années 1930, début des années 1940 jusqu’aux années 1980, l’un des plus enviés d’Algérie, ceci même s’il est loin d’avoir l’envergure (architecturale) de l’Aletti, de l’ex-St-Georges et autres “grosses pointures” (datant de l’ère coloniale) d’Oran, de Constantine, de Annaba, de Sétif, de Skikda…

Mais voilà que  depuis une trentaine d’années au moins, ce prestigieux hôtel avec sa salle de restaurant-dancing donnant sur la magnifique baie de Béjaïa, fermé par les autorités communales (porte blindée) s’est  métamorphosé, faute d’entretien minimum, en décharge publique.

Le royaume des rats et des cafards. Et qu’est devenue sa superbe et très riche argenterie estampillée, sa batterie de porcelaine ancienne d’un raffinement remarquable ? Toutes deux héritées de l’ancien propriétaire  pied-noir, la famille Berg.
Pillage oblige ! Pour clore ce passage sur l’hôtel d’Orient, rappelons que celui-ci était “bien vacant”, avant que la commune ne le prenne en charge, le faisant exploiter par différents gérants (des particuliers).

Renseignements pris, cet hôtel est à ce jour propriété de la commune de Béjaïa. Les APC qui se sont succédé de 1980 à aujourd’hui  ne semblent guère s’émouvoir de son triste et lamentable sort ou, plus grave encore, appréhender un éventuel et mortel effondrement en cas de fragilisation des structures. C’est  dans une totale indifférence de  ceux qui pouvaient et peuvent faire quelque chose pour lui que l’hôtel d’Orient continue (ou finit) de pourrir.
“Les Oliviers” et “Les Cimes” : la mort lente

L’hôtel des Oliviers. L’autre «énigme» des 800 millions de centimes. L’hôtel des Oliviers, que l’on a toujours comparé à El-Aurassi, version réduite.

Les informations les plus récentes : le Premier ministre aurait, selon le P/APW, M. Hamid Ferhat (session  extraordinaire du mercredi 10 août 2011 consacrée à l’examen du budget supplémentaire 2011) en 2008-2009, donné son accord pour que le site (ainsi que le gros œuvre  réalisé de l’hôtel ) sur lequel est implanté le projet avancé (un peu plus de 60%, selon des initiés) de l’hôtel soient transférés au portefeuille foncier de la wilaya. Autrement dit aux Domaines.

M. Hamid Ferhat (P/APW) qui n’a eu de cesse de “souligner l’importance d’aller jusqu’au bout d’une procédure, sans se départir de sa volonté tenace de la faire aboutir positivement en faveur de la wilaya, comme ce devrait être le cas dans la démarche consistant à concrétiser le vœu de l’APW d’acquérir, au profit de la wilaya, l’hôtel des Oliviers ainsi que le motel des Cimes…” Le wali de Béjaïa, M. Hammou Ahmed Touhami, quant à lui, “révèle” et avoue sincèrement qu’à sa connaissance, il n’y a trace d’aucun document officiel attestant que le site où est érigée l’actuelle “carcasse” de l’hôtel des Oliviers (à l’abandon) appartient à la wilaya, information aussitôt corroborée par le directeur des Domaines de la wilaya de Béjaïa.

“Comment alors expliquer et justifier le déblocage, par l’administration de la wilaya, d’une enveloppe de 800 millions de centimes destinée à une « étude » qui serait consacrée à l’examen de l’état des lieux (hôtel des Oliviers) alors que cette même administration, par la voix du premier magistrat de la wilaya, avoue très franchement ne détenir aucun document officiel prouvant que le site est propriété de la wilaya ?”, s’est écrié un élu lors de la session extraordinaire du mercredi 10 août 2011.
M. Ahmed Hammou Touhami, lors de cette session extraordinaire, n’avait en tout cas pas manqué d’“avertir”, et ce, à maintes reprises, qu’il veillera personnellement à ce que ce projet ne soit pas dévié de sa vocation initiale, c’est-à-dire une infrastructure hôtelière et seulement hôtelière, avec toutes ses commodités ludiques annexes. Du moins une fois que l’écheveau hôtel des Oliviers aura été démêlé. Entre-temps, sûr que le “dossier des 800 millions de centimes” a été classé, “enveloppe récupérée” le motel des Cimes : un cas similaire. Une  énigme. Laissé “en jachère” depuis des années. Après avoir été exploité par différents opérateurs, privés et publics.

Dont l’EGT-EST (Sous la direction de M. Hakim Bakouri, le tout premier directeur de l’hôtel Les Hammadites). Situé en contrebas de la route menant aux Aiguades, niché dans un site boisé et à la végétation luxuriante, doté d’un vue imprenable sur le golfe de Béjaïa et le lointain large, le paradisiaque et envoûtant motel des Cimes ne sait donc plus à quel saint se vouer.

Qui, de l’APW ou de l’APC, peut se targuer d’avoir entrepris quoi que ce soit allant dans le sens de sa mise en valeur ? Aucune des deux institutions. Le motel des Cimes est-il un bien domanial ? Rien ne le prouve, là encore. Et, de nouveau, la lancinante question : mais qui donc, durant toutes ces années écoulées, avait émis des autorisations d’exploitation de ce lieu à des opérateurs privés et publics, alors que l’on continue, aujourd’hui, et au sein même de l’administration, à se demander qui en est “le propriétaire”.

En fait, il ne fait aucun doute que le motel des Cimes a toujours été une propriété de la direction des infrastructures (militaires) de la Marine nationale (ANP/MDN), sauf que l’on ignore si l’armée a fini par le céder “aux civils” ou non.

______________

Témoignage:

Je tiens particulièrement à apporter mon témoignage sur trois infrastructures hôtelières et un édifice public que nous, élus Apw 1997-2002, avons traités et suivis avec tout le sérieux exigé:

1. Motel des Cimes :
C’est grâce à l’Apw, que j’ai eu l’honneur de présider, que cette superbe infrastructure a été récupérée auprès de l’Onat pour la reverser dans le patrimoine des biens de wilaya. Les correspondances qui ont été échangées entre l’institution Apw et cet organisme touristique existent au niveau des archives de l’Apw et des services de la wilaya.
Je vous fais l’économie des blocages conscients de l’administration que nous avons rencontrés pour nous faire échouer cette action.
Une fois le motel des Cimes récupéré, j’ai mis, personnellement et gracieusement, cette infrastructure à la disposition des deux clubs sportifs que sont la JSMB et le MOB pour une durée déterminée. Les correspondances faisant foi et les directions des deux clubs peuvent en témoigner.
Lorsque les deux clubs ont quitté les lieux, nous avons délibéré pour l’octroi d’une subvention conséquente pour entamer les travaux de réfection et de réhabilitation de cette infrastructure hôtelière. La somme allouée était de 1.5 milliard de centimes et les travaux ont été engagés et réceptionnés. Les marchés ont été accordés par les services de la DAL (wilaya). Cette démarche montre dons que le Motel des Cimes est bien un bien de wilaya.

2. Hôtel des Oliviers:
La situation de cet hôtel a fait l’objet de deux sessions à l’Apw (1997-2002). J’avoue qu’un flou volontaire et total entourait cet édifice. Nous avons relevé l’absence totale de volonté de la part des services de la wilaya et du premier responsable de l’exécutif de wilaya d’assainir la situation de cette infrastructure et de le réhabiliter en vu de son exploitation.
Notre ami journaliste n’a pas poussé assez ses investigations pour découvrir qu’il y a eu un permis de construire, un maitre d’ouvrage, etc… Cet hôtel ne s’est pas construit tout seul.

3. Le château de la Comtesse:
Ce bijou architectural a également fait l’objet d’un point débattu au cours d’une session de l’Apw (1997-2002). Cet édifice, avec tout le flou qui l’entoure, est un bien communal. J’ai saisi, personnellement, le P/Apc de l’époque pour lui demander d’élaborer une fiche technique pour sa réfection et de la soumettre à la commission concernée de l’Apw pour un soutien financier. Rien.
J’ai fait une seconde correspondance au même P/Apc pour lui suggérer de prendre une délibération et de reverser cet édifice dans le patrimoine de la wilaya et l’Apw s’engage à dégager la subvention nécessaire pour les travaux des restauration. Rien.
Pendant ce temps et jusqu’à ce jour, ce château ne cesse de se dégrader au vu et au su des autorités et de tout le monde.

4. Le bâtiment (ex direction des douanes):
Ce bâtiment se trouve à proximité de la résidence de wilaya. L’Apw de l’époque a décidé de l’affecter comme « Maison de la Presse » ou bien « Maison des Associations ». Nous avons de ce fait voté une subvention de 1.4 milliard de centimes pour sa remise en l’état. Les travaux achevés, la wilaya a délivré le quitus à l’entrepreneur mais…point d’affectation. Dix années plus tard, les mêmes travaux ont de nouveau été lancés…et toujours point d’affectation.

Tel est le témoignage que j’ai tenu à apporter concernant ces édifices qui font partie de la mémoire collective des Bougiotes.

Une Réponse à “Béjaïa, Infrastructures hôtelières et touristiques à l’abandon”

  1. Arezki dit :

    Merci pour votre témoignage Mr Naceri. Combien d’hommes intègres comme vous restent-ils dans ce foutu pays ?

Laisser un commentaire

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...