La wilaya de Bejaia croule sous les ordures

Posté par Rabah Naceri le 1 juin 2012

La wilaya de Bejaia croule sous les ordures  dans 2. GESTION DE LA VILLE Caricature-ordures

Souk El Tenine.

(Par R. Zerrouk). Selon le porte-parole du collectif, la situation risque de tourner au vinaigre si des mesures tardent à voir le jour devant ce qu’il qualifie d’«arrogance et de mépris» affiché à l’égard des commerçants.

Dans une déclaration dont nous gardons une copie, le collectif des commerçants de la zone d’activités commerciale (ZAC) de la commune de Souk El Tenine, brandit la menace de recourir à une démonstration de rue suivie d’autres actions d’envergure en ultime recours pour se faire entendre et dénoncer «le clin d’œil des autorités locales» quant à cette décharge qui continue de leur empoisonner le quotidien.
Selon le porte-parole dudit collectif que nous avons rencontré, la situation risque de tourner au vinaigre si des mesures tardent à voir le jour devant ce qu’il qualifie d’arrogance et de mépris affiché à leur égard. «Nous avons alerté toutes les instances compétentes à travers des écrits pour tirer la sonnette d’alarme suite au déversement d’ordures ménagères et  autres déchets  à quelques encablures de nos commerces, juste en lisière de  l’oued Aguerioun, hélas autant prêcher en plein désert», nous a fait savoir  M. Boufassa Lyazid et d’ajouter : «Nous avons surpris à maintes reprises le camion de l’APC accomplissant son forfait, malheureusement le chauffeur a répliqué n’avoir fait qu’exécuter des ordres». Notre interlocuteur, gérant d’une station de services divers, crie haut et fort : «La périphérie est plus que jamais menacée par les émissions de particules dangereuses et de pollution d’air, la prolifération d’insectes, de rongeurs et autres vermines vecteurs de maladies et risque de contamination de ressources hydriques au moment où l’administration locale, la tête ailleurs, ne se soucie aucunement de cet état des lieux gravissime», ajoute t-il. Une situation chaotique dans la mesure où l’acte ne relève aucunement d’une omission ou négligence de la part de ceux qui prônent la défense de la nature mais c’est un acte d’incivisme «honteux» qui renseigne sur le degré d’inconscience des responsables cloués en place méritant amplement le qualificatif colporté sur les lèvres des riverains «le clin d’œil sur la prolifération des décharges sauvages dans des zones urbaines n’est qu’un signe du sous-développement…mental ! On s’agite pour organiser des journées sur la protection de l’environnement tout juste pour le folklore», désole le jeune commerçant. Au fait, y a-t-il vraiment une politique environnementale dans la wilaya de Béjaïa ? Il est grand temps de parler de l’éducation environnementale qui est vraiment absente au moment où aucun effort n’est entrepris pour développer l’éco-civisme en dépit des instruments juridiques en place ! Et que dire donc de cette décharge grandissante en plein tissu commercial décriée de toute part ?

 Ordures dans 2. GESTION DE LA VILLE

AKBOU

(Par L. Beddar). Le dépotoir d’ordures ménagères se trouvant sur le CW141, plus précisément à la sortie du pont de l’oued Soummam à Biziou et qui a disparu depuis des mois, est de nouveau relancé par des pollueurs de tout bord qui ignorent apparemment l’importance de ce lieu considéré comme la vitrine de la haute vallée de la Soummam par les milliers d’automobilistes fréquentant cette route journellement. Des tas d’immondices sont jetés à cet endroit, jonchant ainsi les deux accotements de cette route. Situé non loin de la zone d’activités de Taharacht, fleuron industriel de la ville d’Akbou,  l’endroit est colonisé par les chiens, chats et oiseaux qui se disputent quotidiennement les festins sous les yeux ébahis des milliers de voyagistes.
Ce qui est hallucinant, c’est qui sont censés prendre les mesures qui s’imposent contre les contrevenants qui polluent l’espace,  ferment les yeux sur un site défiguré par les saletés de tous genres, allant des ordures ménagères aux déblais des maisons dont les détritus portent un sacré coup à l’environnement. Les sacs en plastique emportés par le vent tournoient dans l’air et des emballages en papier et en plastic jonchent la chaussée. Dans des pays qui respectent la nature, une telle région aurait été classée zone touristique, avec ses paysages enchanteurs qu’offre la montagne de Gueldamen, qui se dresse comme une muraille devant le douar d’Ath Aïdel et l’immense océan qu’est le barrage de Tichy Haft. Cette situation, est-elle une manière de souhaiter la bienvenue aux touristes se rendant à Seddouk pour visiter Takhalouith de cheikh Belhaddad ou la station thermale de Sidi Yahia pour se relaxer ou encore aux villages proprets et ardents de la région à la découverte du vieux bâti charmeur et des modes de vie ancestraux bien conservés. Quoi qu’il en soit, l’endroit ne mérite pas un tel sort et il est du devoir des autorités de penser à le rendre propre.

Laisser un commentaire

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...