La mémoire dépoussiérée

Posté par Rabah Naceri le 4 octobre 2011

screenshot239.jpg

 

bgayettlemcen.jpg

Tlemcen: Avec Béjaïa, ça marche

          (par Allal Bekkaï). «De tous les rapports inter-villes, ce sont les échanges Béjaïa-Tlemcen qui ont le plus d’impact sur le développement des activités scientifiques et culturelles au Maghreb central et en Méditerranée», tient d’emblée à souligner le Pr Djamil Aïssani, commissaire de l’exposition libellée «Les échanges intellectuels Bejaïa-Tlemcen» qui se tient du 1er au 31 octobre au palais de la Culture de Mansourah, dans le cadre de la manifestation «Tlemcen, capitale de la Culture islamique». Initiée par l’association Gehimab (Groupe d’Etudes sur l’Histoire des Mathématiques à Bougie médiévale) présidée par l’organisateur précité, l’exposition se propose, à travers une quarantaine d’histoires extraordinaires, de faire découvrir au public les principales aventures intellectuelles qui ont permis à deux cités prestigieuses du Maghreb central de devenir «jumelles».

          Abdelmoumen rencontre Ibn Tumart à Mellala, Al-Murshida d’Ibn Tumart enseignée à Tlemcen, Amrane El Machdaly assure le cours inaugural de la Medersa Tashfiniyya, Al-Uqbani et la méthode des fractions de l’algébriste Al-Qurashi, les liens de Cheïkh Sanusi avec la Kabylie, le Mi’yar d’Al-Wansharisi et les Fatawi de la Kabylie, le voyageur L’hocine Al-Wartilani à Tlemcen sont entre autres, les thématiques proposées dans ce cadre.

           S’inspirant vraisemblablement de ce qui se fait ailleurs (Exposition universelle de Séville), le scénographe Salah Ouachak a mis tout son génie professionnel pour offrir via les NTIC, un «plateau» verbo iconique de haute facture illustré de manuscrits, photos, gravures, cartes, films. La cérémonie d’ouverture de l’exposition qui a eu lieu dans la soirée du samedi sera marquée par un concert musical donné par l’orchestre féminin de l’association Ahbab Cheïkh Sadek El Bedjaoui avec la participation exceptionnelle de Leïla Benmrah, en présence de son vice-président Djamil Bouyahia, fils du Cheïkh. Comptant en son sein deux petites filles du Cheïkh, Yasmin Bouyahia et Madina Yahyaoui, le groupe musical dédiera, à cette occasion, un répertoire spécial intitulé « M’xhalia musicale et littéraire tlemceno-bougiote » illustré entre autres de Ya daw Ayani, Ya fares zour Bejaïa, Tlemcen Ah ! Ya kh’ti, Dhikrayat Chikh Omar (Bekhchi).

           A noter la présence du côté local du coordinateur national, du recteur de l’université, du directeur de la Culture. Avec comme vis-à-vis les P/APC de Toudja, Beni Wartilane, Aïn El Greg… Le vendredi, la délégation bougiote sera l’hôte de la khalwa de Sidi Senouci. Le lendemain (samedi), elle sera invitée par le collectif Senouci, à la station spirituelle de Sidi Abdallah d’Al Baâl à Sidi Tahar sur les hauteurs de la ville. Par ailleurs, la maison de la Culture Abdelkader Alloula a abrité, dans la soirée du jeudi, la présentation de la pièce théâtrale « Mashdaly Zwawi fi Tilimsan » produite par le théâtre régional de Bejaïa avec le concours de Gehimab. Dans ce contexte, le prochain hommage (mardi 4 septembre) de la série Nouba sera consacré au parcours artistique de Cheïkh Sadek el Bejaoui, aux côtés de Cheïkh Ghaffour.

Une Réponse à “La mémoire dépoussiérée”

  1. khatri halim dit :

    slut je tu s bon contunasont

Laisser un commentaire

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...