Un programme de développement désordonné pour la wilaya de Bgayet

Posté par Rabah Naceri le 27 juin 2011

portesarazine2.jpg 

(Par A. Amarni). Le ministre de l´Industrie, de la Petite et moyenne entreprise et de la Promotion de l´investissement, Mohamed Benmeradi, a annoncé que son département ministériel avait tracé un programme à long terme portant sur la création de deux nouvelles zones industrielles s´étalant sur une superficie de 320 h à Bgayet.
«Il a été convenu, en collaboration avec les services de la wilaya, de la création de deux nouvelles zones industrielles sur le territoire des communes d´Amizour et d´El-Kseur et aussi Beni Mansour,» a fait savoir Benmeradi, qui s´exprimait ainsi lors d´une séance plénière à l´Assemblée populaire nationale.
L´Agence nationale d´intermédiation et de régulation foncière (Aniref) a été chargée de réaliser ces deux espaces économiques dans le cadre d´un programme arrêté, il y a 3 ans, a ajouté le ministre qui a précisé, que la wilaya de Béjaïa avait déjà bénéficié d´opérations d´aménagement de trois zones industrielles à El Kseur, Tahrachte et Bgayet.
Ce projet, a précisé Benmeradi, est inscrit dans le programme national «décidé par le gouvernement portant sur la réalisation de 36 nouvelles zones industrielles dans le pays, s´étendant sur une superficie de 8000 ha.» Le secteur des PME à Bgayet, est classé 4e au plan national avec 16.695 entreprises employant plus 54.600 personnes. Le programme de mise à niveau des PME, auquel un budget de 386 milliards de dinars a été consacré, touchera 20.000 PME à l´horizon 2014, a-t-il précisé, et d´ajouter, que quelque 60 PME de la wilaya ont été admises jusqu´à la fin mai pour bénéficier du programme de mise à niveau…………………….

          Cette nouvelle, en première lecture, a de quoi réjouir les citoyens de la wilaya car elle laisse entrevoir des perspectives prometteuses en matière de création de richesse, d’emplois directs et indirects donc de réduction du taux de chômage qui reste très élevé, du renforcement du tissu industriel, etc… La création de deux nouvelles zones laissent supposer aussi l’arrivée d’investisseurs de la région ou d’autres régions du pays et pourquoi pas de l’étranger. Ce qui ne va pas manquer de susciter des mouvements de marchandises et de personnes pour la mise en route de ces unités industrielles, or le reseau routier est dans un état déplorable et le développement du chemin de fer connait un retard considérable pour pouvoir jouer le rôle qui devait lui être dévolu.

          Il aurait été judicieux de commencer par dédoubler les voies de chemin de fer pour le transport de machines et des marchandises, d’élargir les routes nationales et surtout de réaliser la pénétrante vers l’autoroute Est-Ouest qui devait, logiquement, être déjà ouverte à la circulation. Or, renseignements pris, celle-ci est toujours à l’état d’étude provisoire.

          A court terme, le développement de ces nouvelles zones industrielles greffé à celui des zones déjà existantes, la wilaya de Bgayet risque de devenir la wilaya la plus indésirable du pays sur tous les points de vue. Le trafic routier ne cesse de s’amplifier au fil des mois pendant que l’état des routes se dégrade et les dos d’ânes se multiplient (plus de 83 dos d’ânes sur une distance de 104 kms), le port commercial et de voyageurs de Bgayet risque de se voir étouffé, l’aéroport « Abane Ramdane » boudé par les voyageurs et les visiteurs, etc… Ce développement qui n’obéit à aucune étude sérieuse se soldera inévitablement par un désordre général que nul ne pourra évaluer les conséquences.

          Il est préférable de laisser les choses telles qu’elles sont aujourd »hui plutôt que d’agraver la situation de la région en pensant bien faire et ensuite de faire une manipulation malsaine des chiffres et des « statistiques » pour convaincre la population Bedjaoui que leur wilaya n’a pas été omise par le plan de développement national ou par le fameux plan quinquennal 2009-2014.

Publié dans 4. PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT | 3 Commentaires »

Bon à savoir

Posté par Rabah Naceri le 17 juin 2011

petitlarousse.jpg 

Les petits nouveaux du Petit Larousse

Soixante personnalités et 3.000 mots font leur entrée dans l’édition 2012.

          (Par Mohammed Aissaoui. Figaro). On se demande par quelle magie, chaque année, les dictionnaires intègrent des centaines de mots nouveaux et n’en retirent aucun. Il y a quelques jours, Le Robert illustré avait fait connaître sa nouvelle livraison, avec, entre autres, l’arrivée dans ses pages des mots «twitt», «cougar», «cacou», etc. Hier, c’est Le Petit Larousse 2012 qui a montré à quel point il a fait peau neuve. Le résultat est impressionnant: 3 000 mots nouveaux (c’est-à-dire qu’il faut compter, en plus des termes, les nouveaux sens et expressions). Ajoutez à cela les soixante personnalités qui font leur entrée dans le prestigieux dictionnaire créé en 1905 par le lexicographe Claude Augé. Pour la partie des noms propres, c’est toujours un événement qui n’est pas sans rappeler la cérémonie des Césars et autres palmarès : avoir son nom dans la petite encyclopédie est une consécration.

De DiCaprio à « Belgitude »

          À ce petit jeu, Le Petit Larousse 2012 consacre des personnalités dans tous les domaines : les sciences, l’art, la politique… Le critère de sélection ? «Ce sont des emblèmes de la créativité, de l’engagement ou de la pérennité d’une action unanimement saluée», expliquent Carine Girac-Marinier et Jacques Florent. Saluons donc, entre autres, pour ce qui concerne la littérature, le cinéma et les spectacles : Roberto Alagna, Mathieu Amalric, Jacques Audiard, Chedid (Louis, le père, et Matthieu, le fils, y entrent ensemble en compagnie d’Andrée Chedid), Didier Daeninckx, Leonardo DiCaprio, Charlotte Gainsbourg, Claude Hagège, Marek Halter, Stéphane ­Hessel, Dany Laferrière, Edouardo Mendoza, Pierre Michon, Marie NDiaye, Denis ­Podalydès, Ruth Rendell, Raùl Ruiz, Kristin Scott ­Thomas, Patti Smith, Lambert Wilson…

Quant aux mots nouveaux, ils proviennent de tous les horizons, notamment de la francophonie, on notera les étonnants «belgitude» (définition : ensemble de valeurs culturelles propres aux Belges) ou encore «virelangue» (qui définit un groupe de mots difficiles à articuler, exemple donné : «Il reste treize fraises fraîches»).

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

Jil Jadid dévoile sa vision sur les réformes politiques

Posté par Rabah Naceri le 3 juin 2011

photohistoriquejiljadid.jpg

contribution.jpg

               Préambule :

               L’Algérie a besoin de réformes. Le pays doit se préparer à vivre, tôt ou tard, un changement institutionnel profond. Car, au-delà des nécessaires amendements à la constitution et aux lois actuelles qui organisent la vie publique et politique, il est indéniable que le peuple algérien a atteint un degré de maturité tel qu’il ne peut plus accepter d’être dirigé comme il l’a été durant ce dernier demi-siècle. Bon ou mauvais en soi, ce régime n’a plus, de toutes les façons, d’ancrages psychologiques, moraux et politiques dans la société pour pouvoir persister tel qu’il est.

Lire la suite… »

Publié dans 7. IDEES & DEBATS | 2 Commentaires »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...