Les réalisateurs du buste d’Ibn-Khaldun

Posté par Rabah Naceri le 28 août 2010

ibnkhaldunblog.jpg

 

Nous avons remarqué que beaucoup de Bougiotes, de visiteurs et de passagers à Bgayet ont tous pris une photo souvenir à côté du buste de l’éminent Ibn-Khaldun implanté juste à l’entrée de la célèbre Casbah où il y séjourna à plusieurs reprises et où il y enseigna.

Mais comme pour toutes les belles et grandes réalisations, on se pose rarement la question sur les noms des personnes qui ont façonné de leurs mains ces oeuvres artistiques. C’est le cas, par exemple, d’une belle demeure où l’on vient féliciter le maçon en oubliant l’architecte ou le cas d’une pâtisserie où l’on félicite le vendeur en occultant l’artisan aux mains d’or qui travaille dans l’ombre.

C’est le cas aujourd’hui de ce buste d’Ibn-Khaldun et j’ai pris l’initiative de rendre publique la liste des personnes, avec leur permission, qui ont contribué à la réalisation de ce buste et de l’aménagement de la placette où sera érigée cette oeuvre.

Il s’agit de :

busteibnkhaldun.jpg 

Khoudir    BOURIHANE

Hamid    AFTIS

Ahmed    MAHDI

Layachi    HADDADI

Hocine    DJERMOUNE

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | 2 Commentaires »

La cinémathèque de Bgayet fait peau neuve

Posté par Rabah Naceri le 25 août 2010

cinmathque.jpg 

Encore 2 points noirs à régler

avant la réouverture de la cinémathèque 

               L’ouverture de la cinémathèque de Bgayet est pour très bientôt, c’est à dire vers octobre ou novembre de l’année en cours sauf imprévu. Anciennement dénommé cinéma  »L’Alhambra » jusqu’en 1962, puis baptisée cinéma « La Révolution ». Ce n’est qu’aux environs des années 80 qu’elle reçut le statut de cinémathèque. Elle est située sur la célèbre Place du 1er Novembre et plus précisément sous cette place, ce qui lui donne une certaine originalité que les Bougiotes n’ont jamais cessé d’apprécier.

               N’ayant pas bénéficié d’entretien, comme toutes les salles de Bgayet d’ailleurs, cette stucture commençait à dépérir jusqu’à devenir un danger sérieux pour les cinéphiles invétérés, et par conséquent à être désertée malgré la bonne volonté des gestionnaires qui arrivent à programmer des films très intéressants suivis de débats avec les réalisateurs et les comédiens. La direction de cette struture ont attiré l’attention des autorités compétentes pour sa réhabilitation au grand bonheur des cinéphiles bougiotes. Le ministère de la culture a été très sensible pour la prise en charge des travaux nécessaires qui sont estimés à près de 11 milliards de centimes.

               Des entreprises spécialisées ont été chargées de tous les travaux d’aménagement en tenant compte des normes de sécurité rigoureuses en associant les services spécialisés de la protection civile et du contrôle technique. Quant aux équipements de projection, la cinémathèque s’est vue dotée de matériel de dernière génération qui n’a rien à envier aux salles occidentales.

               Il reste, par contre, deux points noirs à régler avant d’ouvrir de la cinémathèque au grand public :

               1. L’entrée doit être rénovée car actuellement elle ressemble à une vulgaire cage aux fauves qui dénature toute la place et qui fait fausse note avec le bel édifice de la Banque Centrale. Un concours d’architecture est lancé pour le choix de la meilleure maquette.

               2. Le problème d’étanchéité de la place du 1er Novembre (ex: Place Gueydon) doit être étudié et les travaux lancés dans les meilleurs délais sous peine de réduire à néant les travaux réalisés et les énormes sommes englouties pour remettre à neuf cette belle structure. Il est donc attendu que l’Apc de Bgayet inscrive en extrême urgence les travaux d’étanchéité pour sauver la célèbre place et en même temps de protéger la cinémathèque des éventuelles infiltration d’eau. Tout retard dans cette opération est à exclure pour affronter sans danger la future saison des pluies.

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | 2 Commentaires »

Chemini. Les habitants en colère

Posté par Rabah Naceri le 24 août 2010

chemini.jpg 

glissement.jpgLes habitants du village Takhlicht se sont déplacés en nombre, hier matin, pour procéder à la fermeture du siège de la daïra de Chemini, en signe de protestation contre l’immobilisme des autorités face à un phénomène d’érosion des sols qui menace le village.
“Une commission de wilaya s’était déplacée voilà deux ans sur les lieux et depuis plus rien !”, s’insurgent les contestataires.
Or, le processus tellurique ne cesse de progresser, selon les protestataires, pour menacer aujourd’hui certaines  maisons du village.
Pour les assaillants de la daïra, le chef de celle-ci est clairement le premier responsable du manque d’initiative des pouvoirs publics. Ils affirment que des actions de riposte préconisés pour stopper l’érosion des sols ont buté sur l’indifférence du chef de daïra, qui ainsi sous-estimerait le danger qui plane sur l’intégrité des constructions et le devenir du village. Nous y reviendrons.

____________

meslunettes.pngLa sourde oreille chez nos institutions est devenue une nouvelle culture. Pour que nos responsables réagissent, il faut que la situation deviennent dramatique et qu’il y ait même mort d’homme pour que les choses commencent à bouger.

Jusqu’à quand va durer cet état d’esprit ?

N’est-il pas vrai que le problème de notre pays est un problème d’hommes ?

Publié dans 4. PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT | 16 Commentaires »

Ensemble pour une wilaya propre !

Posté par Rabah Naceri le 20 août 2010

titreweb20.png

bgayetpropre.jpg

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | 1 Commentaire »

Anarchie dans les parkings, conséquence de l’absence de l’Etat

Posté par Rabah Naceri le 13 août 2010

parking.png         

           La sonnette d’alarme a été tirée depuis belle lurette par les citoyens à travers la radio locale, par des articles de presse virulents sur l’éternel phénomène des parkings de stationnement. Les automobilistes sont littéralement rackettés à longueur de journée sans que personne n’interveinne ou ne trouve la solution définitive.

          A chaque coin de rue vous apercevez un jeune qui arbore un semblant de badge à son cou pour signifier aux automobilistes qu’il y a un maître des lieux et que s’ils veulent stationner, ils doivent avancer au moins 20 DA quelle que soit la durée de stationnement et sans aucune garantie en cas de vol, de casse ou d’éraflure car ces pseudos parkings ne sont pas assurés. Ne pas se soumettre à ce péage, c’est s’exposer à de sérieux ennuis, voire même à une bagarre au sens le plus bruyant du terme. Toutes ces scènes se déroulent parfois sous l’oeil indifférent des agents des services de l’ordre, ce qui est perçu par ces jeunes comme un encouragement à cette pratique. L’appréciation faite par les fonctionnaires de l’administration est encore plus grave car ils qualifient ces gardiennages anarchiques et illégaux comme des postes d’emploi mais sans employeur identifié.

          Cette situation qui a pris de l’ampleur au niveau national a contraint le ministère de l’intérieur à adresser une circulaire, portant le n° 06-21, aux 48 walis au cours de l’année 2006 et rendue publique fixant, dans le détail, les modalités d’encadrement de ces parkings. Cette circulaire n’a même pas fait l’objet d’un semblant d’application. Les services chargés de l’application de cette circulaire et des autres lois de la république ont préféré tout ignorer plutôt que de gérer ce qui parait, à leur appréciation, comme une possible source de problèmes. Est-ce une fuite de responsabilité ? Est-ce une incompétence professionnelle ? Est-ce une volonté consciente de pousser au pourrissement ?

          Et pourtant, quel que soit l’angle d’observation, nous assistons à la propagation d’un désordre public qui sera difficile de rétablir si la situation perdure car elle est contagieuse et peut donc donner lieu à d’autres dérapages où la principale victime est l’honnête citoyen et de surcroit bien éduqué.

          Il est urgent que les institutions élues s’impliquent au rétablissement de l’ordre. L’Apw se doit de rappeler au wali de faire appliquer les circulaires ministériels et toutes les lois de la république inhérentes à l’ordre public et à la sécurité du citoyen. Les Apc doivent sortir de leur léthargie qui entame leur crédibilité et que tous nos élus cessent de chercher à plaire à tout le monde en appliquant une attitude populiste dont nous connaissons les conséquences désastreuses.

          Il est également grand temps que notre assemblée élue, en partenariat avec l’administration, refléchisse à la construction d’un ou de deux parkings à étages pour le stationnement compte tenu de l’exiguité des ruelles et de l’importance du parc roulant sans cesse croissant.

parkingtages.jpg

Quelques textes de référence:

- la loi 90-08 du 07/01/90 relative à la commune

- la loi 04-16 du 10/11/2004 modifiant et complétant la loi 01/14 du 19/8/2001 portant organisation et sécurité routière

- le décret d’application 91-454 du 23/11/91 fixant les modalités de gestion et d’administration des biens du domaine public et privé de l’Etat.

Il ne peut y avoir de Libertés sans respect de l’Ordre, ni d’Ordre sans respect des Libertés !

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | 4 Commentaires »

Les différentes formes de terrorisme (contribution de Bachir)

Posté par Rabah Naceri le 13 août 2010

terreurpermanente.jpg 

Les autres formes de terrorisme

               Vouloir combattre le terrorisme est une condition nécessaire mais pas suffisante pour pouvoir le faire avec efficacité. Il faudrait que tous les Etats disposés à combattre le terrorisme sachent très bien qui et quoi combattre et pourquoi.

               Tout ce qui fait planer la terreur peut entrer dans la classification des causes du terrorisme. Il en est ainsi des épurations ethniques pratiquées un peu partout dans le monde et cela ne se traduit pas forcément par des massacres. Une purification ethnique peut s’éxercer au sein des institutions par le refus d’octroyer des fonctions supérieures aux membres de ce qu’on appelle une ethnie. Une succession au pouvoir par le biais de la filiation comme cela s’est pratiquée ou que se prépare à s’appliquer dans certains pays arabes relève de la terreur car c’est par les moyens de la terreur que les populations ne se révoltent pas contre l’exercice du monopole du pouvoir par une famille. A ce titre la fermeture du champ politique de façon à ne pas en faire le lieu d’expression de la souveraineté populaire participe de l’instauration de la terreur car une telle restriction n’est possible que par des intimidations physiques.

               Le terrorisme a également le visage du commerçant qui rackette quand il se sait incontournable, du douanier corrompu et surtout de celui qui le corrompt, du juge qui ne dit pas le droit, du maire qui refuse de recevoir ses administrés, du planton qui vous chasse… il a le visage de cette impossibilité à pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, de l’absence de développement, de la mauvaise prestation de service dans les hôpitaux et les administrations de service public. Il a aussi le visage de cette hyper-puissance qui dépense plus de 300 milliards de dollars pour sa défense en temps de paix alors qu’aucun Etat n’est assez fou pour l’agresser. Une telle somme ferait sortir l’Afrique du sous-développement.

               Il a pour visage la pratique des deux poids deux mesures au Proche-Orient, l’autorisation pour certains pays de disposer des armes de destruction massive et l’interdiction absolue assortie de menaces pour d’autres pays.

               N’oublions pas au passage les armes du boycott ou de l’embargo qui provoquent des ravages par la malnutrition et la famine.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

BOUGIE (Bgayet). Lumière du Maghreb

Posté par Rabah Naceri le 5 août 2010

enjeuxlesechos.jpg

D’autres civilisations que la nôtre ont connu des périodes de modernisation, d’innovations et de prospérité. Bien avant nous.

Le magazine français Les Echos, dans son édition de juillet-août 2010, a repris un résumé, de la grande épopée de la période hammadite sous le règne du prince En-Nacer qui a su faire de faire de Bgayet (Nacéria – Bejaia – Bougie) un centre de rayonnement économique, scientifique et culturel. L’auteur de l’article n’a pas hésité à la surnommer la  »Lumière du Maghreb ».

Lire la suite… »

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | 1 Commentaire »

Regard sur le développement de la wilaya de Bgayet

Posté par Rabah Naceri le 3 août 2010

silence.jpg

bgayet.jpgCe qui était, hier, un doute est, aujourd’hui, une certitude. Notre wilaya se « développe » beaucoup plus avec des discours mirifiques qu’avec des réalisations. On peut citer le cas flagrant de la pénétrante Est-Ouest où les autorités, soutenues par certains de nos élus, annonçaient le lancement prochain de ce projet qui désenclavera notre wilaya et la fera bénéficier de projets struturants. Neuf années plus tard, on nous annonce, toute honte bue, que l’étude du projet vient d’être confiée, grâce aux cris lancés par le mouvement associatif, à un bureau d’études coréens. Il faudra encore attendre une autre décennie pour connaitre les suites réservées. Entre-temps, le retard accumulé par la wilaya de Bgayet sera si grand qu’il compromettra définitivement son avenir et de celui de sa jeunesse.

Beaucoup de projets annoncés ont connu le même sort et les derniers en date sont ceux du secteur de la santé. On peut citer le cas de l’hôpital d’El-Maten qui était retenu pour être réhabilité il y a de cela plusieurs années, ce qui a suscité beaucoup d’espoir parmi les citoyens compte tenu de sa nécessité en matière de rééducation fonctionnelle. La remise en fonction de cet établissement soulagerait grandement les malades de notre wilaya et même des wilayates environnantes comme Bouira, Jijel, BBA, etc… Le chantier lancé pour sa réhabilitation traine en longueur pour rejoindre le camp des chantiers interminables dont notre wilaya détient le haut du podium.

La deuxième infrastructure du secteur de la santé que l’on citerait est celle du C.H.U. La nécessité d’ériger un C.H.U à Bgayet devenait de plus en plus pressante et cela ne tenait qu’à la disponibilité de l’assiette de terrain pour que l’enveloppe budgétaire soit dégagée, selon les déclarations annoncées en boucle par les responsables de ce secteur. Certains responsables éclairés n’ont pas trouvé mieux que d’affecter une parcelle de terrain de 13 ha (c’est la surface requise pour un C.H.U), située en bordure de la route nationale, pour la construction d’un pénitencier qui recevra 1000 pensionnaires. Cette infrastructure, contrairement aux autres, n’a pas connu de retard. Il est même possible qu’elle soit livrée avant les délais et c’est tant mieux pour nos détenus d’être logés dans une région touristique et qui fut le berceau du savoir et de la culture. Quant à nos malades, ils attendront. Ils ne savent pas faire autre chose d’ailleurs !

Bon nombre d’autres projets peuvent être cités pour l’occasion mais nous nous limiterons à ceux-là pour ne pas ennuyer le visiteur du blog.

Aujourd’hui, les citoyens de la wilaya de Bgayet s’interrogent, légitimement, sur cette absence de volonté des pouvoirs publics à accorder une attention particulière à cette région qui souffre des blocages conscients et de l’incompétence de bon nombre de responsables tant de l’administration que des instances élues.

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | 4 Commentaires »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...