Sécurité routière : QUELLE HONTE ?

Posté par Rabah Naceri le 8 août 2009

screenshot097.jpg 

 

Honteux bilans

accident.jpg(Par N.M). C’est une petite dépêche anodine qui a annoncé hier ce chiffre effarant : 96 morts en une semaine sur nos routes à cause de la folie automobile collective. Une information banalisée en fait parce le phénomène n’est pas si surprenant de nos jours, et que les Algériens ont finalement, dans ce domaine encore, tendance à accepter l’inacceptable ! Les pouvoirs publics feignent de vouloir remédier à l’hécatombe civile mais le manque de convictions est trahi par la perpétuelle croissance de ces «assassinats ou suicides collectifs». Ainsi, le conducteur algérien est devenu un assassin potentiel, en liberté et sans réel suivi par les services compétents en la matière. Nos motards, nos brigades, qui effectuent des rondes sur les axes routiers, sont loin de jouer un rôle probant en matière de prévention des accidents de la route. En réalité, il ne s’agit pas toujours d’accident tant on peut se demander si le comportement de certains automobilistes ne ressemble pas à de la préméditation criminelle. Les services de sécurité se contentent de barrages provoquant mille et un embouteillages sur nos routes encombrées. Des barrages fixes pour lesquels aucune statistique n’a été donnée quant à leur efficacité. Certes, le retrait de permis et le mécanisme démocratique de la commission anticorruption qui lui est associé ont eu à faire craindre les foudres de la loi en ce qui concerne l’usage du téléphone au volant ou le défaut de port de la ceinture. Mais les dépassements dangereux, la limitation de vitesse, les espaces de sécurité entre les véhicules et autres règles de base ne sont ni surveillés ni respectés. On ne sait trop si nos agents impliqués dans la sécurité routière mesurent l’importance de l’ensemble des règles du code de la route dans leur répression très approximative du délit. Dans le monde entier on traque les chauffards, même par hélicoptère. En Algérie, on se résigne à enterrer nos morts et à soigner difficilement de très nombreux blessés. Les plans Delphine et autres ne suffisent pas. Il faut déclarer une guerre préventive aux tueurs de la route. Et comme dans tous les combats républicains, la meilleure des armes reste la dissuasion.

Une Réponse à “Sécurité routière : QUELLE HONTE ?”

  1. Hocine dit :

    Nos fils continuent de mourrir devant le silence de marbre des services de sécurité routière. On nous berne avec l’achat de radars ultra-modernes, avec l’acquisition d’appareils sophistiqués, etc… mais point d’application.Comme m’a soufflé un ami: »ils ont acheté le matériel mais pas le mode d’emploi ».
    Eh oui!Bougre d’âne et bougre d’andouille ne font qu’un.

Laisser un commentaire

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...