La menace grandissante de la pollution !

Posté par Rabah Naceri le 24 décembre 2008

ordures1.jpg 

Les oueds de plus en plus pollués

dans la vallée de la Soummam.

(Par M.C Zirem). Les oueds de la vallée de la Soummam continuent de subir une pollution démesurée. Une catastrophe écologique qui ne dit pas son nom. Avec le temps, les oueds des hauteurs de l’Akfadou et des autres bourgades limitrophes deviennent des espaces pour les eaux usées et les ordures. Des espaces à ne pas visiter. L’eau qui coule représente l’une des richesses de cette région montagneuse. C ‘ est vrai que ces sources de vie ne sont pas aussi importantes comme celles des pays nordiques. Toutefois, leur présence est d’une très grande importance pour la flore et la faune, idem pour l’homme. Ici, l’eau du robinet est à savourer.

 D’ailleurs, certains habitants de la région se sont fait un gagne-pain en vendant de l’eau pour ceux qui souffrent de la mauvaise qualité du liquide précieux. C’est le cas de Sidi Aïch ville. Chaque jour, nombre de gens achètent l’eau de source des hautes collines des Ath Mensour. Une eau d’une réputation ancestrale dans le région. Son histoire est longue.» Jadis, les rivières abritaient des moulins qui fonctionnaient à l’aide de la pression des eaux. L’orge, l’olive et autres denrées se faisaient moudre par les pierres rondes. C’était un autre temps où le travail de la terre faisait vivre sans avoir recours à d’autres métiers. Les vieux de cette région se souviennent et gardent encore la nostalgie du bon vieux temps. Pour les femmes, c’est de très beaux moments qui se sont effrités. Autrefois, ces lieux étaient leur carrefour. Elles venaient pour se laver et laver le linge. C’était comme un hammam où l’utile se joint à l’agréable dans une atmosphère de fête. Maintenant, tout est fini. «Avec le temps va, tout s’en va», chantait l’immense Léo Ferré. Et oui, nulle chose ne demeure dans cette existence. On se contente de se souvenir de la beauté des jours moins mauvais pour tenter de poursuivre son chemin. Auparavant, avec l’avènement de la chaleur les gens se retrouvent tout près de l’eau qui coule en mélodies. A l’ombre, la fraîcheur offre un climat merveilleux, toutefois ce havre de paix fait désormais partie d’un temps qui ne se conjugue point, ou presque. D’abord, ces espaces sont envahis par les eaux usées au point où même ceux qui passent par là ont du mal à supporter le désagréments des mauvaises odeurs. Le changement de mode de vie a permis aux montagnards d’avoir un quotidien plus serein mais au détriment de l’environnement. Il y a aussi les décharges d’ordures qui nuisent à ces beaux espaces. Outre les déchets des citoyens, il y a toutes les «saletés» des ateliers et des garages de maintenance de voitures. En effet, toute cette pagaille donne naissance à une réelle pollution. Parfois, on se demande où nous sommes ? Il y a de cela quinze ans, des poissons vivaient dans ces eaux. Les gosses qui fréquentaient les parages gardent à ce jour de très bons souvenirs. C’était le lieu de jeu et de détente. C’était aussi une piscine à ciel ouvert. Les bambins se permettaient de nager, à leur manière, sans aucun souci. Actuellement, leur ancien fief est devenu un lieu désagréable où l’on peut attraper les maladies les plus dangereuses. Certains garçons qui s’aventurent encore pour «conquérir» Ighezrawen, comme on les appelle communément, ne s’en sortent pas indemnes.C’est ainsi que s’achève l’histoire de l’eau qui coule. Le devenir de ces coins oubliés ne s’annonce guère florissant. Avec le rythme démesuré de la vie de chaque jour, le pire est à craindre.Peut-être qu’il est encore temps d’agir pour que l’environnement soit enfin une préoccupation du temps de l’urgence.

Une Réponse à “La menace grandissante de la pollution !”

  1. Goudron dit :

    toute l’algerie es polluée surtout le pouvoir.rabi yaskhet houm inchallah

Laisser un commentaire

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...