Tahia El Djazaïr

Posté par Rabah Naceri le 15 septembre 2008

 Rouh ami Rouh !

parlementairesdzz.jpgUn moment j’ai cru qu’il y avait un seul quotidien, c’est à dire El Watan, qui a traité de ce sujet mais finalement d’autres aussi l’ont fait pour être sûr que le brave peuple prenne connaissance de cette bonne nouvelle et que chaque citoyen partage cette joie avec leurs élus qui sont bien pris en charge. J’espère qu’ils lèveront les bras pour chaque projet soumis au vote, même celui de maintenir l’actuel code de wilaya et du code communal. Tout le monde espère maintenant que les primes et  indemnités des élus locaux ne tarderont pas à être relevées substantiellement pour ne pas faire de jaloux.

SALAIRE ROYAL POUR NOS DÉPUTÉS

deput.jpgWassim Benrabah (Le Courrier). Classés comme hauts cadres de la Fonction publique, les élus de la nation ont été parmi les premiers touchés par la hausse du point indiciaire. Bonne nouvelle pour les députés. Ces derniers, se plaignant de ne pas être assez bien payés, ce qui les empêcherait d’ouvrir des représentations au sein de leurs wilayas respectives, viennent de voir leurs traitements revus à la hausse de manière plus que significative. Qui plus est, avec effet rétroactif depuis le mois de janvier de l’année en cours. Responsable de cet état de fait nous explique un député, président d’un groupe parlementaire : la révision à la hausse du point indiciaire de la Fonction publique. Pour curieux que cela puisse paraître en effet, les députés sont classés au statut de «hauts cadres de l’Etat», conformément aux échelles liées au statut général de la Fonction publique. Or, le point indiciaire, qui était de 5 432, vient de passer allègrement à 15 505. Ce chiffre est à multiplier par 15 DA. Grosso modo, le salaire minimum d’un député sera de pas moins de 23 millions de centimes. Les présidents de groupes parlementaires, eux, arriveront à toucher 27 millions de centimes. Le vice-président, lui, touchera la bagatelle de 31,7 millions de centimes. Celui du président, en revanche, est calculé suivant d’autres «critères» auxquels nous n’avons pas pu avoir accès.

Nos sources nous expliquent ces différences notables par la grande importance de certaines primes de responsabilité. A ces primes, au reste, il faut également ajouter les frais d’hébergement, du téléphone ainsi que la prime de panier. Les députés bénéficient aussi d’un «prêt» de l’ordre de 100 millions de centimes visant à leur permettre d’acquérir une voiture. Grosso modo, les sénateurs, nous indique-t-on encore, sont logés à la même enseigne. Avec ces hausses significatives, les parlementaires, qui étaient classés en Algérie à la 34e place en matière de salaire, viennent de griller un nombre effrayant d’étapes pour se retrouver tout simplement à la 3e place. Le hic, si l’on excepte le fait que le SNMG (salaire national minimum garanti) en est toujours à 12 000 misérables dinars, c’est que les députés n’avaient eu de cesse de revendiquer une hausse de leurs salaires sous prétexte qu’ils en avaient besoin pour ouvrir des permanences ou des bureaux au sein de leurs wilayas respectives, histoire de garder le contact avec la population, et de se faire porteurs de leurs desiderata. Or, bien peu d’entre eux, pour ne pas dire personne, ne l’a encore fait. La disparité au sein de la société, entre ceux qui possèdent, et ceux qui manquent de tout, va ainsi crescendo, encouragée qu’elle est par les pouvoirs publics eux-mêmes. Il est curieux de relever à ce propos que de toute l’histoire de la chambre basse pluraliste du Parlement algérien, la seule fois où tous les députés étaient tombés d’accord, c’était lorsqu’il s’était agi de voter en faveur de leur statut, et donc de leur salaire. Celui-ci, en bout de course, avait fini par être bloqué par le Sénat, sans doute sur la base d’instructions venues d’en haut. Là encore, ces augmentations, qui proviennent d’instructions venues d’en haut, pourraient être liées à la prochaine révision de la Constitution. Celle-ci, vraisemblablement, se contenterait d’amender l’article limitant le nombre de mandats présidentiels. Or, ne dérageant pas les équilibres entre les pouvoirs, comme le soutenait Ouyahia contre le FLN, cette révision pourrait se faire via la convocation des deux chambres parlementaires, sans qu’il ne soit nécessaire de recourir à la convocation d’une consultation populaire via la voie référendaire. Il est à signaler, pour finir, que lors de l’audition de ses ministres durant ce mois de Ramadhan, le président Bouteflika a clairement laissé entendre qu’il briguerait un troisième mandat. Il évoque, en effet, avec chacun de ses ministres, le plan 2009-2014, c’est-à dire celui de la durée de son prochain et troisième mandat.

4 Réponses à “Tahia El Djazaïr”

  1. Arezki de Bejaia dit :

    c tjours moi.Saha raamdane nwene.ça ne mérite même pas de reprendre un ecris sur ces vendus de députés.voilà pkoi je voterai jamais pour personne.des ruraux qui vont devenir des citadins avec les poches pleines et leur harma au placard.Etat corrupteur, élus corrompus.

  2. El-ghoul dit :

    il ya des monarchies qui se démocratisent, et il ya de pseudo-républiques qui se monarchisent au gout du Moyen-Age à l’image de notre belle république qui se pare d’un manteau républicain et se fait soutenir par une APN composée de ridicules élus et corrompus jusqu’à l’os.A ces corrompus est offert un salaire hors-échelle alors que des professeurs, des chercheurs et des ingénieurs sont ignorés parce qu’ils ne savent pas et ne veulent pas applaudir ce système pourri.
    Le pouvoir algérien a

  3. El-ghoul dit :

    Le pouvoir algérien a encore de beaux jours devant lui avec masse de pantins qui sont tous prêts à jouer un rôle de faux démocrates que leur confiera le pouvoir.LES IGNARES ONT LE POUVOIR, LE PEUPLE A LE TEMPS

  4. Mohcene dit :

    le clan mafieux du pouvoir ratisse large avec ces députés vendables et jetables;rouh ya zaouali rouh

Laisser un commentaire

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...