Une sortie du tunnel est possible ( par Pr Chems Eddine CHITOUR )

Posté par Rabah Naceri le 28 août 2008

Une sortie du tunnel est possible

« Chaque brin d´herbe devrait avoir sa part de rosée. »

Sagesse chinoise.

espoir.gif 

« L´Iran a envoyé une deuxième fusée dans l´espace et a lancé son premier satellite le 17 août « , se réjouit le webzine iranien Tabnak, qui diffuse également des photos et une vidéo de l´événement. Le gouvernement a annoncé le lancement de la fusée Safir-e Omid (Messager de l´espoir), fabriquée en Iran, et la mise en orbite d´un satellite d´essai. L´Iran avait déjà réussi une telle prouesse le 4 février 2008 à l´occasion de l´inauguration du premier centre spatial iranien. A terme, les autorités souhaitent mettre en orbite un satellite de communication. Voilà un pays musulman qui démontre a contrario – au même titre que l´Indonésie ou la Malaisie- que l´Islam est innocent des étiquettes faites en Occident visant à le ghettoïser comme une religion passéiste, figée, sans lendemain. La prouesse technologique de l´Iran et de ses scientifiques, au-delà de l´appréciation sur la nature du régime, est à saluer. L´Occident ne veut d´un Islam que sanguinaire.

Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

Fin du désordre et de l’anarchie dans la construction ?

Posté par Rabah Naceri le 28 août 2008

gifbatiment012.gifNote Etat, à défaut d’être fort où l’ordre et le respect des libertés cohabitent harmonieusement, veut donner l’impression d’une reprise en mains de la situation en faisant beaucoup de bruit pour convaincre l’opinion publique de rester calme le temps de dépasser la rentrée sociale, qui risque d’être chaude, et que les Algériens  se fassent la bise à l’Aïd et voilà que le tour est joué. Et les bonnes vieilles habitudes peuvent reprendre leur place sans inquiétude particulière.

Comme on a pu le lire dans plusieurs quotidiens, le gouvernement envisage de mettre de l’ordre dans le secteur de l’habitat et de la construction. Cette décision n’est qu’un aveu de plus de la mauvaise gestion de ce secteur dont le gouvernement est totalement coupable de ce désordre et de cette anarchie, qu’il ne découvre que cette année, qui a pourtant été dénoncée plusieurs fois par les techniciens du secteur mais qui n’ont jamais été entendus.

Aujourd’hui on parle d’un délai de 5 ans, à partir de cette année, qui est accordé aux titulaires du permis de construire de finir leur construction sous peine de démolition et les frais de démolition à la charge du constructeur.

Lire la suite… »

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | Pas de Commentaire »

Akbou : Découverte archéologique à Gueldamane

Posté par Rabah Naceri le 27 août 2008

crayon.gif 

Découverte archéologique à Gueldamane 

Une grotte habitée au paléolithique supérieur a été découverte au mont de Gueldamane situé sur la rive sud de l’oued Soummam à quelques encablures d’Akbou. Selon l’auteur de cette découverte, en l’occurrence Kherbouche Farid docteur en physique et passionné de l’archéologie, ce site très ancien témoigne de l’existence d’une industrie osseuse, il y a été également trouvé des tessons de poterie, des ossements d’animaux préhistoriques, des ustensiles de cuisine, des colliers, des parures et d’autres objets inhérents à l’économie de production. « La région d’Akbou a un potentiel archéologique considérable d’où la nécessité de créer un musée municipal. D’ailleurs, j’ai sollicité le P/APC d’Akbou, lequel s’est montré favorable à cette initiative » nous déclare notre interlocuteur érudit en archéologie. (Par Takerabet Mokrane).

Notre chercheur sera-t-il entendu par les autorités locales et par le ministère concerné ? Attendons pour voir.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

La Perle d’Afrique du Nord se meure !

Posté par Rabah Naceri le 24 août 2008

Décidément la ville de Bgayet continue de défrayer la chronique en matière de mauvaise gestion des ordures ménagères, de l’absence de signalisation routière, de l’état des routes, etc… Le pire de l’histoire est que la majorité des membres constituant la présente assemblée ont déjà accompli un mandat (complet ou partiel) et que tous, sans exception, c’est à dire quelle que soit la « couleur politique », ont promis aux électeurs de prendre en charge tous ces problèmes cités dans les délais les plus courts.

Lire la suite… »

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | 2 Commentaires »

Bejaia:la légende de Bordj-Moussa

Posté par Rabah Naceri le 22 août 2008

 

 BGAYET:la légende de Bordj-Moussa

 

dj-Moussa

 

borjmoussa01.jpgR’djal Essabâa (ndlr: les 7 Hommes), une bien belle histoire, une légende que les siècles n’ont pu effacer, un culte encore vivace, un hymne à la bravoure ! Ils étaient sept. Sept jeunes et beaux garçons, à peine sortis de l’adolescence à se battre bravement pour leur cité perfidement attaquée, en ce funeste jour du 5 janvier 1510 par la soldatesque espagnole. Les Ibères, dans la continuité de la reconquista achevée sous le règne des  très catholique Isabelle et Ferdinand, se prirent à rêver à la conquête diverse. Et, c’est sous la houlette du grand inquisiteur, le cardinal Ximenès, que Ferdinand V finança d’abord les expéditions d’Oran et Mers El Kebir puis  celle de Béjaïa. Le 5 janvier 1510, 15 navires transportant 14 000 soldats, placés sous le commandement de Pedro de Navarro, se présentèrent en rade de Naciria tôt dans la matinée.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | Pas de Commentaire »

Bejaia : Le congrès de la Soummam

Posté par Rabah Naceri le 20 août 2008

algerie.gif 

BEJAIA

20 août 1956 – 20 août 2008 

52 ans après

La Soummam se souvient toujours de Abane

Chaque année la date du 20 Août vient nous rappeler l’un des moments-charnières de notre guerre de Libération: le Congrès de la Soummam, c’est-à-dire les premières assises de la jeune révolution algérienne, en 1956. Un tel événement-fondateur a imprimé à l’histoire de notre lutte un tournant majeur par la plate-forme qui en  est issue et qui trace les contours de l’édifice institutionnel de la Révolution.

On y retrouve, explicités, les trois éléments clés qui identifient la nature du mouvement de libération et sous-tendent sa cohérence idéologique et politique : une légitimité révolutionnaire articulée sur un programme et une stratégie structurée; un statut organique définissant les rouages de la Révolution et leur mode de fonctionnement; une direction unique et homogène. Le nom du Congrès de la Soummam reste intimement lié à celui d’un personnage d’une trempe peu commune: Abane Ramdane. Homme de conviction et de caractère, il a été l’un des principaux promoteurs de l’idée de ce congrès, comme il a été à la fois l’inspirateur avisé de ses orientations et l’artisan  déterminé de sa préparation et de son succès.

Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 2 Commentaires »

Vernissage de l’Exposition : Iconographie ancienne de Béjaia

Posté par Rabah Naceri le 19 août 2008

Dans le cadre de  » La Caravane d’Eté de la ville de Bejaia« 

L’Association Gehimab Bejaia 

et

Le Musée Bordj Moussa Béjaia

en collaboration avec

L’A.P.C. de Béjaia

La Direction de la Culture de la Wilaya de Béjaia

La Maison de la Culture – Béjaia

ont le plaisir de vous inviter

au

Vernissage de  l’exposition

flow011.gif

Iconographie ancienne de Béjaia

(Gravures, peintures, cartes, croquis, estampes,…)

flow011.gif

qui aura lieu le

Jeudi 21 Août 2008 à 17 heures à la Maison de la Culture, Aamriw – Béjaïa.


    La Directrice
                                               Le Président

       du Musée Bordj Moussa                                  de l’Association Gehimab

          Mme Souad HADDAD                                   Professeur Djamil AÏSSANI

goldbar.gif 

La Galerie de Peinture et des Arts Graphiques

Emile Aubry  (Béjaïa – Algérie)

Jusqu’à la fin des années soixante dix, la ville de Béjaïa disposait d’un espace à caractère artistique et culturel d’une exceptionnelle valeur : il s’agit de la Galerie de Peinture et des Arts Graphiques Emile Aubry. Située alors sur le Boulevard Front de Mer, elle avait été conçue selon les normes en vigueur : grande salle, salles rouge et grise, salles jaune et bleu, salle verte, …

A sa création, la Galerie Aubry était devenue un véritable espace d’expression pour les artistes – peintres et les amoureux de l’Art. Des ateliers de peinture et des cours pour les jeunes étaient organisés. Certes, à cette époque, la galerie n’était accessible qu’à un public averti. Néanmoins, elle a joué un rôle essentiel dans la formation des artistes – peintres autodidactes de notre région (voir par exemple les témoignages de Tahar Khelfaoui et de Ali Tabchouche).

La Galerie Aubry a été répertoriée à l’échelle internationale par plusieurs catalogues et ouvrages spécialisés. C’est pourquoi la convention signée en 2002 entre l’Association Gehimab Béjaia et la Circonscription Archéologique de Béjaia avait pour principal objectif de reconstituer la galerie, de la réhabiliter (en lui permettant de retrouver sa vocation artistique et culturelle), d’authentifier et de restaurer les toiles  et de produire une exposition originale sur l’historique de cette galerie et sur l’importance des collections. Il s’agissait notamment de présenter les nombreuses œuvres en rapport avec « l’atmosphère de calme, de grandeur et d’éternité du Pays » : Femmes Kabyles, Femmes Juives de Constantine, Femmes du Sud, Paysage du Gergour, route de Kabylie, un oued sur les Hauts Plateaux, Route de Sétif, Paysage à la Maison Kabyle,…

 galerie.jpg

goldbar.gif

La Cité, Le Port et le Golfe, l’Arrière Pays : Regard Artistique sur
la Traversée des Siècles

galerie2.jpg

New York, Saint Petersbourg, Versailles, Bruxelles, Alger, Béjaïa, Moscou, Paris, Baltimore, Luxembourg,… La ville de Béjaïa, immortalisée dans sa marche vers sa destinée par d’inombrables artistes (célèbres ou anonymes), a été exportée dans les plus grands musées du Monde (Métropolitan Museum, l’Hermitage, Musée du Palais, Musée National,…). Cette cité, qualifiée par l’Archiduc d’Autriche, Louis Salvador de Habsbourg, de “Perle de l’Afrique du Nord”, a été de tout temps une source d’inspiration pour de nombreux hommes de lettres et artistes peintres réputés. Lumières, couleurs, paysages,… L’écrivain Guy de Maupassant évoque “ce merveilleux golfe de Bougie”, alors que l’ancien président portugais Texeira Gomès retient “l’enchantement de la mer” de cette “sorte de Sintra au bord de l’eau”.

Nous vous invitons à un fantastique voyage sur la trace des hommes qui, a travers les âges, ont été subjugués par notre ville et sa région. Près d’une centaine d’œuvres des XII-ème – mi-XX-ème siècles (cartes, dessins, gravures, estampes, lithographies, peintures,…), localisées  à travers le monde (Algérie, France, Espagne, Portugal, Italie, Luxembourg, Maroc, Belgique, Etats Unis, Turquie,…) sont pour la première fois présentées au public, à travers trois plaquettes, connues désormais sous l’appelation de “ la trilogie”.

C’est la tentative de reconstitution de la ville à l’époque Almohade (Port, Beit al Hikma, Dar es Senaa, Bir es Slam,…) pour les besoins de la pièce de théâtre pour jeune public « Léonardo à Bougie », qui est a l’origine de ce colossal travail d’investigation, d’abord dans les sources Maghrébines et Andalouses, Italiennes et Espagnoles, Turques et Françaises,… Puis à travers les Musées et les Bibliothèques, les Galeries et les Centres de Documentations de la planète.

Renseignements/  Tel/Fax : (213) 34 21 51 88

E–Mail : lamos_bejaia@hotmail.com

http://www.gehimab.org

Publié dans 3. CULTURE & EDUCATION | Pas de Commentaire »

Algérie : un nouveau campus universitaire et un CHU pour Béjaïa

Posté par Rabah Naceri le 18 août 2008

L’université de Béjaïa aura bientôt un nouveau campus à Amizour. Le site, d’une superficie de 40 hectares, accueillera d’ici à 2013 la faculté de droit et des sciences administratives et juridiques, a appris « toutsurlalgerie.com » auprès du recteur de l’Université, Djoudi Merabet. Dans le cadre de ce projet, des résidences universitaires sont également prévues à Amizour, située à 25 kilomètres à l’ouest de Béjaïa. Par ailleurs, une faculté des sciences économiques et de gestion est programmée à El Kseur, à 20 kilomètres à l’ouest de Bejaïa, non loin d’Amizour.

L’université de Bejaia dispose actuellement de sept facultés, dont une faculté de médecine et compte devenir un grand pôle universitaire à l’échelle nationale. Pour y parvenir, outre la construction de nouvelles structures, les autorités de wilaya ont donné leur accord pour un projet réalisation d’un CHU (Centre hospitalo-universitaire) à Souk El Tenine, une localité située à une trentaine de kilomètres à l’est de la ville de Béjaïa. Il devrait être réalisé dans les quatre prochaines années.

L’université de Béjaïa, dans le cadre de son développement, a également initié des partenariats et des programmes d’échanges avec des universités européennes et canadiennes. Elle travaille également en étroite collaboration avec le géant privé d’agroalimentaire Cévital implanté à Béjaïa. Ce dernier recrute massivement de jeunes diplômés issus de l’université de Béjaïa dans différents métiers.

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

Les vraies causes de la conquête de l’Algérie, le 5 juillet 1830

Posté par Rabah Naceri le 5 août 2008

Les vraies causes de la conquête de l’Algérie, le 5 juillet 1830

par Ait Benali Boubekeur

« Tandis que l’Europe se coalise contre la France libre, une puissance africaine (Alger), plus loyale et fidèle, reconnaît la république et lui jure amitié. » Le Moniteur de juin 1793

Cette relation d’amitié a été entretenue pendant toute la période scabreuse qu’a vécue la France. Car du 25 mars au 26 septembre 1793, l’Europe se coalisait dans son ensemble contre elle. Son territoire a été envahi sur plusieurs points et son armée manquait cruellement de subsistance. Par ailleurs, le premier Directoire qui a succédé à la Convention, deux ans plus tard, n’a pas ramené la paix. Situation par ailleurs qui ne dépendait pas de sa seule volonté. La coalition, de son côté, n’a pas non plus affiché une quelconque volonté eu égard aux buts qu’elle s’était fixés. Il s’agissait, dans un premier temps, de sauver la civilisation européenne menacée par la Révolution française et, dans le second temps, de contraindre la France à renoncer à sa propagande. Pour y parvenir à cette fin, les Anglais avaient contribué activement au blocus afin que le peuple et l’armée français aient à manquer de tout. En plus du blocus, en 1793, la France était confrontée à une calamité: la disette dans plusieurs départements.

Lire la suite… »

Publié dans Conquete d'Algerie | 1 Commentaire »

Tourisme à Bgayet et l’amère réalité du terrain.

Posté par Rabah Naceri le 1 août 2008

Tout le monde s’accorde à reconnaître que Bgayet, ou Bejaia pour ceux qui préfèrent, est une ville qui recèle d’énormes potentialités touristiques qui la destine à un avenir radieux dans ce domaine pour peu que les responsables chargés de cette mission accomplissent leur devoir.

Nos élus nous ont tous rassurés qu’ils ne ménageront aucun effort pour que cette ville, de renommée mondiale, retrouve ses titres de noblesse qui fera d’elle un pôle d’attraction touristique par excellence.

L’été est arrivé et malheureusement les citoyens n’ont rien vu venir sur le terrain. Je me suis mis à jouer à un jeu tout simple en me mettant dans la peau d’un touriste national qui vient pour la première fois à Bgayet pour découvrir les sites que l’on n’arrête pas de vanter dans la presse écrite, la télévision, les brochures et autres articles séduisants.

Quel que soit l’axe par lequel j’arrive (c’est-à-dire de la région Est : Constantine, Tebessa, etc…  ou Ouest : Alger, Tlemcen,Sidi Belabbes, etc…), je ne trouve aucune plaque d’indication qui m’aiderait à trouver ne serait-ce que le centre-ville. Nulle trace d’une indication qui me faciliterait une visite de la célèbre Yemma Gouraya, encore moins de la plage des Aiguades qui est une des fiertés des Bougiotes.

Même en étant tenace, à l’algérienne comme on dit, j’ai du mal à m’orienter pour découvrir la fameuse Casbah qui  a vu sa bibliothèque restaurée par où sont passées des célébrités musulmanes et des sommités scientifiques de divers horizons.

Aucun moyen pour trouver la route qui me permettrait de découvrir le mur d’enceinte de la ville de Nacéria, capitale Hammadite, et ses portes célèbres dont certaines sont encore debout malgré le manque d’entretien.

Je me suis mis à penser à un touriste étranger qui ne parle pas notre langue et pas même la langue française. Catastrophe ! même si l’hospitalité légendaire des Bougiotes est toujours intacte, cela ne suffira pas pour faire revenir ces touristes déçus par une publicité mensongère parce que livrés à eux-mêmes.

Il est urgent que nos élus locaux se ressaisissent et comblent ce vide qui entame leur crédibilité et de celle qui fut jadis « La Perle de l’Afrique du Nord ».

Sauvons notre ville !

Bougie

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | 2 Commentaires »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...