Phénomène de l’exode rural. Constat et perspectives.

Posté par Rabah Naceri le 23 juin 2008

Point de vue sur un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur 

Les premières analyses qui ressortent de ce dernier recensement de la population, qui est le 5ème depuis 1962, ne font que confirmer nos alertes passées qui étaient mal comprises à l’époque ou parfois carrément rejetées pour ne pas avoir à répondre de cette lourde responsabilité qui incombe presque entièrement à l’Etat et en partie aux instances élues (Apc*, Apw* et Apn*).

La première conclusion confirme en effet que plus de 80 % de la population nationale se concentre dans les centres urbains et plus particulièrement sur le littoral. Autrement dit, les populations urbaines ont démesurément augmenté sans pour autant que les conditions d’accueil aient, un tant soit peu, évolué. Cet état de fait a engendré des désordres difficiles à gérer dans ces villes que cela soit au niveau habitat, circulation, santé publique, sécurité, environnement, etc… sans oublier les conflits entre les citoyens où les uns marginalisent les autres en les qualifiant d’envahisseurs ou de ruraux avec toute la connotation péjorative que cela laisse sous-entendre.

Voilà donc un thème sur lequel les assemblées communales, l’assemblée de wilaya et toute l’administration doivent se rencontrer pour un débat responsable et sans complaisance afin d’élaborer une ébauche de projet qui visera la fixation des populations dans leur lieu d’origine, dans un premier temps, et envisager leur retour dans un deuxième temps en créant les conditions nécessaires.

Sans trop m’étaler sur les causes et les graves conséquences de ces flux migratoires, il est donc souhaitable que les assemblées élues s’attelent à cette reflexion qui est le dénominateur commun aux 52 communes plus l’assemblée de wilaya au lieu de faire du « sur-place » et de verser dans le saupoudrage politicien qui ne fait qu’aggraver le retard de notre wilaya et de se consoler en se fabriquant des coupables pour avoir bonne conscience devant les électeurs à l’approche de la fin du mandat.

Que nos élus ne perdent pas de vue qu’un mandat, aussi long soit-il, se termine vite !

___________

* Apc : Assemblée Populaire Communale

*Apw : Assemblée Populaire de Wilaya

*Apn : Assemblée Populaire Nationale

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | 2 Commentaires »

“L’Etat de droit n’est pas pour demain”

Posté par Rabah Naceri le 20 juin 2008

 

Mohand Issad au colloque de Tizi Ouzou:

“L’Etat de droit n’est pas pour demain”

mohandissad.jpg 

Au cours d’une conférence-débat organisée, hier, à la Maison de la culture de Tizi Ouzou, dans le cadre d’un colloque initié par le mouvement citoyen sur “La justice et l’impunité en Algérie”, le professeur Mohand Issad, spécialiste en droit international, aura réussi une remarquable plaidoirie pour l’indépendance de la justice en Algérie et la défense des libertés démocratiques.

“Pour moi, le fait d’exiger un État de droit en Algérie est un non-sens, car un État est censé garantir le droit dans tous les domaines, que ce soit la justice, l’école, le culte, la santé, le travail et toutes les libertés démocratiques”, devait marteler le professeur Issad devant une assistance nombreuse où l’on notait la présence des délégués du mouvement citoyen, de Abdelhak Bererhi, ex-ministre et représentant du CCDR (Comité des citoyens pour la défense de la République), le moudjahid Si l’Hafidh, ex-officier de l’ALN, et Saïd Doumane, l’un des pionniers du Printemps berbère du 20 avril 1980. “Dans un pays, il ne faut pas qu’il y ait d’amalgame. Ou il y a un État ou rien.

Lire la suite… »

Publié dans 1. AU JOUR LE JOUR | 1 Commentaire »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...