Le voyageur L’Hocine al-Wartilani

Posté par Rabah Naceri le 28 mai 2008

                                          الرحالة الحسين الورثيلانى

 

                                colloque02.jpg

Comité de programme :

  • Cheikh Bouamrane (Haut Conseil Islamique. Alger)

  • Djamil Aïssani (Association Gehimab. Bejaia . Coordonnateur)

  • Tahar Aldjet (Zaouia de Tamokra)

  • Saîd Chibane (Université d’Alger)

  • Tilman Hannemann (Université de Brême)

  • Dahbia Abrous (Université de Bgayet)

  • Fanny Colonna (C.N.R.S Paris)

  • Abdelmalek Danoune (Université de Annaba)

  • Jonathan Katz (Oregon University)

  • Allaoua Amara (Université de Constantine)

  • Judith Scheele (Université d’Oxford)

  • Tassadit Yacine (E.H.E.S.S  Paris)

  • Salah Baïzig (Université de Tunis)

  • Kamal Chachoua (CNRS. Aix en Provence)

  • Amar talbi (Université d’Alger)

  • Fodil Cheriguene (Université de Bgayet)

  • Maria Angels Roque (Iemed Barcelone )

  • Slimane Hachi (C.N.R.P.A.H . Alger)

  • Zinedine Kacimi ( Institut des Qira ‘at . Alger)

  • Salem Chaker (Inalco. Paris)  Younès Adli (Tizi Ouzou)

  • Anna Maria Di Tolla (Université de Naples)

  • Adda Bentounès (Université de Mostaganem)

  • Abdelkacem El Khatir (IRCAM . Rabat)

  • Nouria Remaoune (C.R.A.S.C. Oran)

  • Djamal Eddine Mechehed (Association Gehimab. Bgayet)

  • Mustapha Haddab (Université d’Alger)

___________

colloque02.jpg  colloque03.jpg  colloque04.jpg  colloque20.jpg

colloque08.jpg  colloque06.jpg  colloque12.jpg

colloque13.jpg  colloque14.jpg  colloque15.jpg  colloque16.jpg

colloque17.jpg  colloque18.jpg  colloque19.jpg  colloque21.jpg

Lire la suite… »

Publié dans Les Ulemas n'Bgayet | 3 Commentaires »

La corruption:le mal de l’Algerie

Posté par Rabah Naceri le 18 mai 2008

Article publié par El Watan

Dim 18 mai 2008

_______________

Un rapport de l’AACC tire la sonnette d’alarme sur l’ampleur du phénomène

La corruption ronge les wilayas et les communes

                                                                             

La corruption ronge les wilayas et les communes du pays. Un mal national ! Deux ans après l’adoption par le Parlement de la loi anticorruption (20 février 2006), le phénomène continue de ronger « démesurément le pays ». Selon l’association algérienne de lutte contre la corruption AACC, une section algérienne de Transparency International, rien n’a été fait pour juguler la corruption « qui gangrène toutes les wilayas ».De la base au sommet de la pyramide de l’Etat, la pratique des pots-de-vin « devient la règle et non l’exception ». « La corruption est banalisée. Aucune wilaya, aucune commune n’y échappe. La petite corruption constitue

Lire la suite… »

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | Pas de Commentaire »

Colloque:le Voyageur l’Hocine al-Wartilani

Posté par Rabah Naceri le 11 mai 2008

GEHIMAB

Dimanche 11 mai 2008

__________

Une seconde séance de travail s’est tenue aujourd’hui, dimanche 11 mai 2008 à l’Université de Bgayet, sous la présidence du Professeur Djamil Aïssani. En plus des membres permanents du Bureau de l’association Gehimab, étaient présents :

Le vice-président d’Apw de Bgayet

Le vice-président d’Apc d’Aït-Wartilane

Le président d’Apc de Aïn El-Garj

Le Directeur de la Culture de la wilaya de Bejaia

_________

La présente séance a porté essentiellement sur la finalisation du programme du colloque qui se déroulera du 28 au 30 mai 2008.

___________

gehimab01.jpg  gehimab03.jpg  gehimab02.jpg  gehimab04.jpg  gehimab05.jpg  gehimab061.jpg 

__________

Présentation « Lorsque je suis arrivé à Bejaia, j’ai rendu visite à la retraite de Cheikh Abdelkader auprès duquel se trouvait celle de Abi l’Abbas as-Sabti, près de Bordj Louloua »

L’Hocine al-wartilani 

Tout au long de sa vie, le célèbre voyageur L’Hocine al-wartilani (1713-1779) n’a cessé de visiter la Kabylie, ses villages et ses Ulémas. Un beau jour, il entreprend son fameux périple. Arrivé aux alentours de Bejaia, il accompli le « petit pèlerinage » aux saints de la ville, station obligée et prélude au grand pèlerinage, vers lequel il conduit une caravane. Ce voyage a duré plus de deux années. Il affirme qu’il l’a entrepris « pour la purification de l’esprit », en compagnie d’un millier de ses compatriotes. Carole Wittwer souligne que « 1000 personnes partant ainsi ensemble à pied, c’est pour moi comme un village entier de Kabylie qui se déplace jusqu’à la péninsule arabique ! ». Au Caire, il a rencontré le célèbre voyageur hindou Essa’bidi . Ce dernier lui consacre une notice élogieuse dans son fameux lexique du XVIIIè siècle. Originaire du Sud-Est de la Kabylie ( Ait Ourtilane, wilaya de Sétif), L’Hocine al-Wartilani avait poursuivi ses études dans différentes zawiyya de la Kabylie. Mais c’est Bejaia qui le fascine. Il ne tarit pas d’éloges sur la Cité. Al Wartilani la considère comme une ville sainte et constate que « la science jaillit des cœurs de ses hommes comme jaillit l’eau de ses sources ». Il y passe « le Ramadhan de chaque année, visant le Ribat et l’enseignement aux étudiants ». Il y loue essentiellement la science des Ulémas de Bejaia, et s’émerveille en a  particulier de ce que « cinq cents jeunes filles à Bejaia ont appris le Mudawwana » et que «  celles sui connaissent Ibn al-Hadjib [….] sont innombrables ».

C’est en 1768 qu’al-Wartilani a achevé la rédaction de son ouvrage Nuzhat al-andhar fi fadhl ‘Ilm at-Tarikh wal akhbar, plus connu sous le nom de Rihla. 240 ans plus tard (et un siècle après l’édition de Mohamed Ben Cheneb), les villes de Bejaia et de Ait Wartilane s’apprêtent à le célébrer.

Comité d’organisation :

Différentes institutions de la wilaya de Bejaia ( sous la coordination de l’association Gehimab) La wilaya de Sétif (daïra d’Ait Wartilane)

A.P.C de’Aït Wartilane A.P.C de Aïn El-Graj

Mouvement associatif

Programme du colloque

Mercredi 28 mai 2008 (Bejaia)

Matinée : conférences

Bejaia et les voyageurs Al-Wartilani, vie et œuvres Al-Wartilani et la ville de Bejaia

La Rihla (Nuzhat al-andhar fi fadhel Il mat-Tarikh wal akhbar)

M. Ben Cheneb et l’édition de la Rihla

Après-midi :

-Rihla (excursion). Identification de l’itinéraire de l’Hocine al-Wartilani à travers les lieux saints de Bejaia 

Jeudi 29 mai 2008 (Aît-Wartilane) Exposition à Aït-Wartilane : les Ulémas des Ath Urtilan 

-Rihla (excursion) : maison et tombe de L’Hocine al-Wartilani – Afniq n’Ccix Lmuhub -Workshop sur les manuscrits à Tala Uzrar – Aïn El-Garj : organisé dans le cadre du projet Euro-Méditerranéen Aristhot (Sciences en Méditerranée – http://www.aristhot.eu/) et du projet de recherche : Modes de production et de transmission de la culture dans les sociétés Berbères – http://www.fsp.maghreb-france.msh-paris.fr La problématique concernera en premier lieu les Manuscrits de langue Berbère et les Manuscrits de la Kabylie.

Publié dans 2. GESTION DE LA VILLE | Pas de Commentaire »

137e anniversaire de la mort d’El Mokrani

Posté par Rabah Naceri le 10 mai 2008

elwatan.png

Samedi 10 mai 2008

barre.gif 

137e anniversaire de la mort d’El Mokrani

Qalaâ Nath Abbès pour l’histoire

Pour une fois, la commémoration s’est faite en présence des walis de Béjaïa et Bordj Bou Arreridj, accueillis à leur arrivée par les autorités locales, ainsi que des notabilités de la Qalâa, à l’image de MM. Ali Haroun et Hocine Benmaâlem.

Après le dépôt de la traditionnelle gerbe de fleurs au carré des martyrs et sur la tombe d’El Mokrani, les délégations officielles ont visité les vestiges historiques de la Qalâa, tels que la mosquée Ousanoun dont la construction date de 1510. Deux conférences ont ensuite été données, respectivement par Seddik Djamel et le Pr Djamil Aïssani, sur le rôle politique et militaire de la Qalâa et sur le mouvement intellectuel dans la région des Biban durant la période médiévale. Pour rappel, la Qalâa Nath Abbès est un site historique et touristique de première importance. Elle a longtemps été le point de jonction entre les deux capitales hammadites, la Qalâa des Beni Hammad, dans le Hodna et Béjaïa sur la côte méditerranéenne. Après la prise de Béjaïa par les Espagnols en 1510, la Qalâa Nath Abbès deviendra la capitale d’un royaume autonome jusqu’en 1624. Assurant la survivance d’un Etat authentiquement algérien, la Qalâa s’opposera à l’hégémonie turque sur le pays, jusqu’à leur départ provoqué par l’arrivée des Français en 1830. La Qalâa reviendra au devant de la scène patriotique en 1871, lorsque l’un des descendants directs des Ath Meqrane, El Hadj Mohamed El Mokrani, en l’occurrence, mènera la résistance contre l’envahisseur français en compagnie de son frère Boumezrag et des deux fils de Cheikh Aheddad, Aziez et Mhand. Berceau de l’histoire et de la culture algérienne, la Qalâa Nath Abbès est aujourd’hui un village abandonné et quasiment désert. Le wali de Béjaïa, qui a reçu une liste de doléances des habitants, a promis de réparer la route et de construire un mausolée digne de la figure historique de Mokrani. C’est toujours ça de pris en attendant que Qalâa ait une école pour scolariser ses enfants et un dispensaire de santé pour soigner ses habitants. Toutefois, les habitants, que nous avons rencontrés après les cérémonies officielles, ne se faisaient pas trop d’illusions. Ils savent, pour l’avoir trop souvent vécu, que chaque 5 mai, les officiels viennent les bras chargés de promesses qui sont oubliées sitôt la dernière cuillerée de couscous avalée.

Djamel Alilat

________________________

Mon témoignage:  au cours de mon mandat, cela doit être au cours de l’année 1998, j’ai eu à visiter cette région avec le wali de l’époque et de certains directeurs de l’exécutif. Je fus sidéré par l’état d’abandon de ce village à tel point que j’ai questionné un vieux du village en lui demandant si la France coloniale les a visités. Toute la délégation s’est retournée vers moi. Le vieux m’a répondu par l’affirmative ; alors je lui ai dit de « patienter que l’indépendance les atteigne ». Tout le monde a saisi l’insinuation.

Oui ! Je confirme que c’est grâce à un citoyen qui leur a cédé un garage et au courage de certains enseignants que les élèves de cette région, hautement historique et révolutionnaire, ont pu échapper à l’analphbétisme total.

Je constate, malheureusement, encore aujourd’hui que l’école ainsi que le centre de soins promis par le wali de l’époque ne sont toujours pas réalisés malgré les recommandations fermes de l’Apw.

Publié dans Les Ulemas n'Bgayet | Pas de Commentaire »

 

Association des Copropriéta... |
I will be back |
targuist |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGER RIT
| postier du 10
| Gabon, Environnement, Touri...